Les annales du bac de français, sujets nationaux et les corrigés, année 2019 séries technologiques dès la sortie de l'épreuve-Le personnage de roman

Bac

 

Corrigés du bac de français 2019

Sujets nationaux, session juin, séries technologiques 

 

 

 

 

Objet d'étude :

Le sujet comprend 

Objet d’étude : Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours.

Le sujet comprend :

TEXTE A : Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Partie I, chapitre 5, 1869.

TEXTE B : Émile Zola, Le Ventre de Paris, chapitre 1, 1873.

TEXTE C : Louis Aragon, Aurélien, chapitre 8, 1944.

 

 

A lire 

Les bacheliers des séries technologiques ont travaillé sur la poésie au bac 2018, session de juin

Les annales du bac de français, sujets nationaux et les corrigés, année 2018 séries technologiques : objet d'étude, la poésie
 

A consulter aussi

Au bac 2017, les bacheliers des séries technologiques ont travaillé sur un corpus de poésie 

Les annales du bac de français, sujets nationaux et les corrigés, année 2017 séries technologiques : objet d'étude, la poésie

 

 

 

Lire le sujet version intégrale, PDF 

Stmg sti2d st2s francais premiere 2019 metropole sujet officielStmg sti2d st2s francais premiere 2019 metropole sujet officiel (131.52 Ko)

 

 

ÉCRITURE

I. Vous répondrez d'abord à la question suivante (4 points) :
 

Questions 
1) Quels sont les points communs qui réunissent ces trois textes ?
2) Quels sentiments ou quelles émotions la ville provoque-t-elle chez les personnages ?

Commentaire :
Le texte C extrait d'Aurélien d'Aragon, en explication les plaisirs de la promenade, et les multiples facettes de Paris.

Dissertation :
Peut-on bien connaître un personnage de fiction sans la présentation des lieux dans lesquels il évolue ?

Ecriture d'invention :
Un personnage de votre choix circule dans une ville d'aujourd’hui. Vous décrirez ce qu'il voit et rendrez compte de ce qu'il ressent en vous inspirant des textes du corpus.
 

 

 
 

CORRECTION PROPOSEE

 

E.A.F. - SESSION 2019

Sujets et consignes de correction académiques à consulter en plus de la correction proposée par le site www.sujetscorriges.fr  dès la sortie de l'épreuve

Pas de consignes académiques

1) Quels sont les points communs qui réunissent ces trois textes ? 2) Quels sentiments ou quelles émotions la ville provoque-t-elle chez les personnages ?

 

Question 1 :

Les trois textes de notre corpus, extraits de L'Education sentimentale de Flaubert (texte A), Le Ventre de Paris de Zola (texte B), et Aurélien d'Aragon, traitent tous du thème de la ville, et plus particulièrement de la ville de Paris. Ce qui lie ces trois textes est la découverte de l'intériorité des personnages, nous pouvons voir la ville de Paris à travers eux. Nous y voyons de grandes descriptions, au fil de leur promenade, et nous découvrons à travers leurs ressentis la vision de Paris qui est véhiculée.

 

Question 2 :

Au sein des corpus, nous découvrons que les personnages éprouvent des sentiments ambivalents à l'égard de la grande ville. Ainsi dans les textes, les personnages des textes B et C sont face à une ville grouillante, sans cesse en activité qui les effraie tout autant qu'elle les fascine. Ainsi Bérénice (texte C) voit ce lieu comme un « univers qui l'effrayait et l'attirait ». Mais le personnage du texte A se retrouve dans des rues calmes, au milieu d'un quartier « désert », lorsqu'il retrouve la vie tumultueuse de la ville, il en ressent une « fatigue », une lassitude.

Correction du commentaire-Le texte C extrait d'Aurélien d'Aragon, en explication les plaisirs de la promenade, et les multiples facettes de Paris.

 

Le personnage de roman est toujours un sujet aux multiples facettes, ainsi il soulève de nombreuses questions. Le roman est le genre le plus à même de dévoiler l'intériorité d'un personnage, mais plus encore de faire découvrir à travers celui-ci un lieu, un paysage. Ici dans l'extrait d'Aurélien de Louis d'Aragon (texte C de notre corpus ), nous pouvons découvrir la ville de Paris à travers la promenade de Bérénice. Nous pouvons voir que la ville inspire de nombreux sentiments à la jeune fille, qui déambule dans les avenues, s'émerveillant de cette ville, qui pourtant comporte un aspect effrayant de part sa grandeur.
Nous pouvons alors nous demander comment l'auteur à travers cet extrait nous fait découvrir la ville par les yeux de son personnage de roman.

Pour répondre à ce questionnement, nous verrons tout d'abord les plaisirs de la promenade, puis les multiples facettes de Paris.

I/ Les plaisirs de la promenade

a) Des descriptions réalistes

• Des lieux réels : « l'Etoile », « l'avenue Friedland », « Champs-Elysées » etc = donne au lecteur des lieux communs, connus : dresse un tableau réaliste de la ville de Paris + terme de « promenade » qui suggère une découverte pour le personnage

• Nombreuses juxtapositions et énumérations : « il y avait les grands magasins, les musées, les cafés, le métro. » = donne un plan panoramique de la ville qui permet au lecteur de visualiser par l'imagination ce que voit le personnage.

b) Une promenade au rythme de l'écriture

• Ponctuation qui rythme la promenade de la jeune fille : points de suspension qui donne une sorte de pause dans la progression de la vue « Par exemple l'Etoile... Marcher autour de l'Etoile », « Il y a l'avenue Victor Hugo... »

• Métaphore de l'étoile : la place de « l'Etoile » est vue comme le point culminant du texte : de là que partent toutes les avenues, où se rejoignent tous les mondes : le tout est ce qu'appelle Bérénice « l'univers »

C'est au cours de cette promenade que la jeune Bérénice découvre les nombreuses avenues de Paris, et avec elles les différents aspects de cette grande ville.

II/ Les multiples facettes de Paris

a) Une ville tumultueuse et effrayante...

• Paradoxe entre la « solitude » du personnage, et la multiplication des « mondes » dans Paris : « se trouver sans avoir vraiment choisi dans un monde absolument différent de celui où s'enfonce l'avenue suivante »

• Multiples horizons qui se proposent à Bérénice : selon le « monde » suivi, impossible de savoir vers quoi elle va « Ici on ne pouvais jamais savoir d'avance si ce serait le paradis rêveur […] ou le grouillement voyou »

b)... qui fascine le personnage

• Long membre de phrase l22 à 28 : hyperbate = suggère fascination dégagée par la ville + interjection « Oh » qui laisse deviner la surprise ou l'émerveillement + personnification de la ville de Paris et termes élogieux « merveille », « ses bras de lumière » etc

• Ponctuation forte : point d'exclamation, laisse sous-entendre l'émotion qu'instaure la ville sur le personnage « et brusquement son soleil ! », « Que c'est beau, Paris ! » = inversion et dégagement du sujet en fin de membre (césure par virgule) = laisse voir la fascination

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes demandés comment l'auteur à travers cet extrait nous fait découvrir la ville par les yeux de son personnage de roman. Nous pouvons dire que dans cet extrait le fond et la forme sont intrinsèquement liés, dans la mesure où la promenade de Bérénice permet au lecteur de découvrir la ville à travers ses yeux, et par la même occasion de découvrir les différentes facettes de la ville.

De même que Zola dans le texte B de notre corpus.

 
 

Correction de l'écriture d'invention-Un personnage de votre choix circule dans une ville d'aujourd’hui. Vous décrirez ce qu'il voit et rendrez compte de ce qu'il ressent

Bac techno

Invention

Conseils d'écriture :

  • utiliser la troisième personne du singulier (il ou elle)

  • utiliser de nombreuses descriptions détaillées

  • bien utiliser les codes du récit

  • structurer l'invention en paragraphe : selon progression logique

  • s'inspirer d'un des textes du corpus

 

Idées possibles :

  • s'inspirer d'une ville connue, qui vous est familière

  • faire ressortir les émotions du personnage face à cette ville

  • utiliser des métaphores pour faire ressortir un trait de la ville (menaçante, accueillante etc)

  • s'inspirer des plans tirés du cinéma : faire des descriptions en « zoom » par exemple

  • donner au personnage un message à véhiculer à travers son exploration de la ville

 

Correction de la dissertation-Peut-on bien connaître un personnage de fiction sans la présentation des lieux dans lesquels il évolue ?

 

Peut-on bien connaître un personnage de fiction sans la représentation des lieux dans lesquels il évolue ?

 

A définir : personnage - fiction – lieux

 

Le personnage de fiction est par définition un personnage qui laisse au lecteur le loisir de l'imaginer selon les choix faits par l'auteur. Pour cela l'auteur doit créer une réalité autour du personnage.

Le roman est par conséquent le moyen le plus facile pour l'auteur pour créer cette réalité, grâce aux nombreux procédés auxquels il peut avoir recours. La question qui nous anime ici est de savoir si le lecteur est capable de connaître un personnage, aussi bien, avec ou sans la connaissance et la représentation des lieux dans lesquels évolue ce personnage.

Nous pouvons donc nous demander si la connaissance de ces lieux aide réellement le lecteur à bien connaître le personnage.

Pour répondre à ce questionnement, nous verrons tout d'abord que la connaissance des lieux permet au lecteur de situer le personnage dans un environnement, puis nous verrons que cela n'aide pas nécessairement à la connaissance de l'intériorité du personnage.

Dans un premier temps, nous pouvons dire que la connaissance des lieux pour le lecteur permet de situer le personnage dans un environnement, et donc de lui donner des caractéristiques.

Ainsi, si un personnage évolue dans une jungle, le lecteur peut imaginer que le personnage est un aventurier, il continuera sa lecture selon cette idée. De même que si le personnage évolue dans un château, le lecteur en tirera des conclusions. la représentation des lieux dans le roman, que ce soit à travers des descriptions, des métaphores etc, donne au lecteur des indices sur le personnage, sa vie, sa situation sociale etc.

De plus, un personnage dont les lieux où il évolue sont représentés est plus à même d'inspirer de la sympathie de la part du lecteur, ce dernier pourrait même s'identifier au personnage, s'il reconnaît les lieux dans lesquels il évolue. Le roman, grâce à ses nombreux procédés, permet à l'auteur de choisir la manière dont il veut représenter les lieux. Parfois même, l'auteur peut y véhiculer des messages. Par exemple, si l'on s'appuie sur les textes de notre corpus, nous pouvons remarquer que la ville de Paris, en général, inspire par les représentations qui en sont faites, tant de la fascination que de la peur ou de la solitude.

La représentation des lieux où évolue le personnage est une aide précieuse pour le lecteur pour bien connaître ce personnage, mais il semble qu'une autre condition soit à remplir pour parvenir à ce but.

l'accès à l'intériorité du personnage permet au lecteur de le connaître, peut-être mieux que la seule représentation des lieux dans lesquels il évolue.

En effet, la connaissance d'un personnage se fait pour le lecteur en apprenant le caractère, la vision du personnage. Pour cela, c'est à travers ses ressentis, et les émotions qu'il exprime que le lecteur va apprendre à bien connaître le personnage. Nous pouvons par exemple penser aux textes de notre corpus, où les ressentis des personnages face à la grande ville de Paris permettent au lecteur de cerner le caractère des personnages.

De plus, c'est à travers l'écriture que se manifeste le caractère du personnage. Le roman étant un genre du récit, l'auteur va mettre en situation le personnage, et décrire ce qu'il fait, lui donner des sentiments, des émotions, qui transpireront à travers le texte et pourront influencer le lecteur. Par conséquent, le lecteur sera plus à même de bien connaître le personnage, qui lui apparaîtra plus humain, et donc plus abordable. Comme Bérénice dans le texte C de notre corpus, le lecteur connaîtra bien ce personnage, car on peut voir sa vision et ses émotions face à ce qu'elle voit. Il semble alors que les deux aspects soient importants pour que le lecteur connaisse bien le personnage de roman.

Pour conclure, nous pouvons rappeler que nous nous sommes demandés si la connaissance de ces lieux aide réellement le lecteur à bien connaître le personnage. Nous pouvons dire que la représentation des lieux, la connaissance de ceux-ci est importante pour le lecteur, afin qu'il puisse imaginer le décor dans lequel évolue le personnage. Cependant l'accès à son intériorité est aussi importante, dans le sens où le lecteur pourra humaniser cet être de fiction et par conséquent apprendre à le connaître comme il le ferait pour une personne réelle. Il semble alors que la combinaison de la connaissance de l'intériorité et la représentation des lieux où évolue le personnage sont autant de conditions pour que le lecteur connaisse bien le personnage.

Nous pourrions nous demander quel autre critère est à prendre en compte pour une bonne connaissance du personnage de fiction.

 
 

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 27/10/2019