5e Voyage,aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?Comment décrire l’autre et l’ailleurs?du voyage imaginaire au voyage dans l’imaginaire

Marco Polo livre des Merveilles-Journal de bord de C. Colomb- Le Petit Prince-l’Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil Léry-Eric Tabarly- De la Terre à la Lune

Supplement au voyage de bougainville 3

​​​​​​​Entrée : Se chercher, se construire • Questionnement : Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ? • Problématique : Comment et pourquoi décrire l’autre et l’ailleurs ?

  • Entrée : Se chercher, se construire
  • Questionnement : Le voyage et l’aventure : pourquoi aller vers l’inconnu ?
  • • Problématique : Comment et pourquoi décrire l’autre et l’ailleurs ?

 

  • - Découvrir diverses formes de récits d’aventures, fictifs ou non, et des textes célébrant les voyages
  • - Comprendre les motifs de l’élan vers l’autre et l’ailleurs et s’interroger sur les valeurs mises en jeu
  • - S’interroger sur le sens des représentations qui sont données des voyages et de ce qu’ils font découvrir

 

  • Sujet d’écriture :
  • À la manière des auteurs étudiés, décrivez un pays inconnu de tous, que vous avez découvert au cours d’un voyage.
  • Vous expliquerez les circonstances de cette découverte et les motifs de votre voyage.
  • Vous chercherez à émerveiller votre lecteur

 

Marco Polo, le personnage et le livre des Merveilles : Questionnaire et analyse. Etude niveau collège

6595638019Marco Polo, le personnage et le livre des Merveilles :

Questionnaire et analyse. Etude niveau collège

Paru en 1298, le livre qui a rendu Marco Polo célèbre est l'un des premiers ouvrages importants en langue vulgaire.
Le livre a été rédigé sous la dictée de M. Polo par Rustichello de Pise, auteur célébré en Angleterre pour ses compilations de romans courtois.

Le livre des merveilles est le titre original de l'œuvre, c'est ainsi que M. Polo la désignait. Le Devisement ou Description du Monde, Le Livre des Merveilles, Le Livre du Million de Merveilles du Monde sont des titres dus aux anciens copistes, tout comme les intertitres des chapitres.

 Peut on parler d'une aventure hors du commun?
On évoque donc un livre étonnant, hors du commun, des voyages extraordinaires, des évènements inhabituels et les sept merveilles du monde.

* la pyramide de Khéops de Memphis (Gizeh ou Gizâ), en Égypte
* les jardins suspendus de Babylone, en Mésopotamie (Irak actuel)
* le temple d'Artémis à Éphèse, appelé aussi l’Artémision, en Ionie, Asie Mineure (Turquie)
* la statue chryséléphantine de Zeus en majesté dans son temple d’Olympie, en Élide (Grèce)
* le tombeau de Mausole, dit le Mausolée, à Halicarnasse
*Le phare d’Alexandrie en Egypte
* Le colosse de Rhodes à Rhodes en Grèce

Lire le document 

Journal de bord de Christophe Colomb : premiers contacts avec les peuples d’Amérique la découverte de l'Amérique 14 octobre 1492-L’Europe découvre le Nouveau monde

Colomb

Dimanche 14 octobre [1492]

À l’aube, je donnai ordre d’appareiller à la chaloupe de la nef et aux barquettes des caravelles : je m’en fus vers le nord-est, le long de l’île, pour en voir l’autre côté qui était opposé à l’est, et aussi pour en visiter les villages. Bientôt, j’en vis deux ou trois, dont les habitants venaient tous à la plage, nous appelant et rendant grâces à Dieu. Les uns nous apportaient de l’eau, d’autres différentes choses à manger ; d’autres, quand ils voyaient que je ne me pressais pas d’aller à terre, se jetaient à la mer et en nageant s’approchaient, et nous comprenions qu’ils nous demandaient si nous étions venus du ciel. Et un vieux monta dans ma chaloupe, et d’autres à haute voix appelaient tous les hommes et toutes les femmes : « Venez voir les hommes qui viennent du ciel, apportez-leur à manger et à boire. » Beaucoup d’hommes vinrent, et beaucoup de femmes, chacun avec quelque chose, rendant grâces à Dieu, se prosternant et levant les mains au ciel ; et après, à grands cris, ils nous priaient de venir à terre. Mais je craignais d’approcher, ayant vu qu’un grand banc d’écueils entourait toute cette île. Ces récifs ménagent un port, assez profond pour toutes les nefs qui sont en la Chrétienté, et dont l’entrée est fort étroite. Il est vrai de dire qu’une fois en cette enceinte on trouve quelques bas-fonds, mais la mer ne s’y meut pas plus que l’eau dans un puits. Pour voir tout cela, je partis ce matin afin de pouvoir donner relation de tout à Vos Altesses, et aussi pour rechercher un endroit où se pourrait construire une forteresse. Et j’ai vu une langue de terre où il y avait six maisons et qui semble une île, bien qu’elle ne le soit point mais pourrait le devenir par l’effort de deux jours. Toutefois, je n’en vois pas la nécessité, parce que ces gens sont fort simples en matière d’armes, comme le verront Vos Altesses par les sept que je fis prendre pour les emmener, leur apprendre notre langue puis les renvoyer ; bien que, quand Vos Altesses l’ordonneraient, Elles pourraient les faire tous mener en Castille [Espagne] ou les garder captifs dans cette même île, parce qu’avec cinquante hommes Elles les tiendraient tous en sujétion et feraient d’eux tout ce qu’Elles pourraient vouloir. Plus loin, près de ladite petite île, il y a un verger d’arbres tels que jamais je n’en ai vu de si verts, avec leurs feuilles comme en Castille au mois d’avril et de mai. Et il y a beaucoup d’eau.

J’examinai bien ce port, puis je retournai à la nef et je mis à la voile, et je vis tant d’îles que je ne savais décider à laquelle j’irais tout d’abord. Les hommes que j’avais pris me disaient par signes qu’il y en avait tant qu’on ne pouvait les compter et ils m’en citèrent par leur nom plus de cent. En conséquence, je m’efforçai de reconnaître la plus grande et je décidai d’aller vers elle, et c’est ce que je fais.

Et de San Salvador (1) cette île est éloignée d’environ cinq lieues, les autres davantage et quelques-unes moins. Toutes sont très plates, sans montagnes, très fertiles et toutes peuplées. Et elles se font la guerre les unes aux autres, quoique leurs habitants soient très simples et des hommes de belle allure.

Christophe COLOMB, La découverte de l’Amérique – journal de bord, trad. S. Estorach & M. Lequenne, Paris, Maspéro, 1979, tome I, p. 64-65

 

(1) Première île sur laquelle Colomb a mis le pied, dans les Bahamas (Amérique centrale)

 

L’Europe découvre le Nouveau monde

 

  • Problématique du chapitre :
  • Comment la découverte de l’Amérique a ouvert l’Europe sur le monde du XVe au XVIIe s. ?

 

  • Exercices et réflexion autour de la problématique 
  • lire le document et répondre aux questions du tableau.
  • Lire le document 

 

 

Comprendre Le Petit Prince « L’essentiel est invisible pour les yeux », dit le renard. Le petit prince répète la phrase pour s’en souvenir

A66722

Comprendre Le Petit Prince


« L’essentiel est invisible pour les yeux », dit le renard. Le petit prince répète la phrase pour s’en souvenir, un moyen, pour l’auteur, de nous indiquer son importance pour la compréhension de l’histoire.

Le Petit Prince regarda le ciel, et me dit qu’à présent cela faisait un an qu’il était parti, qu’il n’était pas retourné sur sa planète. Pendant un moment aucun d’entre nous ne dit rien, puis je lui demande: “Elle te manque?” Je n’avais pas besoin de préciser, car c’était une évidence. Sa rose, sa planète… tout. Il contemple le ciel une fois de plus avant de me répondre, enfin.

-Terriblement.

-Tu veux y retourner?

Le Petit Prince me regarda enfin, mais il ne semblait pas triste. Il chuchota, un sourire à la bouche: “Au début je croyais que oui, mais la vérité, c’est que non.” Il rougit. Je sentais qu’il voulait me poser une question. “Voudrais tu… voudrais tu m’apprivoiser?” Je sentis mon coeur,s’arrêter; bien sur que je voulais l’apprivoiser! Je n’avais rien besoin de dire, juste besoin de le tenir près de moi. Je le pris dans mes bras et nous resterons ainsi toute l’éternité

Résumé

Jour après jour, le petit prince raconte son histoire au narrateur.

Les activités du petit prince consistent essentiellement à ramoner les volcans et à arracher les baobabs pour qu'ils n'envahissent pas sa planète. 

Après ces activités, le petit prince va contempler un coucher de soleil

Ayant assisté à la naissance d'une rose superbe — orgueilleuse, coquette et exigeante —, le petit prince découvre que l'amour… peut avoir des épines. Il décide alors de quitter sa planète et d'aller explorer les étoiles, en quête d'amis....

A consulter

l’Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil de Jean de Léry a inspiré Montaigne pour l’écriture « Des cannibales » dans les Essais.

L’Histoire d'un voyage fait en la terre du Brésil, autrement dite Amérique est un récit de voyage de Jean de Léry publié en 1578. L'auteur y retrace son voyage de près d’un an dans la France antarctique, dans la baie de l'actuelle Rio de Janeiro, et dépeint la vie des Indiens Toüoupinambaoults qui l'habitaient.

 

Jean de Léry, Histoire d’un voyage fait en la terre de Brésil, 1578, chapitre 18, cet extrait montre que ce rapport à l’Autre qu’on appelle aussi l’altérité n’est pas aisé - 

Jean de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre de Brésil, 1578, chapitre 18, « Ce qu’on peut appeler lois et police civile entre les sauvages : comment ils traitent et reçoivent humainement leurs amis qui les vont visiter : et des pleurs, et discours joyeux que les femmes font à leur arrivée et bienvenue »

  • Récit de voyage (genre) qui raconte (type de texte) une rencontre et une discussion avec un vieil Indien sur le comportement des Européens (thème), didactique (registre), vivant, critique et élogieux (adjectifs) pour dénoncer les mœurs des peuples civilisés et faire l’éloge de la vie naturelle des « sauvages » (buts).
  • Quelle image Léry propose-t-il des peuples « sauvages » ?

cet extrait montre que ce rapport à l’Autre qu’on appelle aussi l’altérité n’est pas aisé - le penseur varie sur un thème : la peur de l’Autre que l’on retrouvera dans la littérature de voyage

L’ Autre apparait ici comme un miroir dans lequel l’Europe est invitée à changer de regard sur elle-même.

Lecture du texte

Car comme nous fûmes entrés en une maison de ce village, où selon la mode du pays, nous nous assîmes chacun dans un lit de coton pendu en l’air : après que les femmes (à la manière que je dirai ci-après) eurent pleuré, et que le vieillard, maître de la maison eut fait sa harangue à notre bienvenue : le truchement à qui non seulement ces façons de faire des sauvages n’étaient pas nouvelles, mais qui au reste aimait aussi bien à boire et à caouiner qu’eux, sans me dire un seul mot, ni m’avertir de rien, s’en allant vers la grosse troupe de ces danseurs, me laissa là avec quelques-uns : tellement que moi qui étais las, ne demandant qu’à reposer, après avoir mangé un peu de farine de racine et d’autres viandes qu’on nous avait présentées, je me renversai et couchai dans le lit de coton sur lequel j’étais assis.

Mais outre qu’à cause du bruit que les sauvages, dansant et sifflant toute la nuit, en mangeant ce prisonnier, firent à mes oreilles je fus bien réveillé : encore l’un d’eux avec un pied d’icelui cuit et boucané qu’il tenait en sa main, s’approchant de moi, me demandant (comme je sus depuis, car je ne l’entendais pas lors) si j’en voulais manger, par cette contenance me fit une telle frayeur, qu’il ne faut pas demander si j’en perdis toute envie de dormir. Et de fait, pensant véritablement par tel signal et montre de cette chair humaine qu’il mangeait, qu’en me menaçant il me dît et voulût faire entendre que je serais tantôt ainsi accoutré joint que comme une doute en engendre une autre, je soupçonnais tout aussitôt, que le truchement de propos délibéré m’ayant trahi m’avait abandonné et livré entre les mains de ces barbares : si j’eusse vu quelque ouverture pour pouvoir sortir et m’enfuir de là, je ne m’y fusse pas feint. Mais me voyant de toutes parts environné de ceux desquels ignorant l’intention (car comme vous ouïrez ils ne pensaient rien moins qu’à me mal faire) je croyais fermement et m’attendais devoir être bientôt mangé, en invoquant Dieu en mon cœur toute cette nuit-là. Je laisse à penser à ceux qui comprendront bien ce que je dis, et qui se mettront en ma place, si elle me sembla longue. Or le matin venu que mon truchement (lequel en d’autres maisons du village, avec les friponniers de sauvages avait riblé toute la nuit) me vint retrouver, me voyant comme il me dit, non seulement blême et fort défait de visage, mais aussi presque en la fièvre : il me demanda si je me trouvais mal, et si je n’avois pas bien reposé : à quoi encore tout éperdu que j’étais, lui ayant répondu en grande colère, qu’on m’avait voirement bien gardé de dormir, et qu’il était un mauvais homme de m’avoir ainsi laissé parmi ces gens que je n’entendais point, ne me pouvant rassurer, je le priai qu’en diligence nous nous ôtissions de là. Toutefois lui là-dessus m’ayant dit que je n’eusse point de crainte, et que ce n’était pas à nous à qui on en voulait : après qu’il eut le tout récité aux sauvages, lesquels s’éjouissant de ma venue, me pensant caresser, n’avaient bougé d’auprès de moi toute la nuit : eux ayant dit qu’ils s’étaient aussi aucunement aperçu que j’avais eu peur d’eux, dont ils étaient bien marris, ma consolation fut (selon qu’ils sont grands gausseurs) une risée qu’ils firent, de ce que sans y penser, ils me l’avaient baillée si belle.

Eric Tabarly - le navigateur navigue sur tous les océans du globe-un marin de légende. Son épopée et ses exploits sont à jamais associés à une lignée de bateaux mythiques les Pen Duick

 « De la Terre à la Lune :

du voyage imaginaire au voyage dans l’imaginaire,

une rêverie fantasmatique sur les instruments du départ »

 

Objectif Lune : atteindre des contrées lointaines, repousser les limites du monde connu est une motivation forte et constante. Mais qu’en est-il quand l’objectif est inaccessible ? La lune a longtemps constitué ce point indépassable qui a suscité l’imaginaire, à la fois proche et lointaine, familière et totalement inconnue. La Terre vue du ciel : la construction de machines volantes permettant l’émergence de sociétés parallèles est propice à un déploiement imaginaire et à une réflexion sur la vie sur Terre. La séquence s’organise autour d’un corpus de textes constitué d’extraits d’utopies, de pièces de théâtre et de romans d’anticipation des XVIIe et XIXe siècles, ainsi que de supports documentaires (textuels et visuels) et d’œuvres plastiques et cinématographiques, depuis les gravures de la Renaissance, en passant par la bande dessinée, les débuts du cinéma (Méliès) jusqu’aux créations plus contemporaines (Miyazaki- Scorsese).

  • On pourra dès lors soulever les problématiques suivantes :
  • • Faut-il rêver l’aventure avant de la vivre ?
  • • L’aventure est-elle un mythe, une fuite ou le rêve d’un monde meilleur ?
  • • Pourquoi aimons-nous tant rêver aux instruments et objets de notre départ pour l’aventure ?
  • • L’espace de l’aventure est-il celui de la galaxie ou du rêve ?
  • • Pourquoi l’espace continue-t-il à représenter pour nous un lieu d’aventures ?

 

  • Histoire comique des états et empires de la Lune, Cyrano de Bergerac, 1657.
  • • Cyrano de Bergerac- Edmond Rostand, 1897. Acte III scène 13.
  • • Le Voyage dans la Lune, Georges Méliès, 1902.
  • • Le Programme Apollo : les premiers pas de Neil Armstrong sur la lune : extraits du documentaire-fiction : Mission Apollo 11, les premiers pas sur la Lune, Richard Dale, 2008 ; article en ligne de la presse.
  • De la Terre à la Lune, Jules Verne, 1865.
  • . De la Terre à la Lune, Jules Verne, 1865. Lecture complémentaire de l’œuvre intégrale dans le cadre de la pratique du journal du lecteur. Fil conducteur de la lecture proposée aux élèves : quelle nouvelle définition de l’aventurier apparaît dans ce roman d’anticipation ? [Un monde entièrement masculin, composé d’anciens combattants, d’ingénieurs et de savants. L’explorateur savant remplace le héros guerrier, il est mû par sa curiosité et sa soif de savoir ; les héros du roman se définissent comme les nouveaux « Colombs de ce monde inconnu »].

De la Terre à la Lune : du voyage imaginaire au voyage dans l'imaginaire, une rêverie fantasmatique sur les instruments du départ-Pourquoi l’espace est-il pour nous un lieu d’aventures?

Cyrano de bergerac 1

Imaginer des univers nouveaux (classe de 5e)-Voyages lunaires-De l'autre côté du miroir -Rêver d'un autre monde 

Imaginer des univers nouveaux 5e-Voyages lunaires-De l'autre côté du miroir-Rêver d'un autre monde-Méliès, J. Verne, Cyrano de Bergerac-Fleischer,Lewis Caroll

Voyager dans son imaginaire. Des îles volantes, des machines extraordinaires pour explorer l’imaginaire sur Terre à partir du ciel… De l’utopie à la métaphore

 

 

« Laputa » dans Voyages de Gulliver- Jonathan Swift (1726)

Laputa est une île volante imaginaire dans Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift, écrit en 1721

- Lecture. Étude d’extraits des chapitres 1 et 2 : jeux de résonances : caractère lunaire des « Laputiens »/ une société à la fois étrange et familière/ une menace pour les habitants terrestres : possibilité d’éclipser le Soleil (punition- châtiment)

Activité : Imaginer et dessiner le dessin de Laputa, comparer avec différentes illustrations du texte de Jonathan Swift.

 Le Château dans le ciel, Miyazaki, 1986 (sortie en France 2003) Le Château ambulant, Miyazaki, 2004

Lecture de l’image.

Quels éléments de Laputa retrouve t-on dans les dessins de Miyazaki ? Muska, personnage du Château dans le ciel en utilisant l’arme de destruction de Laputa, prononce les paroles suivantes : « Laissez-moi vous montrer la puissance de Laputa : Le feu sacré qui a détruit Sodome et Gomorrhe dans l’ancien testament. Et aussi les flèches du paradis qui ont rasé Ramayana, Indora et Atlantis. Le monde est à nouveau sous le contrôle de Laputa ! ». À quoi ces paroles fontelles référence ?

  • Le français au CP. Ressources d'accompagnement du programme 2

    Programmes, ressources,évaluations Cycle 2 Français au CP - Les ressources d'accompagnement du programme: langage oral, lecture, compréhension de l'écrit, écriture,étude de la langue. Cours sur skype, apprentissage, élèves scolarisés, candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire, AEFE
  • Français CE1 et CE2 2

    Programmes, ressources,évaluations Cycle 2 Français CE1, CE2 - Les ressources d'accompagnement du programme: langage oral, lecture, compréhension de l'écrit, écriture,étude de la langue. Cours sur skype, apprentissage, élèves scolarisés, candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire, AEFE
  • Consolidation du français cycle 3-CM1, CM2, 6ème. Ressources 3

    Français cycle 3 -Le langage oral, CM1, CM2, 6ème-Ressources d'accompagnement- Lecture et compréhension-culture littéraire,artistique-étude de la langue-Évaluation des niveaux- Cours sur skype CM1, CM2, 6e, élèves scolarisés, candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire, AEFE : suivi scolaire
  • Ressources d'accompagnement français cycle 4, 5e, 4e, 3e: Annales DNB 4

    Ressources d'accompagnement français cycle 4 : Regarder le monde,inventer des mondes-Imaginer des univers nouveaux, 5e-fiction pour interroger le réel, 4e-Visions poétiques du monde, 3e- Cours sur skype collège, élèves scolarisés,candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire AEFE-Préparation au DNB
  • Ma classe en ligne pour une continuité pédagogique 6

    Ma classe en ligne en français niveau collège pour une continuité pédagogique. Révisions grammaire, orthographe, vocabulaire, rédaction, questions sur textes, roman, théâtre, poésie, argumentation, réécriture, dictée, contrôles de lecture. Applications réservées aux exercices pour vous entraîner après étude du cours
  • les spécificités du cycle de l'apprentissage du français (cycle 2), CP, CE1 et CE2

    Spécificités du cycle, apprentissage du français (cycle 2), CP, CE1,CE2 -Lecture, compréhension de l’écrit-Étude de la langue (grammaire, orthographe, lexique)-Cours sur skype, apprentissage, élèves scolarisés, candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire, AEFE enseignement français à l’étranger
  • les spécificités du cycle de consolidation du français (cycle 3), CM1, CM2, 6ème

    Spécificités du cycle, consolidation du français cycle 3-CM1, CM2, 6ème- Langue orale écrite, constituants phrase simple, complexe, orthographe grammaticale, lexicale -Cours sur skype CM1, CM2, 6e, élèves scolarisés, candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire, AEFE
  • Français (cycle 4) 5e, 4e, 3e. Langage oral -Attendus de fin de cycle-Étude de la langue,grammaire, orthographe, lexique-Culture littéraire,artistique NEW

    Français, cycle 4, 5e, 4e, 3e. Langage oral -Attendus de fin de cycle-Étude de la langue,grammaire, orthographe, lexique-Culture littéraire,artistique-Attendus de fin de cycle- Cours sur skype niveau collège, élèves scolarisés, candidats libres, lycées français à l'étranger. Coaching scolaire, AEFE-Préparation au DNB

Date de dernière mise à jour : 22/07/2021

Ajouter un commentaire