Annales bac français 2019 - 2018 à 2002 - Corrigés philosophie 2019 - 2018 à 2010 - EAF 2020 séries générales, technologiques- programme - ressources - Bac 2021 

Corrigés bac de l'EAF 2019, séries ES, S dès la fin de l'épreuve-Ecriture poétique et quête du sens

Bac

 

Corrigés du bac de français 2019

Sujets nationaux, session juin, série ES, S 

 

 

 

 

Objet d'étude :

Le sujet comprend 

Objet d'étude :
Ecriture poétique et quête du sens, du Moyen Age à nos jours.

A) Alphonse de Lamartine, "L'isolement", Méditations poétiques, 1820.
B) Anna de Noailles, "La Vie profonde", Le Coeur innombrable, 1901.
C) Andrée Chédid, "Destination : arbre", Tant de corps et tant d'âme, 1991.
D) Yves Bonnefoy, "La pluie d'été", Les Planches courbes, 2001.
 

 

 

A lire 

Au bac 2018, les bacheliers ES, S  ont travaillé sur la question de l'homme dans les genres de l'argumentation

Au bac 2018, les séries ES S  ont travaillé sur ls corrigés, année 2018 séries ES, S. Objet d'étude, la question de l'homme

Vous pouvez lire aussi 

Au bac 2017, les séries ES, S ont travaillé sur le roman

Les annales du bac de français, sujets nationaux et les corrigés, année 2017 séries ES, S. Objet d'étude, le personnage de roman

 

 

 

Lire le sujet version intégrale, PDF 

S es francais premiere 2019 metropole sujet officielS es francais premiere 2019 metropole sujet officiel (34.43 Ko)

 

 

ÉCRITURE

Question 
Quelle(s) relation(s) le poète entretient-il avec la nature dans les poèmes du corpus ?

Commentaire :
Le poème d'Andrée Chédid, "Destination : arbre" (texte C).

Dissertation :
"Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise...", écrit Anna de Noailles (texte B, dernier vers). Pensez-vous que ce vers puisse définir l'attitude du poète face au monde ?

Ecriture d'invention :
"Nulle part le bonheur ne m'attend", écrit Lamartine. Dans un texte poétique d'une certaine ampleur, vous prendrez le contrepied de cette affirmation, en évoquant l'épanouissement et la plénitude du poète au sein de la nature. Vous pourrez choisir d’utiliser une forme versifiée ou une prose poétique.
 

 

 
 

CORRECTION PROPOSEE

 

E.A.F. - SESSION 2019

Sujets et consignes de correction académiques à consulter en plus de la correction proposée par le site www.sujetscorriges.fr  dès la sortie de l'épreuve

Pas de consignes académiques

Correction de la question de corpus -Quelle(s) relation(s) le poète entretient-il avec la nature dans les poèmes du corpus ?

Épreuve Anticipée de Français

Séries ES et S

 

Objet d’étude : La question de l’Homme dans le genre de l’argumentation du 15ème siècle à nos jours

 

Le Corpus

 

Le corpus est un exercice de synthèse, alors n’oubliez pas d’aller à l’essentiel.

Pour être efficace, vous pouvez commencer par lire la question posée avant d’analyser les textes.

Après une brève introduction présentant les textes et la question, vous pouvez choisir deux méthodes :

-prendre deux ou trois axes thématiques communs aux textes

-analyser les textes les uns après les autres en évitant les répétitions

 

Introduction :

 

Ce corpus se compose de trois œuvres poétiques d’époque et de courant différents : un extrait de « L’isolement », poème romantique rédigé par Alphonse de Lamartine, « La Vie profonde », poème intégré au premier recueil d’Anna de Noailles, « Destination : arbre », une écriture poétique imprégnée par le symbolisme d’Andrée Chedid et enfin « La pluie d’été » tirée du recueil « Les planches courbes » dans lequel Yves Bonnefoy propose une poésie ontologique et un renouvellement du lyrisme.

Dans ces textes, les auteurs reprennent un thème prépondérant de l’écriture poétique dont il propose une lecture personnelle et lyrique.

Aussi, nous nous interrogerons sur les relations entretenues par le poète avec la nature.

 

Développement :

  1. La nature : un moyen pour le poète de projeter sa subjectivité et son état d’âme

De manière générale, l’évocation de la nature permet aux poètes d’exalter une forme de lyrisme passionné où l’expression des sentiments structure l’écriture. Le lecteur assiste alors à une forme de communion entre la nature et la sensibilité du poète.

Dans le texte A, Lamartine porte un regard mélancolique (« tristement », « lointain obscur », « char vaporeux de la reine des ombres » sur la nature, une confidente dans sa quête de consolation auprès de laquelle il peut exprimer sa sensibilité). Cette nature représente une forme d’échappatoire à l’existence humaine, un lieu de repos et de recueillement.

Dans le second poème, Anna de Noailles s’appuie sur l’exaltation des sentiments mais va plus loin encore en proposant, à travers une construction symétrique, une personnification de la figure de l’arbre qui acquiert une sensibilité propre. De fait, l’Homme et l’arbre entrent dans une profonde communion.

De même, la connivence est particulièrement visible dans le poème d’Andrée Chedid.

Toutefois, on constate que le lyrisme évolue avec Yves Bonnefoy où l’expression à la première personne du singulier laisse place au « nous », une voix humaine indéterminée et dépersonnalisée tout en conservant l’expression de la magnificence de la nature et l’idée qu’elle permet d’accéder à un monde parallèle, hors du temps (« Dans un autre monde »).

  1. La nature : un motif récurrent, symbole de la sensibilité de l’existence et du destin humain

Chez Andrée Chedid, l’arbre est le symbole de la continuité de la vie et de l’immortalité à travers l’image de la racine qui offre la possibilité de renaître. L’auteur exprime également un attachement à la transmission, permis par la sève circulant dans chacun des arbres.

Enfin, l’écriture d’Yves Bonnefoy parvient à mener le lecteur au-delà de l’exaltation des sentiments dans la mesure où le poète propose le récit d’une expérience, d’une réalité vécue, celle de la rencontre avec la nature après une pluie d’été. On constate un ancrage dans une réalité qui rompt avec me déploiement de la fiction et du rêve propre au courant romantique.

Ainsi, ces poèmes témoignent des relations multiples et intimes que les auteurs entretiennent avec la nature, tantôt considérée comme un échappatoire à l’existence humaine, une confidente bienveillante et comme un miroir du destin humain.

 

Correction du commentaire - Le poème d'Andrée Chédid, "Destination : arbre" (texte C).

Avant de proposer une correction au commentaire de texte, il est essentiel d’identifier les critères de réussite à prendre en compte pour traiter cet exercice.

Tout d’abord, une bonne introduction contient des références au texte et à l’auteur, la présentation et la situation du texte ainsi que l’annonce de la problématique et du plan.

Le développement se compose d’au moins 2 axes avec pour chacun au moins 2 ou 3 paragraphes. Ces trois sous-parties commencent par une bonne formulation de l’argument appuyée sur la présence de citations, de procédés et de leurs commentaires.

Enfin, la conclusion doit être un bilan qui ne soit pas une répétition des axes. L’ouverture doit être pertinente, il peut s’agir par exemple de rapprocher l’œuvre commentée d’un autre texte du corpus.

N’oubliez pas que le commentaire est un exercice d’analyse et non pas de description.

 

Problématique : En quoi ce poème, construit comme une métaphore de la vie, témoigne-t-il d’une vision optimiste de l’existence humaine ?

« Destination : arbre » peut se lire comme une métaphore filée de la vie humaine où chaque strophe propose une description végétale des principales étapes rythmant l’existence humaine, de la naissance permise par la circulation de la sève depuis les racines, à la jeunesse à travers l’image de la croissance de l’arbre et de son feuillage à la mort qui n’est pas vue comme une fin puisque la racine offre la possibilité aux arbres de renaître. De la même façon que l’arbre peut être confronté à la solitude, l’homme l’est également dans la société et doit vivre dans le temps en tentant de capturer la beauté.

 

Poèmes en vers libres de 8 strophes axé sur une opposition majeure = celle de l'arbre des villes et de l'arbre du jardin

L’arbre un symbole de l’existence humaine et des étapes de la vie

L’arbre : une métaphore de la vie

Métaphore de la vie ou du destin.

Structure en vers libres

Abondance de verbes à l'infinitif sur le thème de l'arbre dans les jardins pour les trois premières strophes. Les suivantes sont consacrées à l'arbre « un orphelin »

Evocation du cycle de la vie avec les connecteurs temporels « peu à peu », « puis », « ensuite » = cela reflète le cycle de la vie, la temporalité dans les 4 premières strophes.

Idée d'une durée limitée avec «éphémère »

Un voyage temporel

Un voyage sensoriel = l'arbre à l'image du corps humain.

Thème du voyage associé à l'élément « arbre »

Valorisation de la sensibilité du lecteur pour appréhender l'essence de l'arbre = tel un voyage initiatique, un parcours de la vie à découvrir en lien avec la poésie

Une ode à l’exploration de la beauté et de l’éphémère

L’arbre : un être vivant fragile confronté à la solitude

L'arbre est le symbole d'une harmonie avec le monde. Il le représente, il en est l'essence «forêts », « terres », « soleil », « orages », « espaces ».

Solitude de l'arbre au cœur des éléments « orphelin des arbres », mise en avant de la déchéance de l'arbre des villes »

La renaissance de l’arbre porteuse d’un message positif d’espoir

Malgré cela, il symbolise la renaissance, le retour des saisons, le temps qui se continue = la vie, « la montée des bourgeons » = espoir pour l'homme, la foi en la vie, symbole de renouveau et de renaissance

 
 

Correction de l'écriture d'invention -"Nulle part le bonheur ne m'attend", écrit Lamartine. Dans un texte poétique d'une certaine ampleur, vous prendrez le contrepied de cette affirmation

L’Écriture d’Invention

 

Le sujet de l’écriture d’invention invite à s’inspirer des codes stylistiques du romantisme dans une lecture plus positive qui rompt avec le regard mélancolique du poète. Il s’agira de proposer un poème écrit à la première personne du singulier (« je »), propre à l’expression lyrique et qui explore la force apportée par la nature. Pour reprendre le thème du désir d’évasion, cher aux romantiques, vous pouvez, par exemple, imaginer un poème onirique dans lequel le poète évoque un voyage à travers une succession de tableaux mettant en scène la nature par des descriptions, des métaphores et des comparaisons mélioratives.

Dans votre écrit, la sensibilité devra également prendre une place particulière qui face appel à l’éveil des sens et des émotions afin de faire apparaître l’harmonie avec la nature. Votre poème devra donc représenter un instrument de dévoilement et proposer une quête sensuelle de l’Homme dans la nature, décrite à travers la vue, l’ouïe, l’odorat et le toucher du poète.

"Avoir l'âme qui rêve, au bord du monde assise...", écrit Anna de Noailles (texte B, dernier vers). Pensez-vous que ce vers puisse définir l'attitude du poète face au monde ?

La dissertation est un exercice de réflexion : il faut donc analyser chaque terme du sujet en repérant les mots clés et en les associant à des œuvres, des objets d’études.

L’introduction débute par une accroche qui amène le sujet en le situant dans un contexte afin d’aboutir à la problématique. Elle présente le sujet, montre les enjeux et permet d’annoncer le plan.

Le développement peut correspondre à deux types de plan :

-un plan critique où le premier axe valide la thèse du sujet et le second la nuance

-un plan thématique où chaque grande partie envisage un aspect de la réponse (I-oui… II-mais…)

Chaque paragraphe contient des arguments développés et illustrés d’exemples.

La conclusion est un bilan qui reformule les idées de la dissertation et qui introduit une ouverture.

Pour réussir cet exercice, il est essentiel de montrer vos connaissances personnelles car elles vous permettront de vous démarquer.

 

Problématique : En quoi l’évolution de l’écriture poétique témoigne-t-elle des multiples facettes du poète ?

  1. La figure du poète meurtri et incompris de la société

L’expression du mal-être en poésie et la quête d’une échappatoire

L’image du poète isolé et piégé dans sa subjectivité et les frontières de ses sentiments personnels

Vers une évolution de l’écriture poétique à travers la figure du poète engagé

La poésie : un combat des mots ou le poète vu comme un relai pour dénoncer, convaincre et défendre des valeurs

La transmission de messages porteurs d’espoir pour l’humanité

 
 

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 19/06/2019