Victor hugo

Quiz étude, grammaire Magnitudo Parvi Les Contemplations Hugo

 Exercice pour la classe de 1ère

réviser et préparer le bac blanc et l'examen du baccalauréat 

 Quiz sur l'étude linéaire Magnitudo Parvi, livre III

Hugo, Les Contemplations

Commentaire proposé du site

[…] Lui, ce berger, ce passant frêle,

Ce pauvre gardeur de bétail

Que la cathédrale éternelle

Abrite sous son noir portail, […]

 

Il sent, faisant passer le monde

Par sa pensée à chaque instant,

Dans cette obscurité profonde

Son œil devenir éclatant ;

 

Et, dépassant la créature,

Montant toujours, toujours accru,

Il regarde tant la nature,

Que la nature a disparu !

 

Car, des effets allant aux causes,

L’œil perce et franchit le miroir,

Enfant ; et contempler les choses,

C’est finir par ne plus les voir.

 

La matière tombe détruite

Devant l’esprit aux yeux de lynx ;

Voir, c’est rejeter ; la poursuite

De l’énigme est l’oubli du sphinx.

 

Il ne voit plus le ver qui rampe,

La feuille morte, émue au vent,

Le pré, la source où l’oiseau trempe

Son petit pied rose en buvant ; […]

 

Ni les mondes, esquifs sans voiles,

Ni, dans le grand ciel sans milieu,

Toute cette cendre d’étoiles ;

Il voit l’astre unique ; il voit Dieu ! […]

  • 1/ « Magnitudo parvi » Magnitudo, c’est la grandeur. Et parvi, c’est le génitif de parvus, adjectif signifiant « petit ». La traduction littérale de ce titre est donc « Grandeur du petit ».

    « Magnitudo parvi » Magnitudo, c’est la grandeur. Et parvi, c’est le génitif de parvus, adjectif signifiant « petit ». La traduction littérale de ce titre est donc « Grandeur du petit ».
  • 2/ Ce titre oxymorique permet à Victor Hugo de montrer que les petites gens, les gens humbles, ont aussi une forme de grandeur.

    Ce titre oxymorique permet à Victor Hugo de montrer que les petites gens, les gens humbles, ont aussi une forme de grandeur.
  • 3/ ce dernier poème du Livre III des Contemplations atteint le registre épique et rentre dans la signification profonde de l'acte

    ce dernier poème du Livre III des Contemplations atteint le registre épique et rentre dans la signification profonde de l'acte
  • 4/ Le berger, un voyant (vers 1 à 8) - L’éloge du berger (registre épidictique) commence par une

    Le berger, un voyant (vers 1 à 8) - L’éloge du berger (registre épidictique) commence par une
  • 5/ Le jeune pâtre est

    Le jeune pâtre est
  • 6/ “cathédrale éternelle” est une figure de style, laquelle?

    “cathédrale éternelle” est une figure de style, laquelle?
  • 7/ le verbe « sent » du deuxième quatrain signifie

    le verbe « sent » du deuxième quatrain signifie
  • 8/ Il pense “le monde” dans un aspect plus général, il le contient.

    Il pense “le monde” dans un aspect plus général, il le contient.
  • 9/ son œil est « éclatant » par la puissance de son regard contemplatif, et non pas par celle de sa raison

    son œil est « éclatant » par la puissance de son regard contemplatif, et non pas par celle de sa raison
  • 10/ L’idéal romantique est un idéal de

    L’idéal romantique est un idéal de
  • 11/ Identification allégorique: le jeune berger devient la figure du poète-voyant

    Identification allégorique: le jeune berger devient la figure du poète-voyant
  • 12/ II. Un regard pur (vers 9 à 16) = « Montant toujours, toujours accru » est une figure de style, laquelle?

    II. Un regard pur (vers 9 à 16) = « Montant toujours, toujours accru » est une figure de style, laquelle?
  • 13/ “Il regarde tant la nature, que la nature a disparu” est une

    “Il regarde tant la nature, que la nature a disparu” est une
  • 14/ Opposition entre l’acte de regarder et l’acte de contempler : on se rend compte du sens profond de l’Etre qui nous entoure, cela n’est possible qu’en allant au-delà des apparences, du paraître et du superficiel.

    Opposition entre l’acte de regarder et l’acte de contempler : on se rend compte du sens profond de l’Etre qui nous entoure, cela n’est possible qu’en allant au-delà des apparences, du paraître et du superficiel.
  • 15/ Mise en relation possible avec le Mythe de la caverne de Platon

    Mise en relation possible avec le Mythe de la caverne de Platon
  • 16/ « Car, des effets allant aux causes, L’œil perce et franchit le miroir, » se rapporte à

    « Car, des effets allant aux causes, L’œil perce et franchit le miroir, » se rapporte à
  • 17/ « contempler », c’est admirer le monde pour y retrouver la trace de son créateur

    « contempler », c’est admirer le monde pour y retrouver la trace de son créateur
  • 18/ Le berger-poète est donc celui qui sait voir dans le monde la présence du divin

    Le berger-poète est donc celui qui sait voir dans le monde la présence du divin
  • 19/ Intimité avec le Divin (vers 17 à 28) = “la matière tombe détruite” : évocation de la mort et de la destinée de organisme vivant, allant jusqu’à la corruption de la matière.

    Intimité avec le Divin (vers 17 à 28) = “la matière tombe détruite” : évocation de la mort et de la destinée de organisme vivant, allant jusqu’à la corruption de la matière.
  • 20/ “l’esprit aux yeux de lynx” est une

    “l’esprit aux yeux de lynx” est une
  • 21/ « esquifs sans voiles » est une figure de style, laquelle?

    « esquifs sans voiles » est une figure de style, laquelle?
  • 22/ Répétition anaphorique du “ni” du dernier quatrain est en même temps une

    Répétition anaphorique du “ni” du dernier quatrain est en même temps une
  • 23/ « Il voit l’astre unique ; il voit Dieu ! » sont des propositions

    « Il voit l’astre unique ; il voit Dieu ! » sont des propositions
  • 24/ Nous pouvons lier ce poème avec Les lettres du voyant d’Arthur Rimbaud, en exploitant la notion de prophète, il fait ainsi un lien avec la relation à Dieu.

    Nous pouvons lier ce poème avec Les lettres du voyant d’Arthur Rimbaud, en exploitant la notion de prophète, il fait ainsi un lien avec la relation à Dieu.

Ajouter un commentaire