Convaincre, persuader, délibérer, les différentes stratégies argumentatives

Les stratégies argumentatives

La méthode à suivre pour réussir un commentaire

Poésie

Cours /  Ex 

Roman - Tx argumentatif

Cours / Ex  -  Cours / Ex 

Théâtre

Cours / Ex 

Les procédés littéraires   Cours / Quiz 

La comparaison   Cours / Quiz 

  • Métaphore
  • Oxymore   
  • Hyperbole
  • Allégorie 
  • Anaphore  
  • Paronomase
  • Métonymie
  • Chiasme
  • Enumération
  • Gradation 
  • Personnification
  • Litote
  • Périphrase
  • Assonance
  • Ellipse 

l'argumentation

Convaincre, persuader, délibérer



1) Démontrer : 

- Lorsqu'on démontre une thèse, on avance la preuve de son bien fondé par des éléments incontestables. La démonstration est ainsi irréfutable et pleine de logique et les conclusions incontestables. Ainsi pour démontrer, il n'y a pas besoin d'interlocuteur: la vérité que l'on avance est irréfutable. 
- Par contre, le texte qui argumente, et qui cherche à démontrer se reconnait aux éléments suivants: 
- Sa logique objective: le narrateur s'efforce, parce que ce qu'il dit est une vérité totale. 
- Un raisonnement empreint de logique, dont la cohérence est vraiment explicité, ici, dans le texte, Voltaire utilise une forme de syllogisme. 
- L'utilisation de beaucoup de mots de liaison montrent la progrssion de la démonstration. 

2) Convaincre : 

- Lorsqu'on essaye de convaincre quelqu'un de la vérité d'une thèse, on l'amène sur le terrain du narrateur de manière rationnelle pour lui montrer que ce que l'on dit est vrai: la différence avec la démonstration est que la thèse n'est pas incontestable, et qu'on peut toujours defendre un point de vue adverse. 
Ainsi, pour convaincre, il faut un partenaire. 
- Un texte qui argumente est un texte qui cherche à emporter l'adhésion, il se reconnait à : 
- Les arguments ennoncés, renforcés par la thèse 
- L'utilisation de raisonnements empreints de logique qui utilisent des mots de liaison 
- La prise en compte de la position adverse que l'on essaye de démontrer. 

3) Persuader : 

- On peut aussi utiliser les sentiments pour faire se ranger quelqu'un à notre thèse. 
Un texte qui argumente et cherche à persuader se reconnait à: 
-faire s'impliquer le partenaire par le recours à des moyens qui enoncent : 
classique apostrophe, interrogations, 
soit on utilise le registre émotif, soit on utilise plein de procédés et des figures de rhétorique, pour rechercher la séduction du partenaire par un discours bien construit. 

 L'art de convaincre 

- La thèse constitue une idée défendue par le locuteur, on la retrouve le plus souvent en introduction ou encore en conclusion. 

- L'argumentation ou aussi appelée raisonnement suit deux logiques : 
* La déduction: commence par une loi générale pour terminer sur un fait particulier. On peut citer le syllogisme. 
* L'induction est le contraire de la déduction, on part d'une action particulière pour aboutir à une loi générale. 

- Les arguments sont les raisons expliquées par le locuteur pour défendre sa thèse. On peut les regrouper en trois parties : 
* L'argument d'autorité signifie qu'il s'agit d'une idée émise d'un groupe que l'on ne peut généralement pas contester. 
* L'argument ad hominem qui est utilisé pour une raison personnelle pour attaquer l'hypothèse de l'adversaire. 
* Les exemples sont utilisés pour illustrer les arguments. 

- Procédés du discours argumentatif : 

* La thèse rejetée: 
*La concession: utilisée pour faire semblant d'approuver sa thèse pour mieux soutenir la sienne. On peut la repérer facilement grâce à des connecteurs logiques. 
* L'organisation logique: utilisée pour relier des arguments, grâce à des connecteurs logiques, pouvant exprimer des rapports logiques. 

Utiliser des arguments de mauvais foi 

Les arguments de mauvais foi n'ont pas de valeur logique mais donnent une apparence rationnelle au discours. Ce sont donc de faux arguments qui permettent de dissimuler la faiblesse de l'argumentation. On peut citer : 

- Le prétexte : il invoque une raison inventée pour justifier une décision ou un comportement, par exemple ce que fait le loup dans la fable de La Fontaine "le loup et l'agneau" : il prend prétexte du fait que l'agneau le gêne en buvant dans la même rivière que lui pour justifier sa décision de le dévorer. 

- La tautologie : On peut traduire la tautologie par le discours du même, c'est le fait de dire deux fois la même chose, c'est un raisonnement sans fondement qui se contente de répéter la même idée et relève donc de l'évidence, exemple, je monte en haut. 

- L'agument ad hominem : il consiste à discréditer la personne  plutôt que ses propos et ses arguments 

Prendre en compte la thèse adverse : 

On peut aussi tenir compte des arguments de l'adversaire et les intégrer dans le raisonnement, on peut le faire de trois façons. 

Le raisonnement concessif : il permet de donner raison à l'adversaire sur quelques points avant de réfuter l'essentiel de son argumentation, comme dans l'exemple suivant : il a certes des facilités, mais il est encore loin de rivaliser avec les meilleurs. 

Le raisonnement par l'aburde : Il fait mine d'adopter la thèse adverse pour en tirer par déduction des conséquences ridicules : cela permet au locuteur de montrer que l'idée de départ, autrement dit la thèse adverse est illogique. 

L'ironie : La thèse adverse est prise en compte, elle feint d'adopter les arguments de l'adversaire pour mieux les tourner en dérision ; c'est par exemple ce que fait Voltaire dans Candide avec ses nombreuses antiphrases qui font valoir l'ironie dans le but de dénoncer la thèse. 

2) L'éloge et le blâme 

- L'éloge est un discours raconté par le locuteur qui cherche à convaincre le lecteur des mérites et des qualités de sa thèse. 

- Le blâme est le contraire d'éloge, il argumente et cherche à convaincre le lecteur des défauts de sa thèse. 

3) La polémique et la satire 

- Le discours polémique se caractérise par le fait qu'il porte sur un sujet qui se prête à la contestation. On retrouve ainsi un vocabulaire dépréciatif qui élimine la thèse adverse. On y trouve une ponctuation expressive et de nombreuses figures d'insistance. 

-Le discours satirique est axé sur la moquerie en ridiculisant l'adversaire par une stratégie d'argumentation. On repère souvent l'ironie grâce aux antiphrases. 

Le but de cette stratégie est d'obtenir l'adhésion du destinataire.

Les procédés d'écriture à connaître

Procédés littéraires stylistiques syntaxiques lexicaux

Ajouter un commentaire