Corrigés de français 2019 Pondichéry L - Fournier, Le Grand Meaulnes, Limbour, Les Vanillers, Le Clézio, Le Chercheur d’or,Modiano, L’Horizon

Bac 2019

 

 
 

Le personnage de roman, les corrigés sont en ligne, entraînez-vous pour le jour J

Corrigés du bac de français 2019

Sujets  Pondichéry, série L

 

BAC 2019 : EUROPE, AFRIQUE, PROCHE-ORIENT (CENTRES ÉTRANGERS DU GROUPE 1)

Le contenu des sujets Pondichéry et Afrique est identique. Le centre d'examen Pondichéry est inclus dans le groupe Centres Etrangers à partir de cette année

 

 

 

Objet d'étude :

Le sujet comprend 

Corpus 
A) Alain-Fournier, Le Grand Meaulnes, 1913.
B) G. Limbour, Les Vanillers, 1938.
C) J.M.G. Le Clézio, Le Chercheur d’or, 1985.
D) P. Modiano, L’Horizon, 2010.

Question 
Quels rapports les personnages de ces textes entretiennent-ils avec leurs souvenirs ?

Commentaire :
L'extrait de J.M.G. Le Clézio (texte C).

Dissertation :
Est-il selon vous nécessaire d'avoir accès au passé d'un personnage pour l'apprécier ?

Ecriture d'invention :
Un personnage de roman essaie de retrouver des souvenirs perdus à partir du nom d'une personne oubliée (comme à la fin du texte de P. Modiano). Vous décrirez cet effort de mémoire et évoquerez le rapport personnel que votre personnage entretient avec ses souvenirs.

 

Pas de série L au bac 2018 

A lire également

Au bac de français 2018, les bacheliers des séries ES, S, Pondichéry ont travaillé sur le théâtre

Sujets et corrigés de français bac 2018 à l'étranger, Pondichéry séries générales, S. Les corrigés sont en ligne, entraînez-vous pour le jour J.

Au bac de français 2018, les bacheliers des séries technologiques, Pondichéry ont travaillé sur l'argumentation

Sujets et corrigés de français bac 2018 à l'étranger, Pondichéry séries technologiques. Les corrigés sont en ligne, entraînez-vous pour le jour J.

 

Lire le sujet version intégrale, PDF 

L francais premiere 2019 centres etrangers sujet officielL francais premiere 2019 centres etrangers sujet officiel (323.94 Ko)

 

 

 

 

CORRECTION PROPOSEE

E.A.F. - SESSION 2019, Pondichéry

Correction de la question de corpus - Quels rapports les personnages de ces textes entretiennent-ils avec leurs souvenirs ?

Ce corpus est composé de quatre textes : Le Grand Meaulnes d' Alain-Fournier (texte A), Les Vanillers de Limbour (texte B), Le Chercheur d’or de Le Clézio (texte C) et L’Horizon de Modiano (texte D). Le thème du souvenir est présent dans chacun des textes. Nous pouvons voir que les personnages entretiennent des rapports différents avec leurs souvenirs. Ainsi dans le texte A,le personnage associe le souvenir à un moment de sa vie dont il ne connaît pas tout, à travers ce souvenir il tente de reconstituer ce moment, comme un puzzle, de même que le texte D où le personnage associe ses souvenirs à une recherche de cohérence, il y cherche une explication sur sa vie. Dans le texte B le souvenir est lié à un parfum, c'est ce dernier qui provoque le souvenir, le personnage tente de découvrir d'où il vient, et par conséquent le souvenir associé ressurgit. Il n'y est pas question de personnes, uniquement d'une recherche dans le passé. Dans le texte C le personnage associe souvenir et bien-être, le souvenir est lié à un moment heureux et paisible de sa vie qui est représenté par une personne en particulier. Dans ce texte, on voit l'importance des autres personnes dans les souvenirs, de même que dans le texte D.

Correction du commentaire - L'extrait de J.M.G. Le Clézio (texte C).

Le souvenir est un thème particulièrement apprécié dans le genre romanesque, en effet les personnages se découvrent aux yeux du lecteur notamment à travers leurs souvenirs. Le roman apparaît comme le genre le plus facile quand il s'agit de donner du corps à un personnage, le genre étant libre de toutes conventions et ne répondant pas à des règles strictes comme peut l'être la poésie ou le théâtre. Alors avec le roman, les personnages prennent vie à travers le récit de leur vie. Le souvenir est souvent utilisé par les auteurs afin que le lecteur ait accès à une intériorité plus profonde et intime du personnage. Dans le texte C de notre corpus, Le Chercheur d'or, de Le Clézio, écrit en 1985, nous pouvons voir un personnage qui se souvient d'un moment de sa vie.

Nous pouvons nous demander comment se manifeste le souvenir dans ce texte.

Pour répondre à ce questionnement nous verrons tout d'abord qu'il s'agit d'un texte narratif, et ensuite nous observerons le lien entre le souvenir et les personnes.

 

I/ Un texte narratif

a) Un texte structuré

3 paragraphes : structure ternaire pouvant suivre le chemin suivant : souvenir, questionnement, sorte de conclusion. Ainsi le 1er paragraphe commence par « Il y a », le 2nd par « Pourtant », et le dernier par « Mam est » (affirmation, présent de vérité générale)

Structure qui semble suivre la pensée du personnage à travers sa rêverie (idem que Rousseau dans Les Rêveries du promeneur solitaire.) Chaque souvenir donne lieu à un autre souvenir

 

b) Des descriptions au service du souvenir

Nombreuses descriptions, renforcées par des effets de style, comme des anaphores « Nous lisons » ou hyperbate (ligne 15 à 18) = donne un rythme au texte, le lecteur est emporté dans le souvenir du personnage

Effet de réalisme dans les descriptions, avec des précisions qui donnent lieu à une identification du lecteur au personnage « Mam interroge, d’abord sur la grammaire, la conjugaison des verbes, l’accord des participes et des adjectifs »

 

Le texte narratif apparaît comme le moyen le plus simple pour permettre d'accéder aux souvenirs du personnage, mais il semble que le souvenir soit intimement lié avec des personnes ayant compté pour ce personnage.

 

II/... lié à une personne particulière

a) La mère du personnage, le cœur du texte

omniprésence de la figure maternelle : dans chaque paragraphe il est question d'elle

description détaillée de « Mam » : sa voix « douce et jeune », sa beauté est solaire « Je crois que toute la beauté de cet instant vient d’elle, de ses cheveux épais et bouclés, d’un brun un peu fauve qui capte la moindre étincelle de lumière, de ses yeux bleus, de son visage encore si plein, si jeune, de ses longues mains fortes de pianiste »

Beaucoup de figures de style, qui donne au lecteur une impression d'idéalisation de la mère pour le personnage : métaphore « Seule reste la musique, douce, légère presque insaisissable, unie à la lumière sur le feuillage des arbres, à l’ombre de la varangue, au parfum du soir »

 

b) Déclencheur et moteur du souvenir

Lien de cause à effet entre le souvenir et la mère du personnage : le souvenir amène le personnage à repenser à sa mère, et son souvenir donne lieu à d'autres souvenirs liés à elle.« Elle pose ses questions avec soin […] J'ai honte de ne pas comprendre aussi vite que Laure »

Le personnage ne se souvient pas des paroles, mais se souvient de ce qui est le plus important à ses yeux : intonation de sa voix : on peut penser que la voix apparaît au personnage comme l'essence même de sa mère. Sa voix est le seul souvenir qui reste intacte, et c'est ce qui semble la définir : sa voix est douce donc il semble qu'elle le soit.

 

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes demandés comment se manifestait le souvenir au sein de ce texte. Nous pouvons dire que le souvenir se manifeste ici à travers une personne : « Mam », la mère du personnage qui semble être le moteur du souvenir. On voit également que le souvenir se manifeste par une idéalisation de la mère pour le personnage, qui semble entretenir avec le souvenir une relation de bien-être et de nostalgie.

Nous pourrions rapprocher ce texte de celui de Modiano (texte D de notre corpus), où le personnage cherche à se souvenir des êtres de son passé.

 

Un personnage de roman essaie de retrouver des souvenirs perdus à partir du nom d'une personne oubliée (comme à la fin du texte de P. Modiano). Vous décrirez cet effort de mémoire ...

Conseils d'écriture :

  •  

Utiliser les codes du récit

  • Donner de nombreuses descriptions du cheminement de la pensée

  • Utiliser un point de vue interne pour bien rendre compte de l'intériorité du personnage

  • prendre exemple sur le texte D, dernier paragraphe

  • utilisation du « je »

  • Caractériser votre souvenir à l'aide d'adjectifs, métaphores etc

 

Idées possibles :

  •  

Commencer l'invention par une sensation, un parfum, une impression de déjà vue

  • donner l'impression d'une pensée en mouvement

  • utiliser le procédé de reprise (« Une chevelure rousse... Rousse comme le feu autour duquel nous nous réchauffions dans nos folles années. »)

  • Aborder l'invention comme un vague souvenir

  • bien montrer la difficulté de recomposer le souvenir

  • glisser plusieurs détails, puis ensuite les relier

  • Utiliser de nombreuses descriptions

Correction de la dissertation - Est-il selon vous nécessaire d'avoir accès au passé d'un personnage pour l'apprécier ?

A définir : passé – personnage

 

Le personnage de roman est un personnage qui tend à être apprécié par le lecteur. En effet ce dernier peut s'identifier au personnage, selon l'histoire de celui-ci. Ainsi le souvenir est un thème récurrent au sein du genre romanesque, les auteurs s'en servent afin de donner de la profondeur au personnage, ce qui permet de lui donner de la vie et de la matière.

La question qui nous intéresse sous-tend l'idée que l'accès au passé d'un personnage est une condition pour que le lecteur l'apprécie.

Nous pouvons nous demander s'il est réellement nécessaire pour le lecteur de connaître le passé d'un personnage pour l'apprécier.

Pour répondre à ce questionnement, nous verrons que l'accès au passé du personnage est important pour le lecteur, puis nous verrons que certains personnages dont le lecteur ne connaît pas le passé sont tout autant appréciables.

 

 

Dans un premier temps, nous pouvons dire que l'accès au passé d'un personnage permet au lecteur de l'apprécier davantage. En effet, l'intériorité du personnage est un gage pour le lecteur, qui voit en ce personnage de fiction une part de vie et de réalité. Nous pouvons voir au sein des textes de notre corpus que le souvenir, chez les personnages, est un moyen pour le lecteur de connaître le passé des personnages. Si l'on procède à un raisonnement logique, le lecteur est plus apte à apprécier un personnage dont il connaît l'histoire et le passé, cette connaissance est un moyen pour le lecteur de juger le personnage et de s'en faire une idée. Par moment il est même possible pour le lecteur de s'identifier à ce personnage.

De plus, nous pouvons dire qu'un personnage se souvenant de son passé, apparaît au lecteur plus humain. Un personnage qui se souvient fait généralement part de ses sentiments, de ce qu'il éprouve quant à ce qu'il se souvient. Par conséquent le lecteur l'apprécie. Nous pouvons dire que le lecteur apprécie un personnage dès lors que ce dernier a une certaine profondeur, dont il connaît le caractère et la vie. Lorsqu'un personnage se souvient, et donc que le lecteur a accès à son passé, un pacte de confiance s'installe. En effet, dans la vie courante, nous ne racontons pas notre passé au premier venu.

 

L'accès au passé d'un personnage semble donner davantage de facilité au lecteur pour l'apprécier, cependant certains personnages ne remplissent pas ce critère, et sont pourtant tout autant appréciés.

 

Dans un second temps, nous pouvons dire que l'accès au passé d'un personnage peut ne pas être obligatoire pour que le lecteur apprécie le personnage. Ainsi, si nous prenons l'oeuvre de Camus L'Etranger, nous savons que le lecteur ne connaît rien du personnage central, pas même son nom, ni son passé, ni ce qu'il à fait. Il n'en résulte pas moins que ce personnage soit appréciable pour le lecteur. En effet, la profondeur d'un personnage ne se fait pas que par son passé, il semble que l'auteur, s'il ne donne pas l'accès au passé d'un personnage à son lecteur, doit trouvé un substitut à cela.

Par conséquent, nous pouvons penser qu'un personnage est apprécié par le lecteur dès lors qu'il comporte un attrait particulier. Si le personnage est le sujet d'une histoire à suspens ou à un drame, le non-accès à son passé peut alors devenir la raison pour laquelle le lecteur l'apprécie. Nous pouvons également penser au contraire, c'est-à-dire que le lecteur connaisse le passé d'un personnage mais que celui-ci soit un monstre, alors le lecteur ne l'apprécierai pas. Le flou qui entoure le passé d'un personnage devient intéressant pour le lecteur, qui cherche à comprendre les actes du personnage. Il semble alors que le lecteur puisse apprécier un personnage dont il n'aurait pas accès au passé, à la condition qu'il remplisse d'autres critères ou que ce soit un choix de l'auteur. Dans le cadre d'une œuvre dont le début est « in medias res », le non-accès au passé du personnage peut devenir un atout à la formation de ce dernier.

 

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes demandés

s'il est réellement nécessaire pour le lecteur de connaître le passé d'un personnage pour l'apprécier. Nous pouvons dire que le lecteur est davantage sujet à apprécier un personnage dont il connaît le passé, mais que ce seul trait ne fait pas tout, car le caractère du personnage entre également en jeu. Nous pouvons dire que l'accès au passé d'un personnage peut être un gage de sympathie du lecteur envers le personnage, mais il peut également être inutile selon le caractère du personnage.

Nous pourrions nous intéresser aux liens qui unissent le lecteur, le personnage et l'auteur quant à l'accès à l'intériorité du personnage à travers son passé.

 
 

bac 2019 annales sujets corrigés Pondichéry

Ajouter un commentaire