Analyse littéraire et syntaxique, quiz 2ème extrait, Des coches, III, 6, Montaigne, "Notre monde vient d'en trouver un autre...calamités". EAF 2021

Notre monde vient d'en trouver un autre. Séries générales et technologiques, EAF 2021-La littérature d'idées

Montaigne

Quiz ton bac

  • Quiz 25 questions. Montaigne Des cannibales I,31, anthropophagie

    Quiz de 25 questions sur  Montaigne, les Essais, Des cannibales I,31, anthropophagie      Ils ont leurs guerres contre les nations qui sont au-delà de leurs montagnes, plus avant en la terre ferme, auxquelles ils vont tout nus, n’ayant autres armes que des arcs ou des épées de bois, apointées par un bout, à la mode des langues de nos épieux. C’est chose émerveillable que la fermeté de leurs combats, qui ne finissent jamais que par meurtre et effusion de sang; car, de routes et d’effroi, ils ne savent que c’est. Chacun rapporte pour son trophée la tête de l’ennemi qu’il a tué, et l’attache à l’entrée de son logis. Après avoir longtemps bien traité leurs prisonniers, et de toutes les commodités dont ils se peuvent aviser, celui qui en est le maître fait une grande assemblée de ses connaissants; il attache une corde à l’un des bras du prisonnier, par le bout de laquelle il le tient, éloigné de quelques pas, de peur d’en être offensé, et donne au plus cher de ses amis l’autre bras à tenir de même; et eux deux, en présence de toute l’assemblée, l’assomment à coups d’épée.     Cela fait, ils le rôtissent et en mangent en commun et en envoient des lopins à ceux de leurs amis qui sont absents. Ce n’est pas, comme on pense, pour s’en nourrir, ainsi que faisaient anciennement les Scythes; c’est pour représenter une extrême vengeance. Et qu’il soit ainsi, ayant aperçu que les Portugais, qui s’étaient ralliés à leurs adversaires, usaient d’une autre sorte de mort contre eux, quand ils les prenaient, qui était de les enterrer jusqu’à la ceinture, et tirer au demeurant du corps force coups de trait, et les pendre après, ils pensèrent que ces gens-ci de l’autre monde, comme ceux qui avaient semé la connaissance de beaucoup de vices parmi leur voisinage, et qui étaient beaucoup plus grands maîtres qu’eux en toute sorte de malice, ne prenaient pas sans occasion cette sorte de vengeance, et qu’elle devait être plus aigre que la leur, commencèrent de quitter leur façon ancienne pour suivre celle-ci.      Je ne suis pas marri que nous remarquons l’horreur barbaresque qu’il y a en une telle action, mais oui bien de quoi, jugeant bien de leurs fautes, nous soyons si aveugles aux nôtres. Je pense qu’il y a plus de barbarie à manger un homme vivant qu’à le manger mort, à déchirer par tourments et par géhennes un corps encore plein de sentiment, le faire rôtir par le menu, le faire mordre et meurtrir aux chiens et aux pourceaux ( comme nous l’avons non seulement lu, mais vu de fraîche mémoire, non entre des ennemis anciens, mais entre des voisins et concitoyens,et, qui pis est, sous prétexte de piété et de religion), que de rôtir et manger après qu’il est trépassé. Chrysippe et Zénon, chefs de la secte stoïque, ont bien pensé qu’il n’y avait aucun mal de se servir de notre charogne à quoi que ce fût pour notre besoin, et d’en tirer de la nourriture; comme nos ancêtres, étant assiégés par César en la ville de Alésia, se résolurent de soutenir la faim de ce siège par les corps des vieillards, des femmes et autres personnes inutiles au combat. Les Gascons, dit-on, en se servant de tels aliments Prolongèrent leur vie. Et les médecins ne craignent pas de s’en servir à toute sorte d’usage pour notre santé, soit pour l’appliquer au-dedans ou au-dehors, mais il ne se trouva jamais aucune opinion si déréglée qui excusât la trahison, la déloyauté, la tyrannie, la cruauté qui sont nos fautes ordinaires.      Nous les pouvons donc bien appeler barbares, eu égard aux règles de la raison, mais non pas eu égard à nous, qui les surpassons en toute sorte de barbarie. Leur guerre est toute noble et généreuse, et a autant d’excuse et de beauté que cette maladie humaine en peut recevoir; elle n’a autre fondement parmi eux que la seule jalousie de la vertu. Ils ne sont pas en débat de la conquête de nouvelles terres, car ils jouissent encore de cette uberté naturelle qui les fournit sans travail et sans peine de toutes choses nécessaires, en telle abondance qu’ils n’ont que faire d’agrandir leurs limites. Ils sont encore en cet heureux point de ne désirer qu’autant que leurs nécessités naturelles leur ordonnent; tout ce qui est au-delà est superflu pour eux.  

  • Quiz 20 questions sur l'étude EAF Des Coches III,6 Montaigne

    Quiz sur l'étude linéaire Montaigne, les Essais, III,6 Des Coches Support : "notre monde vient d'en trouver un autre... en habileté" Notre monde vient d'en trouver un autre (et qui nous garantit que c'est le dernier de ses frères, puisque les Démons, les Sibylles et nous, avons ignoré celui-ci jusqu'à cette heure ?) non moins grand, plein et fourni de membres que lui, toutefois si nouveau et si enfant qu'on lui apprend encore son a, b, c ; il n'y a pas cinquante ans qu'il ne savait ni lettre, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni céréales, ni vignes. Il était encore tout nu dans le giron de sa mère nourricière et ne vivait que par les moyens qu'elle lui fournissait. Si nous concluons bien quand nous disons que nous sommes à la fin de notre monde, et si ce poète fait de même au sujet de la jeunesse de son siècle, cet autre monde ne fera qu'entrer dans la lumière quand le nôtre en sortira. L'univers tombera en paralysie ; l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur. Nous aurons très fortement hâté, je le crains, son déclin et sa ruine par notre contagion et nous lui aurons fait payer bien cher nos idées et nos techniques. C'était un monde enfant ; pourtant nous ne l'avons pas fouetté et soumis à notre enseignement en nous servant de l'avantage de notre valeur et de nos forces naturelles ; nous ne l'avons pas non plus séduit par notre justice et notre bonté, ni subjugué par notre magnanimité. La plupart de leurs réponses et des négociations faites avec eux témoignent qu'ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et pertinence. La merveilleuse magnificence des villes de Cuzco et de Mexico, et, entre plusieurs choses pareilles, le jardin de ce roi, où tous les arbres, les fruits et toutes les herbes, selon l'ordre et grandeur qu'ils ont en un jardin, étaient excellemment façonnés en or, comme, dans son cabinet, tous les animaux qui naissaient dans son État et dans ses mers ; et la beauté de leurs ouvrages en pierreries, en plume, en coton, dans la peinture, montrent qu'ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté.

  • Quiz Montaigne Cannibales "Or je trouve pour en revenir à mon propos"

    Quiz sur l'étude linéaire Montaigne, les Essais, I,31 Des Cannibales Support : "Or je trouve pour en revenir à mon propos...naïveté originelle." Or je trouve, pour revenir à mon propos, qu’il n’y a rien de barbare et de sauvage en cette nation, à ce qu’on m’en a rapporté ; sinon que chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage. Comme de vrai, il semble que nous n’avons autre mire de la vérité et de la raison que l’exemple et l’idée des opinions et usances du pays où nous sommes. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite police , parfait et accompli usage de toutes choses. Ils sont sauvages, de même que nous appelons sauvages les fruits que nature, de soi et de son progrès ordinaire, a produits : là où, à la vérité, ce sont ceux que nous avons altérés par notre artifice et détournés de l’ordre commun, que nous devrions appeler plutôt sauvages. En ceux-là sont vives et vigoureuses les vraies et plus utiles et naturelles vertus et propriétés, lesquelles nous avons abâtardies en ceux-ci, et les avons seulement accommodées au plaisir de notre goût corrompu . Et si pourtant , la saveur même et délicatesse se trouve à notre goût excellente, à l’envi des nôtres , en divers fruits de ces contrées-là sans culture. Ce n’est pas raison que l’art gagne le point d’honneur sur notre grande et puissante mère nature. Nous avons tant rechargé la beauté et richesse de ses ouvrages par nos inventions, que nous l’avons du tout étouffée. Si est-ce que, partout où sa pureté reluit, elle fait merveilleuse honte à nos vaines et frivoles entreprises, Et veniunt ederae sponte sua melius, Surgit et in solis formosior arbutus antris, Et volucres nulla dulcius arte canunt. Tous nos efforts ne peuvent seulement arriver à représenter le nid du moindre oiselet, sa contexture, sa beauté et l’utilité de son usage, non pas la tissure de la chétive araignée. Toutes choses, dit Platon, sont produites par la nature, ou par la fortune, ou par l’art ; les plus grandes et plus belles, par l’une ou l’autre des deux premières ; les moindres et imparfaites, par la dernière. Ces nations me semblent donc ainsi barbares, pour avoir reçu fort peu de façon de l’esprit humain, et être encore fort voisines de leur naïveté originelle.    

Quiz

Objet d'étude : La littérature d'idées du XVIe siècle au XVIIIe siècle

 Montaigne, "Essais", "Des Cannibales", I, 31 / parcours : Notre monde vient d'en trouver un autre.

Littérature d'idées séries générales et technologiques 2021

 

Comment répondre en 2 minutes à la question de grammaire ? Episode Littérature d'idées.

3 questions de grammaire sur 3 énoncés de Montaigne, Montesquieu et La Fontaine.

Comprendre le contexte historique et culturel de MONTAIGNE.

En quoi les événements historiques et culturels se retrouvent-ils dans Les Essais ?

La portée du titre de l'oeuvre de MONTAIGNE

Découvrez comment exploiter à l'oral et à l'écrit le titre "Les Essais".

PARCOURS MONTAIGNE

Découvrez dans cet épisode ce que vous devez retenir du parcours "Notre monde vient d'en rencontrer un autre".

 

 

Vous pouvez aussi consulter 

EAF 2021, Montaigne, les Essais, Des cannibales, I, 31, "Trois d'entre eux...hauts-de-chausses!"

commentaire littéraire et questionnaires

Spécial bac oral de l'EAF 2021

Commentaire linéaire Montaigne, les Essais, Cannibales I, 31 "Trois d'entre eux...hauts-de-chausses!" et questions de grammaire pour l'oral de français 

 

 

Montaigne

Commentaire littéraire, 1er extrait, Des coches, III, 6, Montaigne, "la plupart de leurs réponses...tant de victoires", EAF 

Commentaire littéraire, 1er extrait, Des coches, III, 6, Montaigne, "la plupart de leurs réponses...tant de victoires", EAF 2021-parcours Notre monde vient d'en trouver un autre. Séries générales, technologiques-Littérature d'idées -Commentaires littéraires, linéaires Cannibales I, 31 questions de grammaire pour l'oral

 

 

Lecture du texte

Notre monde vient d'en trouver un autre (et qui nous garantit que c'est le dernier de ses frères, puisque les Démons, les Sibylles et nous, avons ignoré celui-ci jusqu'à cette heure ?) non moins grand, plein et fourni de membres que lui, toutefois si nouveau et si enfant qu'on lui apprend encore son a, b, c ; il n'y a pas cinquante ans qu'il ne savait ni lettre, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni céréales, ni vignes. Il était encore tout nu dans le giron de sa mère nourricière et ne vivait que par les moyens qu'elle lui fournissait. Si nous concluons bien quand nous disons que nous sommes à la fin de notre monde, et si ce poète fait de même au sujet de la jeunesse de son siècle, cet autre monde ne fera qu'entrer dans la lumière quand le nôtre en sortira. L'univers tombera en paralysie ; l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur. Nous aurons très fortement hâté, je le crains, son déclin et sa ruine par notre contagion et nous lui aurons fait payer bien cher nos idées et nos techniques. C'était un monde enfant ; pourtant nous ne l'avons pas fouetté et soumis à notre enseignement en nous servant de l'avantage de notre valeur et de nos forces naturelles ; nous ne l'avons pas non plus séduit par notre justice et notre bonté, ni subjugué par notre magnanimité. La plupart de leurs réponses et des négociations faites avec eux témoignent qu'ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et pertinence. La merveilleuse magnificence des villes de Cuzco et de Mexico, et, entre plusieurs choses pareilles, le jardin de ce roi, où tous les arbres, les fruits et toutes les herbes, selon l'ordre et grandeur qu'ils ont en un jardin, étaient excellemment façonnés en or, comme, dans son cabinet, tous les animaux qui naissaient dans son État et dans ses mers ; et la beauté de leurs ouvrages en pierreries, en plume, en coton, dans la peinture, montrent qu'ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté. Mais, quant à la dévolution, l'observance des lois, la bonté, la libéralité, la loyauté, la franchise, il nous a bien servi de n'en avoir pas autant qu'eux ; ils se sont perdus par cet avantage, et vendus et trahis eux-mêmes. […] Au rebours, nous nous sommes servis de leur ignorance et inexpérience à les plier plus facilement vers la trahison, luxure, cupidité et vers toute sorte d'inhumanité et de cruauté, à l'exemple et sur le modèle de nos mœurs. Qui mit jamais à tel prix le service du commerce et du trafic ? Tant de villes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passés au fil de l'épée, et la plus riche et la plus belle partie du monde bouleversée pour la négociation des perles et du poivre ! Mécaniques victoires ! Jamais l'ambition, jamais les inimités publiques ne poussèrent les hommes les uns contre les autres à des hostilités aussi horribles et à d'aussi misérables calamités.

Michel Ey quem de Montaigne, Essais (III, 6), « Des Coches ».

 
 

Cette contestation de la colonisation ainsi que la reconnaissance de la diversité des civilisations trouveront un écho dans la réflexion engagée par les philosophes des lumières deux siècles plus tard

Introduction :

 

Vous pouvez aussi consulter 

Explication linéaire, Léry Notre monde vient d'en trouver un autre, ch 8Explication linéaire, Léry Notre monde vient d'en trouver un autre, ch 8 (269.38 Ko)

Explication linéaire Léry extrait chap 8Explication linéaire Léry extrait chap 8 (323.75 Ko)

chapitre 15, Léry, explication linéairechapitre 15, Léry, explication linéaire (247.12 Ko)

Trois extraits de montaigne pour les eafTrois extraits de montaigne pour les eaf (85.67 Ko)

Explication montaigne des cannibales n 1 serie techno et gleExplication montaigne des cannibales n 1 serie techno et gle (240.49 Ko)

Montaigne des cannibales explication guerreMontaigne des cannibales explication guerre (168.51 Ko)

Montaigne des coches explication serie gleMontaigne des coches explication serie gle (254.95 Ko)

Etude linéaire du passage "notre monde vient d'en trouver un autre" 

 

Montaigne est un écrivain humaniste du 16ème siècle. Il a fait des études de droit et a été conseiller au parlement. Il a écrit les Essais sous le règne de Henri IV.

Dans son œuvre il aborde tous les types de sujets moraux, philosophiques, psychologiques. L’ homme est au centre des préoccupations des humanistes.

Problématique : Nous verrons comment Montaigne en témoin de son temps, aborde les problèmes liés à ce phénomène nouveau, la colonisation

Ce texte nous permet de voir comment Montaigne, en témoin de son temps, aborde les problèmes liés à ce phénomène nouveau, la colonisation. Nous analyserons d’abord la nature des relations qu’entretiennent les deux civilisations, puis nous nous pencherons sur la manière dont Montaigne prend position à propos du comportement et des jugements des conquérants.

I La nature des relations qu’entretiennent les 2 civilisations

Montaigne met en évidence une évolution dans les relations qu’entretient le Nouveau Monde avec l’Ancien.

a) Un monde enfant -

Il commence à mettre en place l’image du Nouveau Monde à la fois ignorant et innocent comme l’enfant qui vient de naitre. - Dès le début du 1ère paragraphe, les adjectifs coordonnés « si nouveau et si enfant » soulignés par l’intensif « si » font ressortir l’idée de nouveauté et de jeunesse et introduisent la métaphore de l’enfance qui est développée dans la suite du texte et reprise en écho dans l’expression « monde enfant«?.

- De même la proposition consécutive « qu’on lui apprend encore son abc » fait référence à l’univers de la petite enfance - Celui-ci est également sensible dans la formulation « il ne savait ni lettre, ni poids, ni mesure …..ni vignes », dans laquelle la reprise de la négation « ni » insiste sur l’ignorance - Mais, il remarque que cette ignorance est celle des éléments de base des sociétés européennes. - D’autres expressions évoquent par la suite non plus le petit enfant mais le nourrisson dans une sorte de gradation « tout nu dans le giron, sa mère nourricière » .

b) Une relation fraternelle Alors, s’établit tout naturellement une relation d’aîné à cadet entre le conquérant et les indiens. - C’est ce qu’exprime notamment l’expression « un nouveau monde [….] si nouveau et si enfant » relayer par le substantif « frère ». - Certaines symétries viennent confirmer cette idée d’une relation fraternelle - C’est le cas de la conjonctive de temps introduite par « quand », « cet autre monde ne fera qu’entrer dans lumière quand le nôtre en sortira »et du parallélisme « l’un des deux membres sera perdu, l’autre en pleine vigueur » qui insiste sur la décadence de l’Ancien Monde.

c) Des rapports d’autorité 

Mais cette relation neutre dérive vers une relation appauvrissant pour ce dernier. Elle implique en effet des rapports d’influence, qui sont constamment connotés négativement comme l’indique le mot « contagion ». - De même les verbes « fouetté », « soumis » et « plier » suggèrent la violence

- Tandis que les négations associées à des termes positifs, « nous ne l’avons pas….soumis…. par l’avantage de notre valeur et de force …par notre magnanimité » soulignent l’absence d’influence positive. - Cette carence est encore exprimée par la comparaison entre le Nouveau Monde et l’Ancien Monde : les formulations « ils ne nous devaient rien « et « ils ne nous étaient pas non plus inférieurs » associées à des termes positifs, mettent en évidence la supériorité du Nouveau Monde dans différents domaines : - Intellectuel (clarté d’esprit », pertinence ») ; esthétique (« magnificence », « beauté », « habilité ») , moral (« dévotion » , « franchise »).

Transition

 Montaigne nous présente donc une évolution négative des relations qui unissent les Européens aux Indiens puisque le lien fraternel s’est transformé en une domination par la violence exercée par les premiers sur les autres. Derrière cette présentation se profile une prise de position très nette de la part de Montaigne.

II La prise de position de Montaigne à propos du gouvernement et du jugement des conquérants.

Montaigne dénonce la façon dont les Européens ont colonisé l’Amérique.

a) Une implication très nette Montaigne s’implique dans cet extrait à la fois directement et indirectement. - L’utilisation de la 1ère personne signale sa présence presque constante, cela montre qu’il s’inclue dans les actes qu’il dénonce. - Le seul verbe à la 1ère personne du singulier du texte « je crains?» est connoté négativement et exprime le désaccord de l’auteur avec la conquête telle qu’elle a été faite. Montaigne dénonce en effet la dégradation liée à la présence européenne. La responsabilité des colonisateurs est mise en évidence par plusieurs procédés : - la coordination « et » et les adverbes intensifs « très fortement hâté » et « bien cher » mettent en relief les conséquences de leur domination avec les noms « déclins » et « ruine ». - Cette mise en cause est soulignée par les négations qui traduisent l’absence de légitimité sur tous les plans :

o Militaires « valeur et forces » o Social et psychologique « justice et bonté »

o Moral « magnanimité » - Elle s’exprime aussi dans l’ironie qui clôt le 3ème paragraphe :

o La phrase « il nous a bien servi de n’en avoir pas autant qu’eux » met en évidence un décalage entre deux idées

? Les qualités morales, qu’on souhaite en général n’existent pas et ? Ce que manque est apparemment donné pour un bien.

b) Un tableau du Nouveau Monde

L’idée d’une responsabilité des colonisateurs est par ailleurs accentuée par l’évocation de la grandeur des civilisations précolombiennes. De nombreux termes insistent sur les qualités de ces civilisations précolombiennes, anéanties par les envahisseurs. - Dès le début du texte la métaphore de l’enfance connote une innocence morale. - La fin du texte rejoint le début avec l’énumération des qualités morales diverses :

o « dévotion », « observance des lois », « bonté », « libéralité », « loyauté », « franchise » cet encadrement de l’extrait est insistant. - Dans le second paragraphe, d’autres qualités apparaissent.

o L’association entre les termes « réponses » et ….. « négociations » d’une part , « clarté d’esprit …. et pertinence » d’autre part, font apparaitre des qualités intellectuelles. o Les termes évoquant des villes sont fortement positifs ainsi que le mot « magnificence », à connotation superlative est renforcé par l’adjectif « épouvante », l’adverbe « excellemment » est un superlatif, les noms « or » et beauté » sont également connotés positivement.

o Ces éléments relevant la plupart de l’hyperbole mettent en évidence la valeur esthétique et parallèlement la richesse économique des civilisations du Nouveau monde. - A travers ce tableau en tous points positif Montaigne esquisse des civilisations précolombiennes, transparaît son admiration et a contrario son rejet des modalités de la colonisation qui a entraîné la corruption de ces civilisations.

c) Un réquisitoire virulent A cet égard, c’est dans le dernier paragraphe du texte que la dénonciation se fait la plus forte. L’évocation souriante du monde enfant a laissé place à un réquisitoire véhément et indigné contre les exactions de la conquête. Montaigne conserve le « nous », impliquant son lecteur et le contraignant à son examen de conscience. Tout d’abord l’interrogation oratoire interpelle directement le lecteur « rasé » , « exterminé » , « passé au fil de l’épée »

? dénote la manière dont la colonisation s’est effectuée Et la répétition de « tant » suivi de pluriel insiste sur la barbarie des conquérants « Pour la négociation des perles et des poivres »

? démontre que la violence utilisée s’est mise en place pour des motifs non corrects Gradation des vices démontre une condamnation de l’auteur « luxure » , « avarice » De plus l’utilisation de « inhumain » , « cruauté » montre davantage qu’elle s’est effectuée dans la brutalité la plus totale Montaigne met par conséquent bien en valeur les qualités humaines des Indiens pour mieux dénoncer le comportement et les jugements des conquérants européens.

Conclusion : Montaigne dénonce alors d’une part la brutalité de la conquête. Loin de permettre la rencontre fructueuse des deux civilisations, elle a en effet saccagé le Nouveau Monde, soumis par la force et perverti des esprits restés jusqu’alors proches de la nature. Il présente d’autre part la colonisation comme totalement injustifiée. En faisant l’éloge des civilisations précolombiennes, l’auteur met en effet en cause le principe même de domination culturelle qui motive les conquérants : Au nom de quelle supériorité veulent-ils s’imposer aux indiens ? Cette contestation de la colonisation ainsi que la reconnaissance de la diversité des civilisations trouveront un écho dans la réflexion engagée par les philosophes des lumières deux siècles plus tard.

 

Ressources Gallica

Les EssaisDes CannibalesDes Coches
Les Essais, exemplaire de Bordeaux
Illustrations des Essais par Gustave Doré
Les vidéos pour la télévision scolaire parlant de Montaigne (Réseau Canopé)
Une vidéo Gallica sur la numérisation des "Essais" de Montaigne
Billet du blog Gallica "Comment Montaigne écrivait ses Essais : l’Exemplaire de Bordeaux"

La découverte du nouveau monde : réflexion et déplacement de la visée ethnocentrique

Questions sur le commentaire : toutes les réponses sont dans l'étude

I - Questionnaire

A -

 

Quelle est l’intention de Montaigne dans cet extrait?

Que met-il en place?

Quelle image avons-nous du Nouveau monde?

Que mettent en évidence les adjectifs du premier paragraphe?

L’intensif «?si?» fait-il ressortir l’idée voulue?

Analysez la métaphore, citez et expliquez

Etudiez le champ lexical mis en place

Quelles autres formulations avons-nous de l’univers de la petite enfance?

Comment percevez-vous l’ignorance soulignée par Montaigne des sociétés Européennes?

Relevez une gradation

B -

Quelle relation s’établit ensuite entre le conquérant et l’Indien?

Expliquez et citez le texte

Quelle image l’Ancien monde Montaigne donne t’-il comparativement au Nouveau monde?

C -

Comment la relation évolue t’-elle?

Que marquent les connotations et les expressions péjoratives?

Comment les rapports d’autorité transparaissent-ils?

Relevez une comparaison et analysez la

De quel ordre la supériorité du Nouveau monde est-elle? Citez et expliquez en vous appuyant bien sur les éléments du texte

 

II - Questionnaire

A -

Montaigne se profile t’-il derrière cette présentation négative de la relation et de la domination des Européens sur les Indiens?

Que dénonce Montaigne?

Comment se manifeste l’implication très nette de Montaigne?

Comment sa présence est-elle signalée?

Comment son désaccord avec la conquête se traduit-elle? Citez

Analysez les procédés qui suggèrent et connotent la responsabilité engagée des Européens colonisateurs

Citez le texte

A quels plans, l’absence de légitimité se manifeste t’-elle?

Comment Montaigne fait-il valoir son ton ironique et dans quel but?

B -

Quel rôle la grandeur des civilisations précolombiennes joue t’-elle?

Comment les qualités de ces civilisations sont-elles mises en avant?

Comment l’innocence morale se dévoile t’-elle?

Relevez l’énumération qui boucle le texte

Etudiez les qualités intellectuelles ajoutées aux qualités morales

Analysez les hyperboles qui contribuent à souligner la valeur esthétique et la richesse économique des civilisation du Nouveau monde

Quel regard Montaigne a t’-il sur le tableau du Nouveau monde et sur les civilisations colonisées?

C -

Quel regard, quelle position et quelle place Montaigne laisse t’-il au lecteur? Citez pour justifier votre réponse

En quel sens peut-on parler d’un réquisitoire virulent?

Comment la violence exercée est-elle selon Montaigne Justifiée?

Etudiez la gradation des vices

Quel effet de contraste renforce la position de Montaigne?

 

Conclusion :

Montaigne dénonce alors d’une part la brutalité de la conquête. Loin de permettre la rencontre fructueuse des deux civilisations, elle a en effet saccagé le Nouveau Monde, soumis par la force et perverti des esprits restés jusqu’alors proches de la nature. Il présente d’autre part la colonisation comme totalement injustifiée. En faisant l’éloge des civilisations précolombiennes, l’auteur met en effet en cause le principe même de domination culturelle qui motive les conquérants : Au nom de quelle supériorité veulent-ils s’imposer aux indiens ? Cette contestation de la colonisation ainsi que la reconnaissance de la diversité des civilisations trouveront un écho dans la réflexion engagée par les philosophes des lumières deux siècles plus tard.

 

La découverte du nouveau monde : réflexion et déplacement de la visée ethnocentrique

A quel siècle cette réflexion sera t’-elle de nouveau dans l’esprit des penseurs?

Quels penseurs se pencheront sur cette réflexion? A travers quelles œuvres?

Quel message Montaigne tente t’-il de faire passer? Peut-on parler d’une tentative d’ouverture d’esprit du lecteur? En quoi?

Donner une définition de la tolérance

Donnez une définition de l’ethnocentrisme?

Quel est le point de vue de Diderot dans «?Supplément au voyage de Bougainville?»?

Quel est le point de vue de Montesquieu dans les lettres persanes, lettre 30?

 

Quiz pour réviser les études bac sur les Essais de Montaigne

Montaigne 11

Quiz 20 questions sur l'étude EAF Des Coches III,6 Montaigne

Quiz sur l'étude linéaire Montaigne, les Essais, III,6 Des Coches

Support : "notre monde vient d'en trouver un autre... en habileté"

Notre monde vient d'en trouver un autre (et qui nous garantit que c'est le dernier de ses frères, puisque les Démons, les Sibylles et nous, avons ignoré celui-ci jusqu'à cette heure ?) non moins grand, plein et fourni de membres que lui, toutefois si nouveau et si enfant qu'on lui apprend encore son a, b, c ; il n'y a pas cinquante ans qu'il ne savait ni lettre, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni céréales, ni vignes. Il était encore tout nu dans le giron de sa mère nourricière et ne vivait que par les moyens qu'elle lui fournissait. Si nous concluons bien quand nous disons que nous sommes à la fin de notre monde, et si ce poète fait de même au sujet de la jeunesse de son siècle, cet autre monde ne fera qu'entrer dans la lumière quand le nôtre en sortira. L'univers tombera en paralysie ; l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur. Nous aurons très fortement hâté, je le crains, son déclin et sa ruine par notre contagion et nous lui aurons fait payer bien cher nos idées et nos techniques. C'était un monde enfant ; pourtant nous ne l'avons pas fouetté et soumis à notre enseignement en nous servant de l'avantage de notre valeur et de nos forces naturelles ; nous ne l'avons pas non plus séduit par notre justice et notre bonté, ni subjugué par notre magnanimité. La plupart de leurs réponses et des négociations faites avec eux témoignent qu'ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et pertinence. La merveilleuse magnificence des villes de Cuzco et de Mexico, et, entre plusieurs choses pareilles, le jardin de ce roi, où tous les arbres, les fruits et toutes les herbes, selon l'ordre et grandeur qu'ils ont en un jardin, étaient excellemment façonnés en or, comme, dans son cabinet, tous les animaux qui naissaient dans son État et dans ses mers ; et la beauté de leurs ouvrages en pierreries, en plume, en coton, dans la peinture, montrent qu'ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté.

  • 1/ Le premier mouvement est une métaphore filée de l'enfance-Début à "mère nourrice"

    Le premier mouvement est une métaphore filée de l'enfance-Début à "mère nourrice"


  • 2/ Les enjeux thématiques de ce texte sont

    Les enjeux thématiques de ce texte sont


  • 3/ "Notre monde vient d'en trouver un autre"- "Notre" est un adjectif possessif qui désigne le monde Européen. "Autre" renvoie à l'altérité

    "Notre monde vient d'en trouver un autre"- "Notre" est un adjectif possessif qui désigne le monde Européen. "Autre" renvoie à l'altérité


  • 4/ Les enjeux thématiques de l'altérité sont : Le mythe du bon sauvage, la tolérance, l'identité et les différences

    Les enjeux thématiques de l'altérité sont : Le mythe du bon sauvage, la tolérance, l'identité et les différences


  • 5/ (et qui nous garantit que c'est le dernier de ses frères, puisque les Démons, les Sibylles et nous, avons ignoré celui-ci jusqu'à cette heure ?)= question rhétorique

    (et qui nous garantit que c'est le dernier de ses frères, puisque les Démons, les Sibylles et nous, avons ignoré celui-ci jusqu'à cette heure ?)= question rhétorique


  • 6/ La métaphore filée de l'enfance est connotée par "frères", "enfant", "nu au giron", "Mère nourrice", "jeunesse" = Nouveau Monde innocent

    La métaphore filée de l'enfance est connotée par "frères", "enfant", "nu au giron", "Mère nourrice", "jeunesse" = Nouveau Monde innocent


  • 7/ "Si nouveau et si enfant" est un rythme binaire renforcé par les adverbes d'intensité

    "Si nouveau et si enfant" est un rythme binaire renforcé par les adverbes d'intensité


  • 8/ "Qu'on lui apprend toujours son a, b, c" = une personnification du Nouveau Monde

    "Qu'on lui apprend toujours son a, b, c" = une personnification du Nouveau Monde


  • 9/ "Il n'y a pas cinquante ans qu'il ne savait ni lettres, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni blés, ni vignes". Quelle est cette figure de style?

    "Il n'y a pas cinquante ans qu'il ne savait ni lettres, ni poids, ni mesure, ni vêtements, ni blés, ni vignes". Quelle est cette figure de style?


  • 10/ "Il était encore tout nu au giron et ne vivait que des moyens de sa mère nourrice", c'est une allégorie de la nature

    "Il était encore tout nu au giron et ne vivait que des moyens de sa mère nourrice", c'est une allégorie de la nature


  • 11/ "Si nous concluons bien quand nous disons que nous sommes à la fin de notre monde, et si ce poète fait de même au sujet de la jeunesse de son siècle"

    "Si nous concluons bien quand nous disons que nous sommes à la fin de notre monde, et si ce poète fait de même au sujet de la jeunesse de son siècle"


  • 12/ "Cet autre monde ne fera qu'entrer dans la lumière quand le nôtre en sortira"

    "Cet autre monde ne fera qu'entrer dans la lumière quand le nôtre en sortira"


  • 13/ "L' univers tombera en paralysie"

    "L' univers tombera en paralysie"


  • 14/ "l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur" est un parallélisme

    "l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur" est un parallélisme


  • 15/ "Un monde enfant" : quelle est cette figure de style?

    "Un monde enfant" : quelle est cette figure de style?


  • 16/ "fouetté et soumis" est une métaphore du monde enfant

    "fouetté et soumis" est une métaphore du monde enfant


  • 17/ "L' avantage de notre valeur", "forces naturelles", " notre justice et bonté", "notre magnanimité" - Quelle est cette figure de style?

    "L' avantage de notre valeur", "forces naturelles", " notre justice et bonté", "notre magnanimité" - Quelle est cette figure de style?


  • 18/ "L' épouvantable magnificence" : quelle est cette figure de style?

    "L' épouvantable magnificence" : quelle est cette figure de style?


  • 19/ "Etaient excellement formées en or" : quelle est cette figure de style?

    "Etaient excellement formées en or" : quelle est cette figure de style?


  • 20/ "montrent qu'ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté" = Analysez la négation et ses effets

    "montrent qu'ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté" = Analysez la négation et ses effets


Résultat du quiz

__score__

__message_range__

__message_content__

Analyse syntaxique d'une phrase, Des Coches III, 6 et des Cannibales I, 31

 Questions de grammaire sur Des coches 

Relevez une proposition consécutive - A quoi fait-elle référence? 

 proposition consécutive « qu’on lui apprend encore son abc » - Elle fait référence à l’univers de la petite enfance

Relevez une proposition conjonctive de temps qui confirme l'idée d'une relation fraternelle et insiste sur la décadence de l'Ancien monde 

 Certaines symétries viennent confirmer cette idée d’une relation fraternelle - C’est le cas de la conjonctive de temps introduite par « quand », « cet autre monde ne fera qu’entrer dans lumière quand le nôtre en sortira »et du parallélisme « l’un des deux membres sera perdu, l’autre en pleine vigueur » qui insiste sur la décadence de l’Ancien Monde.

Questions de grammaire sur Des cannibales I, 31, "trois d'entre eux... hauts-de-chausses!"

Combien de propositions la première phrase comporte t'-elle ?

La première phrase de l'extrait comporte 5 propositions. Nous avons 5 subordonnées incises. L'effet recherché est d'interpeller le lecteur, de l'alerter et de mettre en avant le sens prémonitoire de Montaigne sur le danger à venir.

Quel est l’intérêt grammatical pour Montaigne d'utiliser des hyperbates ***1 dans celle-ci ?

L'intérêt pour Montaigne est de relancer la phrase, et par conséquent laisser sa pensée se développer. Montaigne se sert alors de certains procédés grammaticaux afin de préciser sa pensée.

*** 1 - L'hyperbate (substantif féminin), du grec huper (« au-delà, au-dessus ») et bainein (« aller ») soit huperbatos (« inversion »), est une figure de style qui consiste à prolonger une phrase que l'on pouvait penser terminée par ajout d'un élément qui se trouve ainsi déplacé.

 

 
 

Date de dernière mise à jour : 21/04/2021

Ajouter un commentaire