Commentaire linéaire, Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde, deuxième partie, scène 3 du début "nous te faisions du mal"

Problématique : comment la crise personnelle d'Antoine s'exprime t'-elle?

Juste la fin du monde

  • Comment répondre à la question de grammaire en 2 minutes ? Episode théâtre : Lagarce
  • Comment répondre à la question de grammaire en 2 minutes ? Episode théâtre : 3 questions sur 3 énoncés de Marivaux, Molière et Lagarce.
  • Questions de grammaire, le théâtre 
  • Consultez le dossier
  • A consulter :
  • Émission diffusée le 20 février 2021
  • Objet d’étude : Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle
  • Parcours : crise personnelle, crise familiale
  • Œuvre : Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde
  • Extrait : deuxième partie et épilogue

Lecture de l'extrait à étudier

Duchaste disait « La parole fait événement : elle détraque les pensées avant de secouer les corps ». C’est ce que montre l’œuvre de Jean Luc Lagarce Juste la Fin du Monde publiée en 1999.

- Dramaturge, poète et écrivain universel du 20ème siècle aujourd’hui il est l’auteur contemporain le plus joué en France et son œuvre est traduite en plus vingt-cinq langues.

- Son écriture lui a permis d’apprendre à vivre et à mourir, atteint de SIDA il meurt jeune à l’âge de 38 ans.

- La pièce composée en deux parties raconte le retour de Louis, 34 ans qui va mourir et décide de retourner voir sa famille après une longue absence de 12 ans

 - le théâtre de Lagarce est le théâtre de la parole où les silences de Louis incarnent l’échec de cette parole. Ainsi, dans son œuvre il rompt avec les étapes tradtionnelles du théâtre et la parole tient lieu d’action.

 

Objet d'étude : Le théâtre du XVIIe siècle au XXIe siècle

Parcours : crise personnelle, crise familiale.

Le départ de Louis approche, les tensions augmentent. Dans cet extrait de la scène 3, on assiste aux reproches qu'Antoine adresse à son frère

Lecture du texte 

Problématique

On se demandera comment s'exprime la crise personnelle d'Antoine 

Mouvements 

Mouvement 1 = Lignes 1 à 4 = Didascalies internes de la mère et de Suzanne

Mouvement 2 - Lignes 5 à 18 = Antoine reproche à Louis de se plaindre de ne pas être aimé 

Mouvement 3 = Lignes 19 à 39 = Antoine tente de comprendre Louis 

ETUDE LINEAIRE

Mouvement premier

L1 = Didascalie interne

Suzanne donne une indication temporelle. Le départ de Louis approche, le tragique transparaît à travers de départ imminent. 

L 2 à 4 = Didascalie interne

La mère donne des indications sur les actions des trois femmes "Nous", "toutes les 3", "nous ne bougeons presque plus", "Nous sommes toutes les trois comme absentes"

"On les regarde, on se tait" = mise en abyme des spectateurs. 

Généralisation avec le passage du "nous" au "on". 

Puis vient la confrontation des deux frères. 

Mouvement 2

Début de la tirade d'Antoine.

L5 = Affirmation d'Antoine sur le comportement de son frère. "Tu dis", Il rapporte les paroles de Louis qui se plaint du manque d'amour de sa famille. 

L6 à 11 = Antoine insiste sur la récurrence de la plainte grâce aux hyperboles "toujours/aucune moment de ma vie/ à un moment ou un autre/ aussi loin que je  puisse remonter"

Répétition de "dire "= point de vue de Louis

Répétition "d'entendre" = point de vue d'Antoine 

Antoine est marqué "garder la trace".

L 12 = Il complète et précise ses pensées. 

L 13 à 16 = Répétition de la phrase L10/L11 - 

Répétition du verbe "arriver" à des temps différents. La plainte de Louis s'éternise, elle existe depuis toujours, cela traduit l'agacement d'Antoine. 

Hyperboles "personnes", "jamais" = amplification de la plainte. 

 

Mouvement 3

L 19 à 23 = Répétition de "je pense". Antoine essaye d'expliquer la plainte de son frère. 

Quatre expressions montrent que c'est plus une impression qu'une certitude "je ne sais pas pourquoi" - "sans que je puisse l'expliquer" - "sans que je comprenne vraiment" - "je n'en ai pas la preuve"

L 24 à 34 = Digression - tirets - Il n'a toujours pas dit ce qu'il pense. Antoine veut s'expliquer. Il s'adresse directement à Louis. 

L 24 à 25 = Certitude d'Antoine "tu ne pourrais le nier" 

L 27 à L 31 = Antoine montre que Louis n'avait pas de raisons de souffrir

Répétition de "rien" = pas de manque, pas de souffrance, pas de laideur

On a l'impression que Louis avait tout pour être heureux. 

L 32 à 33 = Répétition - Epanorthose (figure de style dans laquelle on souhaite retirer ce qu'on avait dit précedemment pour dire quelque chose de plus fort ) 

"Je pense/ Je pensais" = changement de temps car il le pensait déjà enfant 

L 34 à 36 = Ce n'est qu'une intuition 

Répétition de "peut-être"

Répétition de "sans que je comprenne"

Parenthèse = cause de son incompréhension 

L 36 à 39 = Antoine remonte dans le temps de l'enfance  et évoque la cause du mal-être de Louis 

''tu n'avais pas tort" = Louis était mal-aimé.

Enumération, généralisation "tout le monde aime mal"

Gradation = "pas bon, mal" - Aveu d'Antoine. Sa famille n'arriait pas à l'aimer correctement 

Conclusion

Ce passage reflète la crise personnelle d'Antoine mais il finit par comprendre que la plainte de Louis a un fondement. Antoine est en réalité une personne sensible qui a dû s'affacer face à la souffrance de son frère Louis. Ce dernier de son côté se tait et ne révèle pas son secret. 

Date de dernière mise à jour : 17/05/2022

Ajouter un commentaire