Montesquieu, Lettres persanes CLXI, commentaire linéaire -comment, à travers cette lettre, Montesquieu revendique t'-il la condition féminine?

Explication linéaire de la lettre pour l'oral de l'EAF 2021 bac général - comment, à travers cette lettre, Montesquieu revendique t'-il la condition féminine?

Montesquieu

Commentaire linéaire pour le bac de français 

Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

Montesquieu, "Lettres persanes" / parcours : Le regard éloigné.

Bac 2021, bac général
 

Pour aller plus loin

Comment répondre en 2 minutes à la question de grammaire ? Episode Littérature d'idées.

3 questions de grammaire sur 3 énoncés de Montaigne, Montesquieu et La Fontaine.

Comprendre le contexte historique et culturel de MONTESQUIEU.

Comment la mode de l'Orient et la Régence vont-elles favoriser la création des Lettres Persanes ?

La portée du titre de l'oeuvre de MONTESQUIEU

Découvrez comment exploiter à l'oral et à l'écrit le titre "Les Lettres Persanes".

PARCOURS MONTESQUIEU

Découvrez dans cet épisode ce que vous devez retenir du parcours " Le regard éloigné".

Lecture de la lettre XCXI


Oui, je t'ai trompé; j'ai séduit tes eunuques; je me suis jouée de ta jalousie; et j'ai su de ton affreux sérail faire un lieu de délices et de plaisirs. 
Je vais mourir; le poison va couler dans mes veines: car que ferais-je ici, puisque le seul homme qui me retenait à la vie n'est plus? Je meurs; mais mon ombre s'envole bien accompagnée: je viens d'envoyer devant moi ces gardiens sacrilèges, qui ont répandu le plus beau sang du monde. 
Comment as-tu pensé que je fusse assez crédule, pour m'imaginer que je ne fusse dans le monde que pour adorer tes caprices? que, pendant que tu te permets tout, tu eusses le droit d'affliger tous mes désirs? Non: j'ai pu vivre dans la servitude; mais j'ai toujours été libre: j'ai réformé tes lois sur celles de la nature; et mon esprit s'est toujours tenu dans l'indépendance. 
Tu devrais me rendre grâces encore du sacrifice que je t'ai fait; de ce que je me suis abaissée jusqu'à te paraître fidèle; de ce que j'ai lâchement gardé dans mon coeur ce que j'aurais dû faire paraître à toute la terre; enfin de ce que j'ai profané la vertu en souffrant qu'on appelât de ce nom ma soumission à tes fantaisies. 
Tu étais étonné de ne point trouver en moi les transports de l'amour: si tu m'avais bien connue, tu y aurais trouvé toute la violence de la haine. 
Mais tu as eu longtemps l'avantage de croire qu'un coeur comme le mien t'était soumis. Nous étions tous deux heureux; tu me croyais trompée, et je te trompais. 
Ce langage, sans doute, te paraît nouveau. Serait-il possible qu'après t'avoir accablé de douleurs, je te forçasse encore d'admirer mon courage? Mais c'en est fait, le poison me consume, ma force m'abandonne; la plume me tombe des mains; je sens affaiblir jusqu'à ma haine; je me meurs. 

la revendication de Roxane - Roxane cherche à ouvrir les yeux d' Usbek - Elle acquiert sa liberté mais par la mort.

Explication linéaire : Lettre 161

 

Introduction :

Montesquieu est un philosophe français du 18è siècle, il appartient au mouvement des Lumières. Montesquieu écrit Les Lettres Persanes. C’est un roman épistolaire qui met en scène deux personnages principaux Persans, Rica et Usbek lors de leur voyage en Europe au 18ème siècle. La lettre 161 constitue la dernière lettre du roman écrite par Roxane, la femme favorite du harem d' Usbek. On pourrait se demander comment, à travers cette lettre, Montesquieu revendique la condition féminine. Afin de répondre à cette problématique nous allons tout d’abord mettre en évidence la revendication de Roxane et voir comment Roxane cherche à ouvrir les yeux d' Usbek et comment Roxane acquiert sa liberté mais par la mort.


 

  1. Revendication de Roxane (L 1-14)

→ La lettre débute par un aveu “Oui, je t’ai trompé” + “Oui” est un adverbe d’affirmation qui traduit une attitude provocatrice

→ Champ lexical de la tromperie : “trompé”, “séduit”, “jouée” + “j’ai su” traduit une libération de Roxane, elle a mis en place une stratégie + L 1 à 5 : rythme ternaire de la phrase qui met en avant l’infidélité, c’est une gradation

→ Importance du présent et du futur proche ce qui montre qu’elle a conscience de ce qu’elle fait, elle annonce sa propre mort, lucide

→ Antithèses : “affreux sérail” “délices et de plaisirs”

→ Alliteration en “V” : “vais”, “veines”, “va’ etc : elle veut se faire entendre 

→ L 7-9 : elle donne la raison de sa mort : “car” et “puisque” expriment la cause et la conséquence

→ L10 - 11 : “mais mon ombre s’envole bien accompagnée” : elle est ironique quant à  sa propre mort + présent d’énonciation : elle est consciente du poison qui fait effet

→ L14 : “beau sang du monde” : métonymie pour désigner son amant et hyperbole  + elle est responsable du chaos, elle tue ceux qui ont tué son amant 

  1. Une confrontation (L15-45)

→ Elle cherche à montrer la crédulité d’Usbek, c’est un retour sur le passé pour ouvrir les yeux d’Usbek

→ Commence par une question rhétorique qui montre sa colère, le discours de Roxane s’apparente au monologue tragique

→ Elle s’oppose à Usbek avec l’adverbe  “Non” qui entre en opposition avec  l’adverbe ‘oui’ en début de lettre

→ Opposition entre le comportement masculin “tu te permets tout” et le comportement féminin “le droit d’affliger tous mes désirs” qui montre un déséquilibre, une injustice

→ Elle affirme sa liberté d' esprit  “j’ai pu vivre dans la servitude mais j’ai toujours été libre”

→ elle a été manipulatrice, elle va jusqu’à prendre la place d'usbek “j’ai réformé tes lois”, elle substitue le maître et elle devance le voeu dès philosophes des Lumières

→ Juxtaposition des phrases dans le deuxième paragraphe, toutes liées par une proposition principale “tu devrais me rendre grâce” L26

→ verbe “paraître” L29 : souligne le rôle qu’elle a joué, on voit qu’elle a porté un masque

→ champ lexical de l’humiliation : “lâchement”, “souffrant”, “profané”, “soumission” pour sauver les apparences, en se soumettant elle profane sa vertu

→ “tu étais étonné” L36: elle met l’accent sur l’aveuglement d’Usbek 

→ Utilisation du plus que parfait qui souligne l’aveuglement d’Usbek qui allonge la durée. Elle lui montre toute sa violence et sa haine

→ Opposition en “amour” L38 et “haine” L40 

→ Ironie “nous étions tous deux heureux”

  1. Liberté acquise par la Mort (L46 - 54)

→ Roxane apparaît comme une femme forte et violente 

→ Utilisation du présent de l'énonciation, c’est un retour au calme + elle enlève le masque du personnage hypocrite et devient une héroïne triste ce qui donne une tonalité tragique

→ Elle accepte la mort sans pleurer, sans souffrir + elle inverse les rôles, elle le force à admirer son courage 

→ Dernière phrase : rythme lent, elle imite l’agonie de Roxane, la façon de vivre pour Roxane c’est de mourir

Conclusion :

Ainsi, Montesquieu à travers cette lettre revendique la liberté, la place de la femme orientale,  la liberté d’agir de l’homme et de la femme. Roxane est en réalité devenu le porte-parole de Montesquieu. 

Questions grammaticales possibles à l'oral de l'EAF Combien de phrase y a t-il dans le 1er paragraphe ? analyse grammaticale de la première phrase du second paragraphe

  1. 1er §

Questions grammaticales possibles à l'oral de l'EAF

Combien de phrase y a t-il dans le 1er paragraphe ?

Il n'y a qu'une seule phrase dans le 1er paragraphe

Faire une analyse grammaticale

« Oui, je t’ai trompé ; j’ai séduit tes eunuques ; je me suis jouée de ta jalousie ; et j’ai su, de ton affreux sérail, faire un lieu de délices et de plaisirs. »

L'unique phrase du 1er paragraphe est composée de quatre propositions indépendantes juxtaposées

 

Autre question possible

Faire une analyse grammaticale de la première phrase du second paragraphe

« J e vais mourir ; le poison va couler dans mes veines : car que ferais-je ici, puisque le seul homme qui me retenait à la vie n’est plus ? »

Nous avons deux phrases simples «je vais mourir » et «le poison va couler dans mes veines ».

Une phrase complexe «car que ferais-je icipuisque le seul homme qui me retenait à la vie n’est plus ? »

Il y a trois propositions

Une proposition principale « que ferais-je ici », une proposition conjonctive « puisque le seul homme.. n'est plus » et une proposition relative «qui me retenait à la vie ».

 

Poursuivre l'analyse grammaticale

Combien de propositions avons-nous dans la deuxième phrase du deuxième paragrphe? Quels sont les liens entre elles ?

« Je meurs ; « proposition 1, lien de coordination

« mais mon ombre s’envole bien accompagnée : » proposition 2, lien de juxtaposition

« je viens d’envoyer devant moi ces gardiens sacrilèges, qui ont répandu le plus beau sang du monde. » Proposition 3 – proposition principale et subordonnée relative introduite par le pronom relatif « qui », complément de l'antécédent « gardiens sacrilèges ».

Date de dernière mise à jour : 21/04/2021

Ajouter un commentaire