Annales bac français 2019 - 2018 à 2002 - Corrigés philosophie 2019 - 2018 à 2010 - EAF 2020 séries générales, technologiques- programme - ressources - Bac 2021 

La Princesse de Clèves La Fayette bac 2020.Résumé, éléments historiques,littéraires, préciosité, le théâtre classique, le mouvement libertin

Classe de première de la voie générale et technologique Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle Lafayette, "La Princesse de Clèves" / parcours : individu, morale, société

La fayette

 
 
La fayette
Biographie et questionnaire sur Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette-Le programme du bac de français 2020 new

Biographie et questionnaire sur Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette-Le programme du bac de français 2020-Classe de première de la voie générale et technologique Objet d'étude : Le roman et le récit Lafayette, "La Princesse de Clèves" / parcours : individu, morale, société.

La fayette
La Princesse de Clèves La Fayette bac 2020.Résumé, éléments historiques,littéraires, préciosité, le théâtre classique, le mouvement libertin new

La Princesse de Clèves La Fayette bac de français 2020.Résumé, éléments historiques,littéraires, préciosité, le théâtre classique, le mouvement libertin Classe de première de la voie générale et technologique Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle / parcours : individu, morale, société

La fayette
Questionnaire sur le classicisme en littérature, bac de français 2020 new

Le programme du bac de français 2020 Classe de première de la voie générale et technologique Objet d'étude : Le roman - Questionnaire sur le classicisme Madame de Lafayette, "La Princesse de Clèves" / parcours individu, morale et société.La princesse de Clèves, La Fayette, un roman classique ou précieux?

La fayette
Questionnaire et étude littéraire sur la mort de M. de Clèves, la princesse de Clèves La Fayette au programme du bac 2020 new

Questionnaire et étude littéraire sur la mort de M. de Clèves, la princesse de Clèves La Fayette au programme du bac 2020- Le roman/ parcours, individu, morale, société bac de français 2020-Dissertations sur les oeuvres au programme du bac, La Fayette, Stendhal, le Rouge et le noir, Yourcenar, Mémoires d'Hadrien

Présentation et résumé de la Princesse de Clèves

Le programme du bac de français 2020

Classe de première de la voie générale et technologique

Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

 Madame de Lafayette, "La Princesse de Clèves" / parcours : individu, morale et société.

 

A consulter

Biographie et questionnaire sur Marie-Madeleine Pioche de La Vergne, comtesse de La Fayette-Le programme du bac de français 2020
Mouvement littéraire, le classicisme

 

Madame de La Fayette, biographie par Mayeur de St Paul

 

Actualité du questionnement

  • Thomas Pavel, La Pensée du roman, Gallimard, coll. " NRF Essais ", 2003.
    Compte-rendu
  • "Le roman, l’idéal, l’individu", J.B. Mathieu, Université de Rennes II/Celam , fabula.org
    Article consacré l’ouvrage de Thomas Pavel, La Pensée du roman ; il permet de comprendre l’arrière-plan intellectuel qui a conduit à l’élaboration de la présente thématique.

 

La princesse de Clèves, Mme de la Fayette 


La Princesse de Clèves est un roman publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette (Madame de La Fayette) en 1678. 

Il s’agit d’un des premiers romans d'analyse de l'histoire littéraire française qui prend comme toile de fond la vie à la cour des Valois, dans les dernières années d'Henri II : il peut donc être défini aussi comme un roman historique. Le souci de la vraisemblance psychologique et la construction rigoureuse inscrivent l'œuvre dans l'esthétique classique de l'époque et ouvre la voie à une forme du roman moderne centrée sur l'étude approfondie des personnages. 

Le roman marque également l’affirmation en littérature de la place des femmes dans la vie culturelle du XVIIe siècle et rejoint le courant de la Préciosité. Madame de La Fayette, grande lectrice de Madeleine de Scudéry, fréquentait d'ailleurs assidûment le salon de la marquise de Rambouillet. 

Roman fondateur, La Princesse de Clèves est évoqué comme l'un des modèles littéraires qui ont inspiré Balzac ou encore Raymond Radiguet. 

Sujet 

L'histoire se déroule entre octobre 1558 et novembre 1559, à la cour du roi Henri II. 

Première partie Mademoiselle de Chartres, jeune fille de seize ans élevée par sa mère selon de rigoureuses règles de morale, paraît pour la première fois au Louvre. Le prince de Clèves, ébloui par sa beauté, la demande en mariage. Mademoiselle de Chartres accepte ce mariage de raison. Plus tard, la Princesse de Clèves rencontre M de Nemours, un coureur de jupons. Naît entre eux une passion immédiate et partagée, à laquelle sa mère, Madame de Chartres la conjure de renoncer : « Ne craignez point de prendre des partis trop rudes et trop difficiles, quelque affreux qu’ils vous paraissent d’abord : ils seront plus doux dans les suites que les malheurs d’une galanterie. » 

Le roman décrit avec beaucoup de minutie les étapes du sentiment amoureux chez les trois personnages, ses effets sur leur comportement et la lutte de la princesse pour ne pas trahir les préceptes maternels. 

Seconde partie Mme de Clèves vit en sa maison de Coulommiers. Elle apprend la mort de Mme de Tournon et est attristée de la disparition de cette jeune femme qu'elle trouvait belle et vertueuse. De retour de Paris, M. de Clèves lui apprend que son ami Sancerre était amoureux depuis près de deux ans de Mme de Tournon et que cette dernière lui avait secrètement promis ainsi qu'à M. d'Estouville de les épouser . C'est seulement le jour de sa mort que M. de Sancerre apprend la perfidie. Le même jour, il connait une douleur immense en apprenant la mort de sa bien-aimée et en découvrant les lettres passionnées que cette dernière a adressées à M. d'Estouville. La princesse de Clèves est troublée par les propos que son mari a tenu a son ami Sancerre et qu'il lui répète : " La sincérité me touche d'une telle sorte que je crois que si ma maîtresse et même ma femme, m'avouait que quelqu'un lui plût, j'en serais affligé sans en être aigri." 

A la demande de M. de Clèves, Mme de Clèves rentre à Paris . Elle ne tarde pas à se rendre compte qu'elle n'est pas guérie de l'amour qu'elle éprouve pour le duc de Nemours. Elle est en effet émue et pleine de tendresse pour cet homme, qui par amour pour elle, renonce aux espérances d'une couronne. Si elle ne parvient pas à maîtriser ses sentiments, elle est bien décidée à tout faire pour maîtriser ses actes. Elle souhaite à nouveau fuir celui qu'elle aime, mais son mari lui intime l'ordre de ne changer en rien sa conduite. 

Puis Nemours dérobe sous ses yeux son portrait. Elle se tait, craignant à la fois de dévoiler publiquement la passion que ce prince éprouve pour elle et d'avoir à affronter une déclaration enflammée de cet amoureux passionné. Nemours qui s'est aperçu que la princesse de Clèves avait assisté à ce vol et n'avait pas réagi, rentre chez lui, savourant le bonheur de se savoir aimé. 

Lors d'un tournoi, Nemours est blessé. Le regard que lui adresse alors Mme de Clèves est la preuve d'une ardente passion. Puis une lettre de femme égarée et dont elle entre en possession laisse supposer que Nemours a une liaison . Elle découvre alors la jalousie. 

Troisième partie Le Vidame de Chartres, oncle de la princesse de Clèves et ami intime de M. de Nemours est lui aussi très contrarié par cette lettre. Car la lettre qu'a lue la princesse de Clèves et qu'elle croyait adressée à Nemours, d'où sa jalousie, lui appartenait. Et le fait qu'elle circule entre toutes les mains de la Cour le contrarie énormément. En effet cette lettre risque de déshonorer une femme extrêmement respectable et de lui valoir, à lui, Vidame de Chartres, la colère de la Reine qui en a fait son confident et qui n'accepterait pas cette aventure sentimentale. 

Le Vidame de Chartres souhaite que le duc de Nemours indique être le destinataire de cette lettre et aille la réclamer à la reine dauphine qui l'a maintenant entre les mains. Il lui donne pour cela un billet sur lequel figure son nom , qu'une amie de sa maîtresse lui a donné, et qui permettra à Nemours de se justifier auprès de celle qu'il aime. 

M. de Nemours rend visite à Mme de Clèves et lui apprend la demande au Vidame de Chartres. Il parvient également grâce au billet que lui a donné son ami à lui prouver qu'il n'est pas compromis dans cette aventure sentimentale. Il parvient ainsi à dissiper la jalousie de la Princesse. En présence de M. de Clèves, les deux amants, pour satisfaire une demande royale, réécrivent de mémoire une copie de la lettre qui a semé le trouble. Mme de Clèves goûte le plaisir de ce moment d'intimité , mais reprend conscience de la passion qu'elle ressent, malgré elle, pour cet homme. Elle décide de repartir à la campagne, malgré les reproches de son mari, qui ne comprend guère son goût pour la solitude. 

Elle avoue alors, les yeux remplis de larme, qu'elle est éprise d'un autre homme, et que pour rester digne de lui, elle doit quitter la cour. M. de Nemours assiste, caché et invisible, à cet aveu. M. de Clèves est dans un premier temps tranquillisé par la franchise courageuse de son épouse. Puis aussitôt , il commence à ressentir une vive jalousie et presse son épouse de mille questions auxquelles elle ne répond pas. Elle ne lui dévoilera pas le nom de son rival. M. de Nemours, assistant dans l'ombre à cette scène, reste lui aussi dans l'expectative. Le roi demande alors à M. de Clèves de rentrer à Paris. 

Restée seule , Mme de Clèves est effrayée de sa confession, mais se rassure , en estimant qu'elle a ainsi témoigné sa fidélité à son mari. 

M. de Nemours s'est enfui dans la forêt et se rend compte que cet aveu lui enlève tout espoir de conquérir celle qu'il aime. Il éprouve pourtant une certaine fierté d'aimer et d'être aimé d'une femme si noble . Il commet surtout l'imprudence de raconter au Vidame de Chartres, l'histoire qu'il vient de vivre. Il a beau raconter cette histoire en termes très vagues, son compagnon devine que cette histoire est la sienne. Clèves apprend de son côté que celui que sa femme n'a pas voulu nommer, n'est autre que M. de Nemours. Puis en raison de l'imprudence de Nemours, l'information devient publique. Ne sachant que ce dernier a été témoin de cet aveu, M et Mme de Clèves se déchirent en se soupçonnant l'un l'autre d'avoir trahi le secret de leur discussion. Nemours et M et Mme de Clèves que la fatalité a jeté les uns contre les autres sont alors soumis aux soupçons, remords, reproches et aux plus cruels des troubles de la passion. 


Quatrième partie Alors que la Cour se rend à Reims pour le sacre du nouveau roi, Mme de Clèves se retire à nouveau à la campagne, cherchant dans la solitude l'impossible tranquillité. Nemours la suit , épié par un espion que Clèves a dépêché sur place. De nuit, Nemours observe la princesse de Clèves alors qu'elle contemple d'un air rêveur un tableau le représentant. Il est fou de bonheur. Encouragé par cette marque d'amour, Nemours se décide à rejoindre celle qu'il aime. Il avance de quelques pas et fait du bruit. Pensant le reconnaître, la princesse se réfugie immédiatement dans un autre endroit du château. Nemours attend en vain dans le jardin , et au petit matin, il se rend dans le village voisin pour y attendre la nuit suivante. 

La présence du duc de Nemours auprès de la princesse a été racontée à Clèves par son espion. Sans même laisser le temps à son interlocuteur de lui donner plus de précisions, Clèves est persuadé qu'il a été trahi. Il meurt de chagrin, non sans avoir fait "à la vertueuse infidèle d'inoubliables adieux" et l'avoir accablée de reproches. 

La douleur prive la princesse de toute raison . Elle éprouve pour elle-même et M. de Nemours un véritable effroi. Elle refuse de voir M. de Nemours, repensant continuellement à la crainte de son défunt mari de la voir épouser M. de Nemours. 

Le Vidame de Chartres réussit tout de même à organiser une entrevue secrète entre les deux amants. Elle le regarde avec douceur , mais lui conseille de rechercher ailleurs une destinée plus heureuse. Puis elle sort sans que Nemours puisse la retenir. 

 
 

Dans ce roman on trouve quelques descriptions de personnages historiques : 

Éléments historiques du roman 

Jacques de Savoie-Nemours (1531-1585), fils du duc Philippe de Savoie-Nemours, petit-fils du duc Philippe II de Savoie et cousin germain du roi François Ier de France : « Ce prince était un chef-d’œuvre de la nature ; ce qu’il avait de moins admirable, c’était d’être l’homme du monde le mieux fait et le plus beau. Ce qui le mettait au-dessus des autres était une valeur incomparable, et un agrément dans son esprit, dans son visage et dans ses actions que l’on a jamais vu qu’à lui seul ; il avait un enjouement qui plaisait également aux hommes et aux femmes, une adresse extraordinaire dans tous ses exercices, une manière de s’habiller qui était toujours suivie de tout le monde, sans pouvoir être imitée, et enfin un air dans toute sa personne qui faisait qu’on ne pouvait regarder que lui dans tous les lieux où il paraissait. » 
Marguerite de Valois (1523-1574), fille de François Ier, roi de France et de la reine Claude de France : « Cette princesse était dans une grande considération par le crédit qu’elle avait sur le roi, son frère ; et ce crédit était si grand que le roi en faisant la paix, consentait à rendre le Piémont pour lui faire épouser le duc de Savoie. Quoiqu’elle eût désiré toute sa vie de se marier, elle n’avait jamais voulu épouser qu’un souverain, et elle avait refusé pour cette raison le roi de Navarre, lorsqu’il était duc de Vendôme, et avait toujours souhaité M. de Savoie ; elle avait conservé de l’inclination pour lui depuis qu’elle l’avait vu à Nice à l’entrevue du roi François premier et du pape Paul troisième. » 

Influences 

Les personnages de La Princesse de Clèves sont des personnages historiques, quoique quelques détails soient modifiés. Seul le personnage principal serait imaginaire ; on retrouve dans son aventure de lointains échos du procès de Françoise de Rohan. 

Les influences littéraires

Préciosité 

Dans sa jeunesse, Madame de La Fayette fréquente les salons précieux de l’hôtel de Rambouillet et de Madeleine de Scudéry. La préciosité marque encore le siècle, et l’influence de l’ouvrage phare du courant, l'Astrée d’Honoré d'Urfé, se fait toujours sentir dans la littérature. Madame de la Fayette n’est donc pas exempte de préciosité, lorsqu’elle écrit la Princesse de Clèves. 

La préciosité est donc extérieure à l’œuvre, puisqu’elle concerne Madame de Lafayette elle-même. En effet, étant une femme écrivain, elle s’inscrit dans la lignée de ces précieuses lettrées, symbolisées par Madeleine de Scudéry. Une œuvre issue de la fréquentation des salons précieux et écrite par une femme porte alors la marque de la préciosité. 

La première et la plus évidente des marques de préciosité dans la nouvelle est l’importance accordée au thème de l’amour, et la forme que ce dernier prend. Les salons précieux, en effet, se nourrissent de discussions sur l’amour, dans le but de résoudre des cas typiques (Une femme doit-elle céder à son amant ?). L’amour est un thème central du mouvement précieux. Des problèmes de ce type se retrouvent dans l’ensemble de l’œuvre, de manière plus ou moins explicite. Par exemple, l’aveu que Madame de Clèves fait de son amour pour Monsieur de Nemours à son mari est un cas typique de question précieuse : une femme doit-elle avouer qu’elle a un amant à son mari ? De la même façon, le comportement de Madame de Tournon pose certaines questions d’amour : une femme doit-elle promettre un mariage ? Une femme doit-elle épouser l’homme qu’elle aime ? Enfin, la situation la plus explicite de conversation précieuse est celle qui fait discuter la reine Dauphine et le Prince de Condé de l’opinion de Monsieur de Nemours, qui ne veut pas que sa maîtresse aille au bal. 

Autre manifestation de la préciosité, la Princesse de Clèves et le Duc de Nemours, qui représentent en quelque sorte l’idéal précieux : beaux, intelligents et gracieux. Ils sont appelés à être au-dessus des autres humains. En somme, ils concentrent en eux toutes les qualités nécessaires à l’amour idéal, l’amour pur. Cela dit, l’amour précieux demeure généralement malheureux, comme celui qui unit la princesse et le duc. 

En effet, l’amour est toujours teinté de jalousie, de tromperies. L’idéal précieux demeure un idéal, c’est-à-dire qu’il ne peut se réaliser que dans un cadre utopique semblable à celui de l’Astrée. Or, Madame de Clèves demeure irrémédiablement ancrée dans la réalité historique ; elle ne peut échapper à la jalousie. « Mais elle se trompait elle-même ; et ce mal, qu’elle trouvait si insupportable, était la jalousie avec toutes les horreurs dont elle peut être accompagnée. » (Deuxième Partie) 

La conception de l’amour précieux s’illustre par ailleurs dans les valeurs défendues, au fil de la nouvelle, par divers personnages. De façon assez générale, ces valeurs reprennent celles qui sont modélisées par la Carte de Tendre. Elles constituent l’idéal amoureux précieux, idéal bien entendu inaccessible. 

Le poids de la préciosité dans la Princesse de Clèves se remarque également par l’emploi continu d’un vocabulaire précieux, vocabulaire éthéré, termes vagues, et néologismes précieux sous la forme d’adverbes. Deux exemples de cet emploi du vocabulaire précieux : 

« [...] elle loua Monsieur de Nemours avec un certain air qui donna à Madame de Chartres la même pensée qu’avait eue le chevalier de Guise » (Première Partie) 
« Je crois devoir à votre attachement la faible récompense de nous cacher aucun de mes sentiments et de vous les laisser voir tels qu’ils sont. » (Quatrième Partie) 

Libertinage 



La dernière et la plus discrète des influences exercées sur le roman est celle du courant libertin, libertinage de mœurs, jouissance sensuelle, mais également libertinage d’esprit, liberté prise avec les codes moraux d’une époque. 

Les deux figures principales de ce libertinage sont le duc de Nemours et le vidame de Chartres. Ils représentent l’homme libertin, qui peut se hisser au-dessus des conventions sociales pour vivre pleinement, jouir par les sens et par l’esprit, et également être libre de toute contrainte. 

Cette liberté se manifeste sous deux rapports : une liberté vis-à-vis des codes sociaux et une liberté vis-à-vis des codes moraux. 

La liberté vis-à-vis des codes sociaux n’est jamais plus présente que lors de l’affaire d’Angleterre. Le Duc de Nemours n’hésite pas à rejeter toutes ses obligations diplomatiques, patriotiques, tant envers la France que l’Angleterre, pour se consacrer entièrement à sa passion présente pour Madame de Clèves. Le roi (symbole de l’ordre social et religieux) ne manque pas d’exprimer son mécontentement à ce propos. 

La liberté vis-à-vis des codes moraux est particulièrement visible dans l’aventure du vidame de Chartres. Ce dernier n’hésite pas à multiplier les liaisons, et faire de faux serments, à tromper tant la reine que Madame de Thémines, tout en entretenant une liaison avec une femme de petite vertu. 

Du point de vue du libertinage de mœurs, il faut commencer par noter les fréquentes allusions aux multiples conquêtes tant de Monsieur de Nemours que du vidame de Chartres. Jouissance physique, donc, sexuelle même. 

Mais le fil conducteur du libertinage de mœurs dans la nouvelle réside dans le voyeurisme continu du duc de Nemours, dont l’activité principale est d’épier Madame de Clèves, de violer son intimité par le regard. A plusieurs reprises, il tire du plaisir de surprendre Madame de Clèves. « Voir, au milieu de la nuit, dans le plus beau lieu du monde, une personne qu’il adorait, la voir sans qu’elle sût qu’il la voyait, et la voir tout occupée de choses qui avaient du rapport à lui et à la passion qu’elle lui cachait, c’est ce qui n’a jamais été goûté ni imaginé par nul autre amant. » (Quatrième Partie) 


"Ni la philosophie cartésienne, ni la morale précieuse ne nous donneront la clef du roman." cf.A Niderst, Mme de Lafayette: Romans et nouvelles, ed. Garnier,1970, p.xxxviii, introduction. 

Jansénisme 


Une autre influence particulièrement prégnante dans le milieu littéraire de l’époque est celle du jansénisme de Port-Royal. Il apparaît tant dans les Réflexions ou sentences et maximes morales et réflexions diverses de Monsieur de La Rochefoucauld que dans les pièces de Racine. Madame de La Fayette, amie de Monsieur de La Rochefoucauld, fréquente également les milieux jansénistes. La Princesse de Clèves porte les marques de cette influence. 

Cette influence s’exprime assez simplement dans le roman par l’incapacité continuelle de Madame de Clèves à exprimer correctement ses problèmes, et à les affronter. En effet, la plupart des soliloques qui ponctuent le récit posent de faux problèmes. Il ne s’agit pas, par exemple, de combattre un coupable amour mais de le cacher à la Cour. Il ne s’agit pas d’avoir été indigne envers son mari, mais d’avoir paru indigne à Monsieur de Nemours. 

Cette mauvaise foi permanente de Madame de Clèves introduit, on le voit bien, le thème du paraître, qui domine dès l’ouverture de la nouvelle, depuis la description de la Cour jusque dans les soliloques de la jeune femme. Rien n’est ce qu’il semble être à la Cour, et il faut se garder des apparences : l’homme est menteur. « Si vous jugez sur les apparences en ce lieu-ci, répondit madame de Chartres, vous serez souvent trompée : ce qui paraît n’est presque jamais la vérité. » (Première Partie) 

Dès lors, la Cour n’est qu’un vaste complexe de cabales et autres jeux d’influences. La direction du pays est tout entière livrée aux passions des princes et des princesses, et la religion même est occultée par l’ambition de la gloire. Ainsi, à la mort du Roi, ce ne sont pas la pitié et la piété qui dominent, mais bien les jeux de pouvoir. « Une cour aussi partagée et aussi remplie d’intérêts opposés n’était pas dans une médiocre agitation à la veille d’un si grand événement ; néanmoins, tous les mouvements étaient cachés et l’on ne paraissait occupé que de l’unique inquiétude de la santé du roi. » (Troisième Partie) 

L’être humain est dominé par des passions par lesquelles il développe ses vices. Même la plus innocente des créatures, Madame de Clèves, fait preuve de duperie lorsque l’intérêt de ses passions est en jeu. Elle ment en effet à la reine dauphine à propos de la lettre de Madame de Thémines, dissimule à son mari. Certes, l’aveu est apparemment une preuve de transparence. En réalité, il se révèle être une stratégie de Madame de Clèves pour se tenir éloignée de la Cour. Elle prend d’ailleurs un ton bien impératif, lors de cet aveu, pour une femme qui a commis une faute. De plus, elle n’a de cesse de magnifier son courage : 

« Quelque dangereux que soit le parti que je prends, je le prends avec joie pour me conserver digne d’être à vous. [...] Songez que pour faire ce que je fais, il faut avoir plus d’amitié et plus d’estime pour un mari que l’on n’en a jamais eu : conduisez-moi, ayez pitié de moi, et aimez-moi encore, si vous pouvez. » 
— Troisième partie du livre 

En somme, la vertu de Madame de Clèves n’est qu’une façade. Comme les autres, elle dissimule, jouet de ses passions et du gouvernement de l’apparence. Sa vertu même est toujours mise en scène, à l’image de la vertu stoïque pour les jansénistes, comme lors du dernier entretien avec Monsieur de Nemours. Il s’agit avant tout de s’élever au-dessus des autres femmes. 

La dernière phrase de la nouvelle est éloquente : 

« [...] sa vie, qui fut assez courte, laissa des exemples de vertu inimitables. » 

Questions sur l'oeuvre : La princesse de Clèves :

 

- Quel est le genre littéraire de cet ouvrage?

un des premiers romans d'analyse de l'histoire littéraire française = un roman historique

- Dans quelles conditions a t'il été publié?

publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette : 1678

Quelle est la toile de fond du livre?

la vie à la cour des Valois, dans les dernières années d'Henri II

- Quel est le contexte historique?

XVIIe siècle : les années d'Henri II

- Peut on dire qu'il s'agit d'un roman historique?

Oui c'est un roman historique et un roman moderne

- Quel est le rapport entre cet ouvrage et la vie culturelle au XVIIème siècle?

Le roman marque l’affirmation en littérature de la place des femmes dans la vie culturelle du XVIIe siècle, en ce sens, on peut dire qu'il rejoint le courant de la Préciosité.

- Peut on en parler comme d' un modèle littéraire?

Oui, il y a respect de l'esthétique classique, souci de vraisemblance dans la psychologie des personnages et construction rigoureuse. Il a inspiré Balzac.

- Quels sont les éléments historiques du roman?

Cour des Valois, Henri II, les personnages sont des personnages historiques sauf le personnage principal, procès de Françoise de Rohan.

- Quelles sont les trois grandes influences du livre?

Préciosité, Jansénisme et libertinage

- Que peut-on dire sur la réception du livre?

Succès qui a inspiré Balzac, chef d'oeuvre littéraire, critique mondaine

Réception de l’œuvre 


Ce fut un très grand succès dès sa publication et l'attente pouvait durer des mois pour recevoir une copie du roman. Le roman était aussi le sujet de nombreuses discussions en société et au sein des salons et n'échappe pas à la critique mondaine. Le débat portait aussi sur le nom de l'auteur. Ce sera l'occasion de discuter la place du roman au sein de la société de l'époque. 

La Princesse de Clèves est évoquée comme l'un des modèles littéraires qui ont inspiré à Balzac, au XIXe siècle, le personnage de Madame de Mortsauf dans Le Lys dans la vallée. Le bal du comte d'Orgel de Raymond Radiguet, au XXe siècle, a une intrigue similaire à celle du roman de La Fayette. 

Au XXe siècle, l'œuvre et son auteur, désormais popularisées par le cinéma, sont systématiquement citées dans les manuels scolaires. Le roman apparaît aux programmes des examens et concours de l'éducation nationale. 

La conjoncture politique française des années 2007-2009 redonne une certaine notoriété au titre du roman. En effet, en tant que candidat à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy avait ironisé sur la présence de l'œuvre au programme de l'oral du concours d'attaché d'administration. Des voix s'élèvent dans l'opposition de droite, où ces propos sont perçus comme une atteinte au patrimoine culturel de la France[note 1] et dans l'opposition de gauche. Les remarques du candidat et du président sont en général peu commentées dans l'actualité[3]. En revanche elles sont exploitées par le mouvement d'opposition à la politique universitaire de Valérie Pécresse, les enseignants envoyant à l'Élysée des exemplaires du roman. Dans les manifestations, des pages sont lues au mégaphone. Une parodie circule pendant le mois de février 2009, qui commence ainsi : 

« La magnificence et l’économie n'ont jamais paru en France avec tant d'éclat que dans les dernières années du règne de Nicolas premier. Ce prince était galant, mobile et amoureux ; quoique sa passion pour la vitesse eût commencé il y avait plus de vingt ans, elle n'en était pas moins violente, et il n'en donnait pas des témoignages moins éclatants. […] » 
En mars 2009, à l'occasion du Salon du Livre de Paris, un badge Je lis La Princesse de Clèves est distribué à l'initiative de l'Observatoire du livre et de l'écrit en Ile-de-France. 

En 2010, La Princesse de Clèves est au programme de l'épreuve de Lettres commune aux Ecoles Normales Supérieures d'Ulm et de Fontenay-Saint-Cloud. 

Source
 

La fayette
La Princesse de Clèves La Fayette commentaire littéraire, question de grammaire et questionnaire sur l'incipit pour l'EAF 2020 new

La Princesse de Clèves La Fayette commentaire littéraire, question de grammaire, étude linéaire syntaxique, questionnaire sur l'incipit pour l'EAF 2020- « La magnificence ... -Classe de première de la voie générale et technologique Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe / parcours, individu, morale, société-

La fayette
Commentaire de l'incipit "Il parut alors une beauté à la cour", la princesse de Clèves, La Fayette, EAF 2020 new

Commentaire littéraire, questionnaire l'incipit "Il parut alors une beauté à la cour" la princesse de Clèves La Fayette EAF 2020-bac général, technologique Le roman - parcours, individu, morale, société -Question de grammaire - subordonnées de concession dans un extrait de l'incipit -analyse linéaire syntaxique

La fayette
La Princesse de Clèves, Un bal à la cour, deux commentaires littéraires, La Fayette, EAF 2020 new

Deux commentaires littéraires, questionnaire scène du bal, la princesse de Clèves La Fayette-En quoi la passion donne t'-elle une vision de la société?EAF 2020-bac général, technologique Le roman - parcours, individu, morale, société -Question de grammaire - subordonnées de concession -analyse linéaire syntaxique

La fayette
La princesse de Clèves, l'aveu au prince, commentaire littéraire, La Fayette, EAF 2020 new

La princesse de Clèves l'aveu au prince, commentaire littéraire,questionnaire, La Fayette, EAF 2020-« -Eh bien, Monsieur, lui répondit-elle...que vous voulez éviter. » Le roman, récit du Moyen Âge au XXIe / parcours, individu, morale, société-Question de grammaire-subordonnées de concession-analyse linéaire syntaxique

La fayette
La princesse de Clèves, l'aveu à Nemours, commentaire littéraire, La Fayette, EAF 2020 new

La princesse de Clèves l'aveu à Nemours, commentaire littéraire,questionnaire, La Fayette, EAF 2020- quelles sont les marques de préciosité du roman ? Le roman, récit du Moyen Âge au XXIe / parcours, individu, morale, société-Question de grammaire-subordonnées de concession-analyse linéaire syntaxique

La fayette
La princesse de Clèves, le monologue, commentaire littéraire, analyse linéaire grammaticale, La Fayette, EAF 2020 new

La princesse de Clèves, le monologue, commentaire littéraire, analyse linéaire grammaticale, La Fayette, EAF 2020- Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe / parcours, individu, morale, société bac de français 2020- bac général, technologique-Repérage des nombreuses subordonnées, analyse linéaire syntaxique -

La fayette
La princesse de Clèves, la scène de déclaration, commentaire littéraire, questionnaire, La Fayette, EAF 2020 new

La princesse de Clèves, la déclaration, commentaire littéraire, questionnaire et analyse linéaire grammaticale du monologue -Repérage des nombreuses subordonnées, analyse linéaire syntaxique - ,La Fayette, EAF 2020- Le roman -parcours, individu, morale, société bac de français 2020- bac général, technologique-

La fayette
La Fayette la Princesse de Clèves maîtresse de sa destinée?EAF 2020. Un roman classique ou précieux?Commentaires,grammaire, études linéaires new

La Fayette la Princesse de Clèves maîtresse de sa destinée? Un roman classique ou précieux?Commentaires,grammaire, études linéaires-Le roman et le récit / parcours, individu, morale, société bac de français, EAF 2020. Histoire littéraire, scènes de bal au 17e, conflit passion, raison.Apprentissage des exercices EAF

Abbe prevost
Personnages féminins,ordre social-Le personnage féminin, trouble à l’ordre public?Manon Lescaut de l'abbé Prévost-Explication linéaire + grammaire new

Personnages féminins,ordre social-Le personnage féminin, trouble à l’ordre public?Manon Lescaut de l'abbé Prévost-Explication linéaire + grammaire-Nana de Zola, Thérèse Desqueyroux de Mauriac-Individu, morale et société. Séquence bac de français 2020-Histoire et culture littéraire et prolongements/entrées possibles

Classe de première de la voie générale Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle

Yourcenar
Dissertation sur les Mémoires d'Hadrien,Yourcenar, oeuvre au bac 2020 new

Dissertation sur les Mémoires d'Hadrien,Yourcenar, oeuvre au bac 2020- objet d'étude, le roman, au programme au bac de français 2020 série générale - « Le roman, c'est la fraternité on se met dans la peau des autres «Romain Gary la première fonction d'un roman est-elle de nous faire comprendre la vie des autres

Stendhal
Dissertations sur le Rouge et le noir, Stendhal, oeuvre au programme du bac de français 2020 new

Dissertations sur le Rouge et le noir, Stendhal, oeuvre au programme du bac de français 2020-Dans quelle mesure peut-on dire que Julien Sorel est un personnage romantique ? Comprendre le parcours, le personnage de roman, esthétiques et valeurs -« Un roman est un miroir qui se promène sur une grande route....»

La fayette
La princesse de Clèves, La Fayette, un roman classique ou précieux? Bac EAF 2020 new

La princesse de Clèves, La Fayette, un roman classique ou précieux? Bac EAF 2020-Dissertation sur une oeuvre au bac général, technologique Le roman / parcours, individu, morale, société -dissertations au programme Mémoires d'Hadrien, Yourcenar, le Rouge et le noir Stendhal -La princesse de Clèves, La Fayette-

Claudel la petite fille de monsieur linh

Les questions de corpus corrigées, le "roman" 1

Réviser la séquence "roman" pour passer l'épreuve anticipée de français. Consultez les documents du site, questions de corpus corrigées, commentaires littéraires, questionnaires, contrôles de lecture, cours, dissertations. Entraînez-vous pour le jour J.

Chateaubriand

Travailler et préparer la séquence"l'autobiographie" pour l'EAF 2020 0

"l'autobiographie" pour l'EAF 2020, Sarraute et Yourcenar -En lien avec le roman, bac EAF 2020, Nathalie Sarraute, Enfance parcours : Récit et connaissance de soi. Marguerite Yourcenar : "Mémoires d'Hadrien" / parcours : Soi-même comme un autre. Séries générales 

Sarraute

Nathalie Sarraute, "Enfance" parcours : Récit et connaissance de soi. EAF 2020 1

Nathalie Sarraute, "Enfance" parcours : Récit et connaissance de soi. EAF 2020 - Classe de première de la voie technologique Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle - Commentaires littéraires et linéaires, analyses linéaires syntaxiques, bac de français 2020 - Autobiographie, genre littéraire

Yourcenar

Marguerite Yourcenar : "Mémoires d'Hadrien"/ Soi-même comme un autre à l'EAF 2020 5

Marguerite Yourcenar : "Mémoires d'Hadrien"/ Soi-même comme un autre à l'EAF 2020 - nouveau programme du bac de français 2019/2020 - Une autobiographie fictive avec les Mémoires d'Hadrien pour les séries générales -Commentaires littéraires et linéaires, analyses linéaires syntaxiques - Autobiographie, genre littéraire

Yourcenar

Dissertations sur des oeuvres au programme de l'EAF 2020 = objet d'étude, le roman 3

Dissertations sur des oeuvres au programme de l'EAF 2020 = objet d'étude, Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle-Le programme du bac de français 2020- Lafayette, La Princesse de Clèves-Stendhal, Le Rouge et Noir. Yourcenar : Mémoires d'Hadrien -Jules Verne, "Voyage au centre de la Terre- Sarraute, Enfance

Stendhal

Stendhal, "Le Rouge et Noir" / parcours : Le personnage de roman, esthétiques et valeurs. 4

Le programme du bac de français 2020-Classe de première de la voie générale-Objet d'étude : Le roman et le récit. Roman d'apprentissage, Sorel personnage romantique. Stendhal, Le Rouge et Noir parcours : Le personnage de roman, esthétiques et valeurs. Commentaires littéraires, linéaires, les personnages, résumé, étude

Jules verne

Jules Verne, "Voyage au centre de la Terre" / parcours : Science et fiction. EAF 2020 2

Le programme du bac de français 2020 Classe de première de la voie technologique Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle Jules Verne, "Voyage au centre de la Terre" / parcours : Science et fiction

La fayette

Madame de Lafayette, "La Princesse de Clèves" / parcours individu, morale et société 9

Le programme du bac de français 2020 Classe de première de la voie générale et technologique Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle  Madame de Lafayette, "La Princesse de Clèves" / parcours : individu, morale et société. Commentaires littéraires, linéaires, dissertations

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 27/10/2019