Sujets corrigés de philosophie Asie pacifique, série S. Le progrès technique appauvrit-il le travail humain ? La science et Durkheim en commentaire

ANNALES BAC DE PHILOSOPHIE

ASIE PACIFIQUE SERIE S

- ANNEE 2019 -

 

 
 

Asie pacifique  

 

 

 

Sujets de philosophie série S 

 

 

Vous pouvez lire aussi

Les sujets du bac de philosophie 2018, série S Asie pacifique

 - Le citoyen peut-il se désintéresser de la politique ?

- La technique nous dirige-t-elle ?

- Arthur SCHOPENHAUER, De la quadruple racine du principe de raison suffisante

2018 s Asie pacifique, bac de philoosphie, sujet officiel2018 s Asie pacifique, bac de philoosphie, sujet officiel (25.49 Ko)

 

 

 

Le candidat traitera, au choix, l’un des trois sujets suivants

 - Le progrès technique appauvrit-il le travail humain ?

 - La science peut-elle combler notre désir de vérité ?

- DURKHEIM, Sociologie et philosophie, 1898

Lecture du sujet officiel, bac 2019 série S 

2019 s, Asie pacifique bac de philosophie2019 s, Asie pacifique bac de philosophie (27.08 Ko)


 

 
 

Correction du sujet 1 = Le progrès technique appauvrit-il le travail humain ?

Série S

Le progrès technique appauvrit-il le travail humain ?

Les distinctions conceptuelles qu’il nous faudra travailler dans notre dissertation :

Travail // technique

Liberté // aliénation

Nécessaire // souhaitable // possible
la forme interrogative du sujet suggère que la réponse n’est pas si évidente, et il conviendra d’interroger ce postulat de départ. Il soulève les questions suivantes :

La technique est-elle dangereuse ?

La technique peut-elle libérer l’homme ou ne fait-elle que l’asservir ?

Quel est le rôle du travail pour l’homme ?


 

I - Le progrès technique appauvrit le travail humain

A/ La technique correspond à la « fin essentielle et existentielle de l’homme » (Jonas). Trop de technique dans le travail n’est pas libérateur mais abrutissant. Or travailler sans plaisir est absurdité. Pour Nietzsche par exemple, mieux vaut mourir que travailler sans plaisir.

B/ La technique dépasse l’homme. L’homme devient l’instrument de sa propre technique. Hegel et Marx théorisent tous les deux l’aliénation du travailleur : l’objet acquiert une indépendance vis-à-vis de lui. Par la technique le travail dépasse l’homme pour mieux le dominer.

C/ La technique dans le travail déshumanise. La machine est complètement disproportionnée à l’existence humaine, et exige un supplément d’âme : c’est la thèse de Bergson. Or ne conserver que la technique sans le travail, c’est déshumaniser la technique, et par là-même déshumaniser l’homme.

II - Le progrès technique n'appauvrit pas le travail humain

A/ La technique à l’origine de l’humanité. Comparé aux autres animaux l’homme est assez mal pourvu par la nature : il n’a ni griffes, ni plumes, ni fourrure, ni bec etc. Le mythe de Prométhée exposé dans le Protagoras de Platon présente ainsi l’apparition de la technique (le feu) comme une compensation de sa plus faible nature : l’homme survit grâce à sa capacité à maîtriser la technique.

B/ La technique est le propre de l’homme, alors que le travail l’aliène. Selon Bergson, l’homme est d’abord un technicien qui se distingue de l’animal en créant des outils. A l’inverse, le travail aliène. Le travail, de plus en plus mécanique, dévalorise et asservit l’ouvrier : il faut donc que l’homme sorte du travail par et pour la technique.

C/ La technique permet à l’homme d’accroître son pouvoir et sa liberté. C’est par la technique que l’homme peut se rendre « comme maître et possesseur de la nature », selon la célèbre affirmation de Descartes.

III- Toutefois il semble que même si l’homme le souhaitait, le progrès technique ne pourrait pas appauvrir le travail humain

A/ La liberté humaine. L’homme est un « faire » libre qui n’existe que par la réalisation de son projet, que par ses œuvres (Sartre). Il ne peut donc pas se départir du travail, sans lequel il n’existe pas vraiment.

B/ La technique est certes conditionnante, mais pas déterminante. Il n’appartient qu’à l’homme de faire attention à ne pas se laisser dépasser par la technique, en adoptant le principe de responsabilité par exemple (Jonas).

C/ La technique est avant tout humaine. « L’essence de la technique n’a rien de technique » nous dit Heidegger. La technique ne pourra jamais gagner une autonomie nécessaire pour que l’homme n’ait plus besoin de travailler ; il faudra toujours des hommes pour concevoir les machines !

 



 

 
 

Ajouter un commentaire