Annales bac français 2019 - 2018 à 2002 - Corrigés philosophie 2019 - 2018 à 2010 - EAF 2020 séries générales, technologiques- programme - ressources - Bac 2021 

Les figures du poète, question corpus

Baudelaire, Daumal, Eluard, Aragon

Baudelaire

 
 
Apollinaire

Apollinaire au bac de l'EAF 2020 6

Comment travailler la poésie d'Apollinaire pour l'écrit et l'oral de l'épreuve anticipée de français.Apollinaire, "Alcools"parcours Modernité poétique  EAF 2020

Ronsard

Les questions de corpus corrigées, séquence poésie 8

Préparer et réviser la séquence poésie pour l'épreuve anticipée de français. Commentaires littéraires, questions de corpus, corpus corrigés, exposés, cours, contrôles de lecture... Entraînez-vous pour le jour J.

Victor hugo jpe

Victor Hugo à l'EAF 2020 : les Contemplations, livres I à IV 2

Objet d'étude : La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle Victor Hugo, Les Contemplations livres I à IV parcours : Les Mémoires d'une âme. Bac de français, l'écrit et l'oral. Programme 2020 - le romantisme et la contribution de Victor Hugo à l’écriture poétique de son temps - exprimer la douleur, rappeler le souvenir

Victor hugo

Dissertations, objet d'étude la poésie, programme EAF 2020 1

Dissertations, Programme bac de français 2020 Objet d'étude : La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle Hugo, "Les Contemplations", livres I à IV / parcours : Les Mémoires d'une âme. Baudelaire, Les Fleurs du Mal parcours : Alchimie poétique : la boue et l'or. Apollinaire, "Alcools" / parcours : Modernité poétique 

Baudelaire

Les fleurs du mal de Charles Baudelaire PARCOURS - alchimie poétique la boue et l’or 0

Bac général et technologique  Programme bac de français 2020 La poésie du XIXe siècle au XXIe siècle Charles Baudelaire, "Les Fleurs du Mal" / parcours : Alchimie poétique : la boue et l'or. contextualiser / problématiser"La boue et l’or" - Spleen et Idéal-Tableaux parisiens -Le Vin -Fleurs du Mal -Révolte -La Mort

Caractérisez en les comparant les figures du poète imaginées dans les quatre textes du corpus

Objet d’étude : la poésie 


Corpus 


Document A Charles Baudelaire, “L’Albatros“ 
Document B René Daumal, “Les dernières paroles du poète“ 
Document C Paul Éluard, Conférence prononcée à Londres, le 24 juin 1936 (extrait) 
Document D Louis Aragon, “le Discours à la première personne“ (extrait) 

 

 

A lire un autre corpus séquence "poésie" 

Baudelaire, Philippe de Champaigne et Ronsard

Le corpus porte sur le thème du temps qui passe 

Questions sur corpus : séquence "poésie" 

1/pour quelles raisons peut-on rapprocher ces 4 documents? 

2/ comment chaque document représente t'-il le théme du temps qui passe? 
 

 

 



Question préalable (4 points) 

Caractérisez en les comparant les figures du poète imaginées dans les quatre textes du corpus. Votre réponse n’excèdera pas une vingtaine de lignes 

Corpus de textes : 

Document A « L’Albatros » 
Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage 
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers, 
Qui suivent, indolents (¹) compagnons de voyage, 
Le navire glissant sur les gouffres amers. 

À peine les ont-ils déposés sur les planches, 
Que ces rois de l’azur, maladroits et honteux, 
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches 
Comme des avirons traîner à côté d’eux. 

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule ! 
Lui, naguère si beau, qu’il est comique et laid ! 
L’un agace son bec avec un brûle-gueule (²), 
L’autre mime, en boitant, l’infirme, qui volait ! 

Le Poète est semblable au prince des nuées 
Qui hante la tempête et se rit de l’archer ; 
Exilé sur le sol au milieu des huées, 
Ses ailes de géant l’empêchent de marcher. 

Charles Baudelaire, “L’albatros”, Les Fleurs du Mal, Spleen et Idéal, 1857. 
1. Indolent : nonchalant 
2. Brûle-gueule : pipe 

Document B « Les dernières paroles du poète » 
Et le poète, dans sa prison, se frappait la tête aux murs. Le bruit de tambour étouffé, le tam-tam funèbre de sa tête contre le mur fut son avant-dernière chanson. 

Toute la nuit il essaya de s’arracher du cœur le mot imprononçable. Mais le mot grossissait dans sa poitrine et l’étouffait et lui montait dans la gorge et tournait toujours dans sa tête comme un lion en cage. 

Il se répétait : 

« De toute façon je serai pendu à l’aube. » 
Et il recommençait le tam-tam sourd de sa tête contre le mur. Puis il essayait encore : 

« Il n’y aurait qu’un mot à dire. Mais ce serait trop simple. Ils diraient : 

- Nous savons déjà. Pendez, pendez ce radoteur. » 
Ou bien ils diraient : 
- Il veut nous arracher à la paix de nos cœurs, à notre seul refuge en ces temps de malheur. Il veut mettre le doute déchirant dans nos têtes, alors que le fouet de l’envahisseur nous déchire déjà la peau. Ce ne sont pas des paroles de paix, ce ne sont pas des paroles faciles à entendre. Pendez, pendez ce malfaiteur ! 
Et de toute façon je serai pendu. 
Que leur dirai-je ? 

On entendit des bruits de baïonnettes et d’éperons. Le délai accordé prenait fin. Sur son cou le poète sentit le chatouillement du chanvre et au creux de l’estomac la patte griffue de la mort. Et alors, au dernier moment, la parole éclata par sa bouche vociférant : 
« Aux armes ! À vos fourches, à vos couteaux, 
à vos cailloux, à vos marteaux 
vous êtes mille, vous êtes forts, 
délivrez-vous, délivrez-moi ! 
je veux vivre, vivez avec moi ! 
tuez à coups de faux, tuez à coups de pierre ! 
Faites que je vive et moi, je vous ferai retrouver la parole ! » 
Mais ce fut son premier et dernier poème. 

Le peuple était déjà bien trop terrorisé. 
Et pour avoir trop balancé pendant sa vie, le poète se balance encore après sa mort. 

Sous ses pieds les petits mangeurs de pourriture guettent cette charogne qui mûrit à la branche. Au-dessus de sa tête tourne son dernier cri, qui n’a personne où se poser. 
(Car c’est souvent le sort - ou le tort - des poètes de parler trop tard ou trop tôt.) 

René Daumal, “Les dernières paroles du poète”, extrait final, Le Contre-ciel, 1936 

Document C Extrait d’une conférence prononcée à Londres, le 24 juin 1936. 
Depuis plus de cent ans, les poètes sont descendus des sommets sur lesquels ils se croyaient. Ils sont allés dans les rues, ils ont insulté leurs maîtres, ils n’ont plus de dieux, ils osent embrasser la beauté et l’amour sur la bouche, ils ont appris les chants de révolte de la foule malheureuse et sans se rebuter, essaient de lui apprendre les leurs. 

Peu leur importent les sarcasmes et les rires, ils y sont habitués, mais ils ont maintenant l’assurance de parler pour tous. Ils ont leur conscience pour eux. 

Paul Éluard, L’Évidence poétique, 1937 

Document D “Le discours à la première personne” (extrait) 
[…] J’aurais tant voulu vous aider 
Vous qui semblez autres moi-même 
Mais les mots qu’au vent noir je sème 
Qui sait si vous les entendez 

Tout se perd et rien ne vous touche 
Ni mes paroles ni mes mains 
Et vous passez votre chemin 
Sans savoir ce que dit ma bouche 

Votre enfer est pourtant le mien 
Nous vivons sous le même règne 
Et lorsque vous saignez je saigne 
Et je meurs dans vos mêmes liens 

Quelle heure est-il quel temps fait-il 
J’aurais tant aimé cependant 
Gagner pour vous pour moi perdant 
Avoir été peut-être utile 

C’est un rêve modeste et fou 
Il aurait mieux valu le taire 
Vous me mettrez avec en terre 
Comme une étoile au fond d’un trou 

Louis Aragon, “Le discours à la première personne”, section 3, Les Poètes, 1960. (Gallimard, Paris 1969) 


Correction de la question : 


Présentation du corpus et corrigé de la question 
Tous les textes du corpus mettent en relation le poète et la société. Chez Baudelaire et Daumal (et dans une certaine mesure chez Aragon) cet élan vers l’autre aboutit pourtant à un échec : chaque poème en effet est construit sur un schéma dialectique où l’engagement personnel du poète, mais aussi idéologique, comme mise en question d’un ordre social existant, est suivi d’une désillusion minée par le tragique, l’absurde ou le doute, et symbolisée finalement par la mort biologique du poète. Chez les deux premiers auteurs, la quête d’absolu du poète est d’autant plus vouée à l’échec qu’elle se fonde sur un dualisme entre conscience individuelle et conscience collective. C’est bien cette séparation que condamne Paul Éluard (mais aussi Daumal plus implicitement) en faisant au contraire du peuple le médiateur entre le poète et sa mission politique. 


Au-delà de la narration d’une scène dramatique de la vie en mer, le poème de Baudelaire amène à un déchiffrement symbolique. L’analogie du vers 13 (”Le Poète est semblable au prince des nuées”) établit en effet le passage de l’anecdote à l’allégorie : alors qu’il partage le même sort que le peuple, dont il est le “compagnon de voyage”, l’albatros devient pourtant la figuration du “poète maudit”, mis au ban de la société : celui-ci est l’objet de la violence des marins, de leurs sarcasmes et de leurs rires. La dimension pathétique de la chute de l’oiseau, accentuée par sa gaucherie et sa laideur à la troisième strophe, évoque en outre l’indifférence de la société à l’égard de “l’infirme qui volait”. 

On pourrait rapprocher ce texte de la figure exigeante du poète imaginée par René Daumal : sur le point d’être pendu, le poète espère que la société le sauvera : “Faites que je vive, et moi je vous ferai retrouver la parole !”. En liant ainsi son sort à celui du peuple, le poète assume son statut de guide spirituel à l’égard de la société. Pourtant, la “parole” dont parle ici le poète n’est pas la même que pour le peuple, qui ne fera rien pour lui épargner la mort. Ainsi, la fin du texte se conclut-elle de façon très ironique : “Le peuple était déjà bien trop terrorisé. / Et pour avoir trop balancé pendant sa vie, le poète se balance encore après sa mort.” 

Comme nous le voyons, les deux premiers textes fonctionnent implicitement comme une critique du pouvoir de la poésie à “parler pour tous” (Éluard) : c’est donc à la fois l’échec personnel du poète mais aussi son échec sur le plan social et historique qui apparaissent finalement. Comment ne pas évoquer ici “Le discours à la première personne” d’Aragon ? En premier lieu, le texte a valeur de témoignage : l’auteur partage avec le peuple une même communauté de destin : “Votre enfer est pourtant le mien / Nous vivons sous le même règne”. Si, comme dans les textes précédents, la présence d’autrui est donc liée à la nécessité de créer (”J’aurais tant voulu vous aider / Vous qui semblez autres moi-même”), ces prédispositions du poète à la quête collective semblent pourtant bien vaines : “Mais les mots qu’au vent noir je sème / Qui sait si vous les entendez / Tout se perd et rien ne vous touche…” 

Néanmoins, quand on connaît l’engagement politique d’Aragon, on ne peut se méprendre sur le sens global du texte. C’est en effet cette quête ardente de l’autre qui justifie le titre : le “discours à la première personne” ne saurait se concevoir sans porter attention à l’autre. On comprend mieux dès lors l’avertissement d’Éluard : si les poètes “ont appris les chants de révolte de la foule malheureuse”, et s’ils ont ”l’assurance de parler pour tous”, il n’en demeure pas moins que leur parole risque de se limiter à une sorte d’autosatisfaction s’ils n’ont que “leur conscience pour eux.” Rejetant toute représentation élitiste ou symbolique de la poésie (”les poètes sont descendus des sommets sur lesquels ils se croyaient. Ils sont allés dans les rues, ils ont insulté leurs maîtres, ils n’ont plus de dieux”), l’auteur défend une conception particulière de l’engagement qui passe par la volonté de toucher le lecteur dans son expérience la plus concrète : “ils ont appris les chants de révolte de la foule malheureuse”. 

Correction : consignes académiques

La question sur le corpus 
Rappel du sujet : il était demandé aux candidats de “caractériser, en les comparant, les figures du poète imaginées dans les quatre textes du corpus”. 

Les contresens d’interprétation de la consigne 
Attention aux lectures hâtives des consignes : elle conduisent preque toujours à une mauvaise compréhension de la question. Ainsi, les mots “figure” et “imaginées” ont suscité quelques graves erreurs. D’où un certain nombre de réponses entièrement hors-sujet et malheureusement inévaluables. De fait, vous avez été un certain nombre à interpréter le terme “figure” dans son sens stylistique. Le participe “imaginées” qui fait penser aux “images” en poésie, n’a fait que renforcer cette erreur. Les élèves concernés auraient dû cependant prêter attention : de fait, l’expression de “figure du poète” ne renvoie absolument pas aux “figures de style”. Ici, étudier les “figures du poète” revenait à s’interroger sur la représentation du poète afin de déterminer quelle image les auteurs donnaient de sa condition et de sa mission dans la société. 

La nécessité de “confronter” les textes 
On attendait une réponse d’une trentaine de lignes environ. Il était donc attendu des aptitudes à la synthèse, en particulier la capacité à confronter les textes au lieu de les traiter isolément. Tous les textes du corpus mettaient en relation le poète et la société. En général, les élèves l’ont bien compris. Chez Baudelaire et Daumal (et dans une certaine mesure chez Aragon) cet élan vers l’autre aboutissait pourtant à un échec. De nombreux étudiants ont à ce titre rappelé la figure du “poète maudit”. C’était tout à fait acceptable à la condition bien entendu d’utiliser avec prudence la notion. Si l’on pouvait tolérer qu’un élève compare Daumal à un “poète maudit” comme Baudelaire, il était en revanche inconcevable d’inclure Éluard ou Aragon. Quelques rares candidats ont perçu dans la figure du poète imaginée par les textes l’allégorie d’une mise en question d’un ordre social existant, symbolisée finalement par la mort biologique du poète. Cela a donné des réponses souvent judicieuses. En revanche, le discours d’Éluard et le poème d’Aragon ont posé davantage de difficultés d’interprétation, parce qu’ils touchaient à des problématiques moins évidentes, en particulier le refus de toute représentation élitiste ou spiritualiste de la poésie. 
Dans quelques rares copies, ma collègue et moi-même avons déploré des réponses du type : “Dans les documents A et B, par opposition au document C”. Ce genre de prose “administrative” ne veut strictement rien dire. La présentation des textes doit mentionner explicitement leur titre ou le nom de l’auteur : “Dans “l’Albatros” ainsi que dans le poème de René Daumal”… L’indication de numéro ou de lettre dans l’intitulé des sujets n’est donc qu’une aide typographique destinée à mieux mettre en valeur les textes. 

La tendance à la généralisation 
C’est l’erreur la plus fréquente. Elle touche un certain nombre de candidats (parfois de valeur) qui éprouvent des difficultés à hiérarchiser et à sélectionner leurs connaissances : ils veulent tout mettre en négligeant les aspects particuliers de la consigne : c’est-à-dire sa délimitation. Leur réponse ressemble ainsi à une sorte d’exposé ou de discours très général. Autre cas de figure : vous vous trouvez devant un texte évoquant une problématique déjà traitée (c’était le cas du poème “L’Albatros” de Baudelaire), et vous cherchez à réutiliser vos connaissances… le risque est de tomber dans les généralités en oubliant la prise en compte minutieuse de laquestion spécifique qui vous est soumise. 

Voici un exemple de cette tendance à la généralisation : 
Le poème de Baudelaire est composé de quatrains rédigés en alexandrins. Le poème évoque le thème du voyage. En effet, le poète emploie le champ lexical de la mer : “tempête”, “mers”, “gouffres amers”, “avirons”… 
Comme on le voit, l’élève exploite des connaissances qui auraient peut-être été judicieuses dans un autre contexte (encore que le thème du voyage ne soit pas déterminant dans ce texte), mais qui s’avèrent tout à fait inutiles ici.

Rimbaud verlaine
Plaintes et célébrations poétiques, corpus

Questions servant à définir le registre lyrique : questions de corpus corrigées  Question : quels sentiments expriment ces poèmes ?  Ronsard : l'enthousiasme, le trouble, l'élan amoureux  Verlaine : la mélancolie  Aragon : la douleur, le deuil  Senghor : l'admiration

Ronsard
Le thème du temps qui passe en poésie

Le thème de la fuite du temps en poésie Questions sur corpus : séquence "poésie" 1/pour quelles raisons peut-on rapprocher ces 4 documents? 2/ comment chaque document représente t'-il le thème du temps qui passe? Baudelaire, Ronsard et Philippe de Champaigne, Vanité

Baudelaire
Les figures du poète, question corpus

Les figures du poète, question corpus corrigée avec Baudelaire, Daumal, Aragon, Eluard. Caractérisez en les comparant les figures du poète imaginées dans les quatre textes du corpus - Consignes académiques : La nécessité de “confronter” les textes et éviter la tendance à la généralisation

Bac francais
Le thème de la muse en poésie : Les poètes et leur relation avec leur muse. Question de corpus du Bellay, Apollinaire, Baudelaire, Malherbe, Corbière

Ce corpus nous présente plusieurs sonnets de différents poètes, chacun s’exprimant à propos de leur œuvre et leur inspiration - Le thème de la muse en poésie : Les poètes et leur relation avec leur muse. Question de corpus du Bellay, Apollinaire, Baudelaire, Malherbe, Corbière

Victor hugo jpe
Séries générales Objets d’étude : la poésie ; convaincre, persuader, délibérer

Hugo (1802-1885), « la Victoire », Histoire d’un Crime, « Souvenir de la nuit du 4 », Les Châtiments, Jersey, . Hugo, Lettre à Hetzel, 6 février - Que dénonce Hugo dans les textes A et B ? Quel est celui des deux textes qui vous paraît le plus susceptible d’émouvoir et d’indigner -EAF 2002, annales zéro

Desnos
Question de corpus corrigées, annales zéro 2002, poésie

Clancier, Contre-Chants, Desnos, « La peste », Contrée, Pierre Emmanuel, « Les dents serrées », Tardieu, « Vous étiez pourtant responsable », Annexe : Paul Eluard, présentation de l’ouvrage collectif L’Honneur des poètes - Justifiez le rapprochement de ces quatre poèmes. Question de corpus corrigées, EAF, annales zéro

Jacques reda
la conception de la poésie que Cocteau refuse et celle qu’il propose.

la conception de la poésie que Cocteau refuse et celle qu’il propose. Cocteau, Le Rappel à l’ordre. Ponge, Le pain, Réda, La bicyclette - correction question de corpus, commentaire, dissertation, écriture d'invention - A laquelle de ces deux conceptions les poèmes qui vous sont proposés correspondent-ils ?

Baudelaire
La modernité poétique. Groupement de poésies, Baudelaire, Apollinaire, Ponge. En quoi appartiennent-ils à la modernité poétique?

Baudelaire, Les Fleurs du Mal, "Crépuscule du matin", "Le joujou du pauvre" -Verhaeren, Les Villes tentaculaires, "Les Usines" -Apollinaire, Alcools, "Zone"- PONGE, Le parti pris des choses, "Le compliment fait à l'industriel" - la modernité poétique. programme bac de français 2020.

Baudelaire

Travailler et réviser la séquence bac "poésie" pour l'EAF 2020 0

l'EAF programme 2020. La poésie du XIXe siècle au XXIe-Hugo, "Les Contemplations", livres I à IV / parcours : Les Mémoires d'une âme. Baudelaire, "Les Fleurs du Mal" parcours : Alchimie poétique : la boue et l'or. Apollinaire, "Alcools" / parcours : Modernité poétique ?

Epistolaire lettres a lou

Travailler et préparer la séquence "épistolaire" pour l'EAF 0

Réviser et préparer l'épreuve anticipée de français toutes séries. La séquence épistolaire au bac. Commentaires, analyses, corpus pour l'écrit, plans, axes, problématiques, questions possibles de l'examinateur, oraux préparés pour l'entretien.

Bac

Travailler et préparer la séquence "réécriture" pour l'EAF 3

Consultez les documents et ressources du site pour préparer et réviser la séquence "réécriture"pour l'épreuve anticipée de français : commentaires littéraires, questionnaires, oeuvres intégrales, corpus corrigés... Entraînez-vous pour le jour J.

Moliere 2

Travailler et préparer la séquence "théâtre" pour l'EAF 2020 1

Préparer la séquence théâtre pour l'épreuve anticipée de français, nouveau programme 2020. commentaires littéraires, explications linéaires, questions de grammaire. Racine, Phèdre parcours Passion et tragédie. Beaumarchais, Le Mariage de Figaro parcours : La comédie du valet.Beckett, Oh ! Les Beaux jours, l'absurde.

BAC

Travailler et préparer la séquence "argumentation" pour l'EAF 0

Les ressources scolaires autour de l'argumentation. La question de l'homme dans les genres de l'argumentation du XVIe à nos jours. Convaincre, persuader, délibérer : thème, thèse, figures de style, l'implicite, l'explicite....

Camus 10

Travailler et préparer la séquence "roman" pour l'EAF 2020 0

Le roman EAF 2020 Etudes littéraires, linéaires, analyses linéaires syntaxiques. Lafayette, Princesse de Clèves individu, morale et société.J.Verne, Voyage au centre de la Terre Science et fiction. Sarraute, Enfance Récit -Stendhal Le Rouge et Noir-Yourcenar : Mémoires d'Hadrien, séries générales et technologiques

Montaigne

La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle bac 2020 1

Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe au XVIIIe siècle, programme bac EAF 2020-Montaigne, "Essais", "Des Cannibales", I, 31 ; "Des Coches", III, 6 La Fontaine, "Fables" (livres VII à XI) parcours : Imagination et pensée au XVIIe siècle. Montesquieu, Lettres persanes, Voltaire, l'Ingénu, Bac technologique

Bac francais

Questionnaires bac de français 2020 0

Documents complémentaires, lectures cursives, questionnaires, contrôles de lecture pour compléter les descriptifs du bac oral de français 2020 et réviser l'écrit -poésie du XIXe siècle au XXIe siècle-littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle  Le roman et le récit -Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 01/08/2019