La Bruyère Les Caractères- Parcours bac 2022 la comédie sociale et De l'Homme/"Peindre les Hommes, la nature humaine".Voies générale et technologique

Biographie-Présentation des Caractères -Que signifie parcours, la comédie sociale? Etude linéaire Arrias, LV. Etude fragments 12, 21, 25, 78 Livre VI fragment 12 livre VII-fragments 22 et 32 L.VIII

La bruyere 2

Biographie - Présentation des Caractères 

Jean de La Bruyère, né à Paris le 16 août 16451 et mort à Versailles le 11 mai 16962, est un moraliste français.

La Bruyère est célèbre pour une œuvre unique, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle (1688). Cet ouvrage, constitué d’un ensemble de brèves pièces littéraires, compose une chronique essentielle de l’esprit du xviie siècle. C'est une oeuvre qui s'inscrit dans le courant littéraire du classicisme. Il prend parti dans la querelle des Anciens et des Modernes. Il prône l'imitation des Anciens -
Les références à l’antiquité abondent dans l’art classique. Les emprunts et même l’imitation ne sont pas considérés comme une preuve de faiblesse ou de pauvreté d’inspiration. La Fontaine ne se cache pas d’avoir imité Esope. Cette imitation est une garantie de perfection. Car l’Antiquité est un modèle. Cette capacité à durer est, aux yeux des Classiques, la marque d’excellence. Il faut donc suivre les Anciens. La langue française produit des chefs-d’œuvre dignes de la grande tradition antique. Le classicisme doit viser l’éternel et l’universel. 

La première édition des Caractères parut en mars 1688, sous ce titre : les Caractères de Théophraste - Oeuvre à succès dans la continuration des Caractères de Théophraste, texte source qu'il enrichit - 

Le sous-titre = "Les moeurs de ce siècle montre que La Bruyère dresse un tableau des moeurs et  des hommes du XVIIe siècle pour s'étendre au genre humain. 

La Bruyère a travaillé pendant dix-sept ans avant de publier ce recueil sous forme de maximes, de réflexions et de portraits, présenté comme une simple continuation des Caractères du philosophe grec Théophraste

Lecture des livres V à XI - Les Caractères livres V à X/Parcours La comédie sociale bac général - livre XI De l'Homme/Parcours Peindre les Hommes, bac technologique

 

Livre V De la Société et de la Conversation 

 Livre VI Des Biens de fortune 

Livre VII De la Ville 

Livre VIII De la Cour 

 

 

Livre IX Des Grands 

Livre X Du Souverain ou de la République 

Livre XI De l’Homme 

Bac général

Que signifie parcours, la comédie sociale?

La comédie sociale : parcours bac 2022 littérature d'idées bac général

Dénoncer la comédie sociale 

Dans les Caractères, La Bruyère dénonce la société du paraître, l'homme hypocrite se fait passer pour ce qu'il n'est pas, c'est le théâtre du monde, la comédie sociale, chacun joue un rôle et s'éloigne de l'idéal de l'honnête homme.  La Bruyère se fait ainsi le spectateur de cette comédie sociale qui se joue en ville et à la cour du roi et les personnages de comédie sont les courtisans. La cour devient un espace de corruption = satire sociale. "L'air de cour est contagieux ; il se prend à Versailles, comme l'accent normand à Rouen ou à Falaise" , La Bruyère -

 "Les hommes n'aiment point à vous admirer, ils veulent plaire. "
Jean de La Bruyère ; Les Caractères, De la société et de la conversation 

La Bruyère reprend la thématique majeure de Théophraste : bêtise et vanité de l’homme. Il s’intéresse aux marques extérieures de l’homme dans la société comme le soulignent les titres : De la dissimulation, De la flatterie, De l’impertinent ou du diseur de rien, De la rusticité, Du complaisant, Du grand parleur, De l’impudent, De l’air empressé, D’un homme incommode, De la sotte vanité, De l’ostentation, De l’orgueil, De la médisance.

 

Comment dénoncer la comédie sociale? 

Une écriture théâle

  • Exemple en haut de page, Arrias 
  • Livre V De la Société et de la Conversation 
  • Dénonciation du pédantisme et de l'apparence dans les conversations mondaines à son époque. C'est anti-portrait de l'honnête homme, La Bruyère dans cet extrait dénonce l'artifice  des salons. 

 

 

Livre V De la Société et de la Conversation - Arrias, le contre-modèle de l'honnête homme - Problématique  Comment La Bruyère ridiculise t'-il Arrias? Etude linéaire

Livre V De la Société et de la Conversation 

Dénonciation du pédantisme et de l'apparence dans les conversations mondaines à son époque. C'est anti-portrait de l'honnête homme, La Bruyère dans cet extrait dénonce l'artifice  des salons. 

Arrias a tout lu, a tout vu, il veut le persuader ainsi ; c'est un homme universel, et il se donne pour tel : il aime mieux mentir que de se taire ou de paraître ignorer quelque chose. On parle à la table d'un grand d'une cour du Nord : il prend la parole, et l'ôte à ceux qui allaient dire ce qu'ils en savent ; il s'oriente dans cette région lointaine comme s'il en était originaire ; il discourt des mœurs de cette cour, des femmes du pays, de ses lois et de ses coutumes ; il récite des historiettes qui y sont arrivées ; il les trouve plaisantes, et il en rit le premier jusqu'à éclater. Quelqu'un se hasarde de le contredire, et lui prouve nettement qu'il dit des choses qui ne sont pas vraies. Arrias ne se trouble point, prend feu au contraire contre l'interrupteur : « Je n'avance, lui dit-il, je ne raconte rien que je ne sache d'original : je l'ai appris de Sethon, ambassadeur de France dans cette cour, revenu à Paris depuis quelques jours, que je connais familièrement, que j'ai fort interrogé, et qui ne m'a caché aucune circonstance. » Il reprenait le fil de sa narration avec plus de confiance qu'il ne l'avait commencée, lorsque l'un des conviés lui dit : « C'est Sethon à qui vous parlez, lui-même, et qui arrive fraîchement de son ambassade. » 

  • Problématique 
  • Comment La Bruyère ridiculise t'-il Arrias? 
  • Pour une étude linéaire de ce texte, vous pouvez proposer deux ou trois parties, la présentation d'Arrias, le contre-modèle de l'honnête homme , sa mise en situation, Arrias face à son contradicteur
  • Pour une ouverture, les Précieuses ridicules de Molière = Même dénonciation du pédantisme à la mode à la cour 

 

  • Consulter la fiche bac pour comprendre la notion "d'honnête homme" 
  • un idéal humain 
    On donne ce nom à celui qui sait faire preuve de mesure et de retenue se montre tolérant. C’est un modéré, partisan du « milieu ». L’honnête homme est ouvert, curieux d’esprit, savant parfois mais sans faire étalage de ses connaissances. Dans son comportement social, il est agréable, poli, raffiné dans ses manières, capable de se dominer. Il pratique l’art de la conversation avec délicatesse. 
  • Le classicisme s’incarne dans un type humain, l’honnête homme, un homme du monde à un homme de cour. 
  •  L’honnête homme 

Livre VI Des Biens de fortune - Etude des fragments 12, 21, 25, 78

 Livre VI Des Biens de fortune 

Dans le livre VI, La Bruyère met en question l'argent qui déstabilise l'ordre social au détriment du mérite

Fragment 12

Je vais, Clitiphon, à votre porte ; le besoin que j’ai de vous me chasse de mon lit et de ma chambre : plût aux Dieux que je ne fusse ni votre client ni votre fâcheux ! Vos esclaves me disent que vous êtes enfermé, et que vous ne pouvez m’écouter que d’une heure entière. Je reviens avant le temps qu’ils m’ont marqué, et ils me disent que vous êtes sorti. Que faites-vous, Clitiphon, dans cet endroit le plus reculé de votre appartement, de si laborieux, qui vous empêche de m’entendre ? Vous enfilez quelques mémoires, vous collationnez un registre, vous signez, vous parafez. Je n’avais qu’une chose à vous demander, et vous n’aviez qu’un mot à me répondre, oui, ou non. Voulez-vous être rare ? Rendez service à ceux qui dépendent de vous : vous le serez davantage par cette conduite que par ne vous pas laisser voir. O homme important et chargé d’affaires, qui à votre tour avez besoin de mes offices, venez dans la solitude de mon cabinet : le philosophe est accessible ; je ne vous remettrai point à un autre jour. Vous me trouverez sur les livres de Platon qui traitent de la spiritualité de l’âme et de sa distinction d’avec le corps, ou la plume à la main pour calculer les distances de Saturne et de Jupiter : j’admire Dieu dans ses ouvrages, et je cherche, par la connaissance de la vérité, à régler mon esprit et devenir meilleur. Entrez, toutes les portes vous sont ouvertes ; mon antichambre n’est pas faite pour s’y ennuyer en m’attendant ; passez jusqu’à moi sans me faire avertir. Vous m’apportez quelque chose de plus précieux que l’argent et l’or, si c’est une occasion de vous obliger. Parlez, que voulez-vous que je fasse pour vous ? Faut-il quitter mes livres, mes études, mon ouvrage, cette ligne qui est commencée ? Quelle interruption heureuse pour moi que celle qui vous est utile ! Le manieur d’argent, l’homme d’affaires est un ours qu’on ne saurait apprivoiser ; on ne le voit dans sa loge qu’avec peine : que dis-je ? on ne le voit point ; car d’abord on ne le voit pas encore, et bientôt on le voit plus. L’homme de lettres au contraire est trivial comme une borne au coin des places ; il est vu de tous, et à toute heure, et en tous états, à table, au lit, nu, habillé, sain ou malade : il ne peut être important, et il ne le veut point être.

Analyse du fragment 12

Fragment 21

On ne peut mieux user de sa fortune que fait Périandre : elle lui donne du rang, du crédit, de l’autorité ; déjà on ne le prie plus d’accorder son amitié, on implore sa protection. Il a commencé par dire de soi-même : un homme de ma sorte ; il passe à dire : un homme de ma qualité ; il se donne pour tel, et il n’y a personne de ceux à qui il prête de l’argent, ou qu’il reçoit à sa table, qui est délicate, qui veuille s’y opposer. Sa demeure est superbe ; un dorique règne dans tous ses dehors ; ce n’est pas une porte, c’est un portique : est-ce la maison d’un particulier ? est-ce un temple ? le peuple s’y trompe. Il est le seigneur dominant de tout le quartier. C’est lui que l’on envie, et dont on voudrait voir la chute ; c’est lui dont la femme, par son collier de perles, s’est fait des ennemies de toutes les dames du voisinage. Tout se soutient dans cet homme ; rien encore ne se dément dans cette grandeur qu’il a acquise, dont il ne doit rien, qu’il a payée. Que son père, si vieux et si caduc, n’est-il mort il y a vingt ans et avant qu’il se fît dans le monde aucune mention de Périandre ! Comment pourra-t-il soutenir ces odieuses pancartes qui déchiffrent les conditions et qui souvent font rougir la veuve et les héritiers ? Les supprimera-t-il aux yeux de toute une ville jalouse, maligne, clairvoyante, et aux dépens de mille gens qui veulent absolument aller tenir leur rang à des obsèques ? Veut-on d’ailleurs qu’il fasse de son père un Noble homme, et peut-être un Honorable homme, lui qui est Messire ?

Analyse du fragment 21

Un exemple, le fragment 25

Si vous entrez dans les cuisines, où l’on voit réduit en art et en méthode le secret de flatter votre goût et de vous faire manger au delà du nécessaire ; si vous examinez en détail tous les apprêts des viandes qui doivent composer le festin que l’on vous prépare ; si vous regardez par quelles mains elles passent, et toutes les formes différentes qu’elles prennent avant de devenir un mets exquis, et d’arriver à cette propreté et à cette élégance qui charment vos yeux, vous font hésiter sur le choix, et prendre le parti d’essayer de tout ; si vous voyez tout le repas ailleurs que sur une table bien servie, quelles saletés ! quel dégoût ! Si vous allez derrière un théâtre, et si vous nombrez les poids, les roues, les cordages, qui font les vols et les machines ; si vous considérez combien de gens entrent dans l’exécution de ces mouvements, quelle force de bras, et quelle extension de nerfs ils y emploient, vous direz : « Sont-ce là les principes et les ressorts de ce spectacle si beau, si naturel, qui paraît animé et agir de soi-même ? » Vous vous récrierez : « Quels efforts ! quelle violence ! » De même n’approfondissez pas la fortune des partisans.

Analyse du fragment

Fragment 78

Ni les troubles, Zénobie, qui agitent votre empire, ni la guerre que vous soutenez virilement contre une nation puissante depuis la mort du roi votre époux, ne diminuent rien de votre magnificence. Vous avez préféré à toute autre contrée les rives de l’Euphrate pour y élever un superbe édifice : l’air y est sain et tempéré, la situation en est riante ; un bois sacré l’ombrage du côté du couchant ; les dieux de Syrie, qui habitent quelquefois la terre, n’y auraient pu choisir une plus belle demeure. La campagne autour est couverte d’hommes qui taillent et qui coupent, qui vont et qui viennent, qui roulent ou qui charrient le bois du Liban, l’airain et le porphyre ; les grues et les machines gémissent dans l’air, et font espérer à ceux qui voyagent vers l’Arabie de revoir à leur retour en leurs foyers ce palais achevé, et dans cette splendeur où vous désirez de le porter avant de l’habiter, vous et les princes vos enfants. N’y é pargnez rien, grande Reine ; employez-y l’or et tout l’art des plus excellents ouvriers ; que les Phidias et les Zeuxis de votre siècle déploient toute leur science sur vos plafonds et sur vos lambris ; tracez-y de vastes et de délicieux jardins, dont l’enchantement soit tel qu’ils ne paraissent pas faits de la main des hommes ; épuisez vos trésors et votre industrie sur cet ouvrage incomparable ; et après que vous y aurez mis, Zénobie, la dernière main, quelqu’un de ces pâtres qui habitent les sables voisins de Palmyre, devenu riche par les péages de vos rivières, achètera un jour à deniers comptants cette royale maison, pour l’embellir, et la rendre plus digne de lui et de sa fortune.

Analyse du fragment 78

 

Livre VII De la Ville - Une vie superficielle basée sur les apparences et la parade. Etude du fragment 12 Narcisse. L'homme social est une caricature de l'honnête homme

Livre VII De la Ville 

Fragment 12 Narcisse

Narcisse se lève le matin pour se coucher le soir ; il a ses heures de toilette comme une femme ; il va tous les jours fort régulièrement à la belle messe aux Feuillants ou aux Minimes ; il est homme d’un bon commerce, et l’on compte sur lui au quartier de pour un tiers ou pour un cinquième à l’hombre ou au reversi. Là il tient le fauteuil quatre heures de suite chez Aricie, où il risque chaque soir cinq pistoles d’or. Il lit exactement la Gazette de Hollande et le Mercure galant ; il a lu Bergerac, des Marets, Lesclache, les Historiettes de Barbin, et quelques recueils de poésies. Il se promène avec des femmes à la Plaine ou au Cours, et il est d’une ponctualité religieuse sur les visites. Il fera demain ce qu’il fait aujourd’hui et ce qu’il fit hier ; et il meurt ainsi après avoir vécu.Narcisse se lève le matin pour se coucher le soir ; il a ses heures de toilette comme une femme ; il va tous les jours fort régulièrement à la belle messe aux Feuillants ou aux Minimes ; il est homme d’un bon commerce, et l’on compte sur lui au quartier de pour un tiers ou pour un cinquième à l’hombre ou au reversi. Là il tient le fauteuil quatre heures de suite chez Aricie, où il risque chaque soir cinq pistoles d’or. Il lit exactement la Gazette de Hollande et le Mercure galant ; il a lu Bergerac, des Marets, Lesclache, les Historiettes de Barbin, et quelques recueils de poésies. Il se promène avec des femmes à la Plaine ou au Cours, et il est d’une ponctualité religieuse sur les visites. Il fera demain ce qu’il fait aujourd’hui et ce qu’il fit hier ; et il meurt ainsi après avoir vécu.

Analyse du fragment

Livre VIII De la Cour - Livre IX Des Grands - Un tableau satirique de la cour de Louis XIV = Etude des fragments 22 et 32

Livre VIII De la Cour 

Livre IX Des Grands 

Fragment 22 livre VIII

L’on se couche à la cour et l’on se lève sur l’intérêt ; c’est ce que l’on digère le matin et le soir, le jour et la nuit ; c’est ce qui fait que l’on pense, que l’on parle, que l’on se tait, que l’on agit ; c’est dans cet esprit qu’on aborde les uns et qu’on néglige les autres, que l’on monte et que l’on descend ; c’est sur cette règle que l’on mesure ses soins, ses complaisances, son estime, son indifférence, son mépris. Quelques pas que quelques-uns fassent par vertu vers la modération et la sagesse, un premier mobile d’ambition les emmène avec les plus avares, les plus violents dans leurs désirs et les plus ambitieux : quel moyen de demeurer immobile où tout marche, où tout se remue, et de ne pas courir où les autres courent ? On croit même être responsable à soi-même de son élévation et de sa fortune : celui qui ne l’a point faite à la cour est censé ne l’avoir pas dû faire, on n’en appelle pas. Cependant s’en éloignera-t-on avant d’en avoir tiré le moindre fruit, ou persistera-t-on à y demeurer sans grâces et sans récompenses ? question si épineuse, si embarrassée, et d’une si pénible décision, qu’un nombre infini de courtisans vieillissent sur le oui et sur le non, et meurent dans le doute.

Analyse du fragment 22

Fragment 32

Vient-on de placer quelqu’un dans un nouveau poste, c’est un débordement de louanges en sa faveur, qui inonde les cours et la chapelle, qui gagne l’escalier, les salles, la galerie, tout l’appartement : on en a au-dessus des yeux, on n’y tient pas. Il n’y a pas deux voix différentes sur ce personnage ; l’envie, la jalousie parlent comme l’adulation ; tous se laissent entraîner au torrent qui les emporte, qui les force de dire d’un homme ce qu’ils en pensent ou ce qu’ils n’en pensent pas, comme de louer souvent celui qu’ils ne connaissent point. L’homme d’esprit, de mérite ou de valeur devient en un instant un génie du premier ordre, un héros, un demi-dieu. Il est si prodigieusement flatté dans toutes les peintures que l’on fait de lui, qu’il paraît difforme près de ses portraits ; il lui est impossible d’arriver jamais jusqu’où la bassesse et la complaisance viennent de le porter : il rougit de sa propre réputation. Commence-t-il à chanceler dans ce poste où on l’avait mis, tout le monde passe facilement à un autre avis ; en est-il entièrement déchu, les machines qui l’avaient guindé si haut par l’applaudissement et les éloges sont encore toutes dressées pour le faire tomber dans le dernier mépris : je veux dire qu’il n’y en a point qui le dédaignent mieux, qui le blâment plus aigrement, et qui en disent plus de mal, que ceux qui s’étaient comme dévoués à la fureur d’en dire du bien.

Analyse du fragment 32

Bac technologique

Livre XI De l’Homme - Etude du fragment 35 Irène

Livre XI De l’Homme 

Fragment 35 Irène

Irène se transporte à grands frais en Epidaure, voit Esculape dans son temple, et le consulte sur tous ses maux, D’abord elle se plaint qu’elle est lasse et recrue de fatigue ; et le dieu prononce que cela lui arrive par la longueur du chemin qu’elle vient de faire. Elle dit qu’elle est le soir sans appétit ; l’oracle lui ordonne de dîner peu : elle ajoute qu’elle est sujette à des insomnies, et il lui prescrit de n’être au lit que pendant la nuit : elle lui demande pourquoi elle devient pesante, et quel remède ; l’oracle répond qu’elle doit se lever avant midi, et quelquefois se servir de ses jambes pour marcher : elle lui déclare que le vin lui est nuisible ; l’oracle lui dit de boire de l’eau ; qu’elle a des indigestions, et il ajoute qu’elle fasse diète. « Ma vue s’affaiblit, dit Irène. — Prenez des lunettes, dit Esculape. — Je m’affaiblis moi-même, continue-t-elle, et je ne suis ni si forte ni si saine que j’ai été. — C’est, dit le dieu, que vous vieillissez. — Mais que moyen de guérir de cette langueur ? — Le plus court, Irène, c’est de mourir, comme ont fait votre mère et votre aïeule. — Fils d’Apollon, s’écrie Irène, quel conseil me donnez-vous ? Est-ce là toute cette science que les hommes publient, et qui vous fait révérer de toute la terre ? Que m’apprenez-vous de rare et de mystérieux ? et ne savais-je pas tous ces remèdes que vous m’enseignez ? — Que n’en usiez-vous donc, répond le dieu, sans venir me chercher de si loin, et abréger vos jours par un long voyage ? »

Analyse du fragment 35

Qu’est-ce qu’un moraliste ? Dissertation

Dans l’article « Qu’est-ce qu’un moraliste ? », Louis Van Delft, spécialiste de La Bruyère, établit un rapprochement entre la figure du moraliste et celle du reporter : « Le moraliste procède souvent en reporter. Il est à l’affût du petit fait vrai. Ses découvertes, les péripéties du périple, tout est consigné. » 

Commentez et discutez cette réflexion en vous appuyant sur votre lecture des Caractères

Date de dernière mise à jour : 04/08/2021

Ajouter un commentaire